[News] L’île perdue des Pontides et son énigmatique assemblage de mammifères

Biologie, géologie, histoire naturelle, etc...

Modérateur : Modérateurs

Redbran
Messages : 936
Inscription : 16/05/2015 - 10:01:33
Activité : Profession libérale ou Indépendant

[News] L’île perdue des Pontides et son énigmatique assemblage de mammifères

Message par Redbran » 05/12/2018 - 12:00:33

La découverte de mammifères provenant de l’Eocène (~43 Ma) de Turquie montre la présence d’une faune unique, endémique, alors situé dans un archipel d’îles téthysiennes similaires à l’actuelle Sulawesi. L’étude des marsupiaux du site indique la présence de deux formes morphologiquement très dérivées et probablement arrivées par radeaux durant le paléocène. Cette étude d’une équipe internationale (CNRS, Eskişehir Osmangazi University, Kansas University, Washington University) montre l’importance du contexte géologique—marge active, et la fragilité des écosystèmes insulaires. Cette étude a été publiée dans PlosOne le 14 novembre 2018.

Image
La faune insulaire des Pontides (Turquie) au cours de l’Eocène moyen (Reconstitution : Oscar Sanisidro, Kansas University)
Les îles sont des laboratoires naturels de l’évolution des organismes, et les faunes insulaires ont joué un grand rôle dans l’émergence de la théorie de l’évolution au XIXème siècle avec les travaux de Charles Darwin au Galápagos et d’Alfred Russel Wallace en Indonésie. Dans le registre fossile, les effets de l’évolution insulaire sont principalement connus par les faunes quaternaires d’îles de la Méditerranée, des caraïbes, ou d’Indonésie. En revanche il existe très peu de données sur des faunes insulaires plus anciennes que le Plio-Quaternaire.

Une faune de mammifères très singulière provenant de Turquie et datée de l’Eocène moyen (~43 Ma) indique une forte isolation géographique de cette région durant plusieurs millions d’années. Cet assemblage unique est caractérisé par la coexistence de taxons gondwaniens et laurasiatiques, d’herbivores placentaires ‘reliques’ connues auparavant uniquement dans le Paléocène d’Europe, de grande formes herbivores d’origine africaine, et surtout l’absence de taxons écologiquement dominants en Asie à l’Eocène moyen tels que les rongeurs, artiodactyles, et périssodactyles.

A cette époque l’Afrique et l’Eurasie étaient séparées par l’océan Neotéthys dont la marge nord était constituée de différents petits blocs continentaux (dont le bloc Pontides) dérivant vers l’Eurasie et formant un archipel probablement très semblable au niveau géotectonique à l’archipel Indonésien actuel (marge active). La plupart des taxons semblent avoir colonisé les Pontides par radeaux provenant de régions adjacentes (Afrique, Eurasie).

Les deux nouveaux marsupiaux décrits dans l’article, Galatiadelphys minor et Orhaniyeia nauta, identifiés grâce à leur morphologie dentaire, sont les seuls prédateurs qui ont pu atteindre les Pontides où les grands carnivores placentaires (chiens, ours, etc.) sont absents. Ces deux marsupiaux sont endémiques et s’éteignent environ 5 Ma plus tard lorsque l’île Pontides devient connectée à l’Asie avec le début de la collision Afrique-Asie. « Nos résultats phylogénétiques suggèrent que le genre Orhaniyeia est étroitement apparenté à des marsupiaux connus exclusivement dans le Paléogène d’Amérique du Sud et d’Australie, suggérant une dispersion via l’Afrique bien que les marsupiaux soient pour l’instant inconnus dans le registre fossile paléocène-éocène de ce continent » détaille Grégoire Métais, chargé de recherche CNRS (CNRS/MNHN/Sorbonne Université) et premier auteur de cette étude. « Le contexte géotectonique et la singularité de cette faune éocène rappelle l’actuelle de Sulawesi en Indonésie qui abrite à la fois des espèces asiatiques (tarsiers, babiroussa) et d’autres originaires de Nouvelle-Guinée » ajoute-t-il.

Les modèles actuels sur l’évolution insulaire mettent en avant la taille de l’île et la distance au continent pour expliquer le degré d’endémisme. Ce nouvel assemblage Eocène démontre que le contexte géologique (marge active le long de laquelle disparait l’océan Neotéthys) conditionne l’histoire des écosystèmes insulaires plus que tous autres facteurs sur le temps long.

Note:
Cette étude a reçu des financements du CNRS, du MNHN, de National Geographic, et de la National Science Foundation (USA).


Référence publication:
Métais, G., Beard, K.C., Coster, P., Kappelman, J., Licht, A., Ocakoğlu, F., Taylor, M., In Press. Middle Eocene marsupials from central Anatolia illuminate the assembly of an island fauna during Deep Time. Plos One.

Contact chercheur:
Grégoire METAISCentre de Recherche sur la Paléobiodiversité et les Paléoenvironnements, CR2P (MNHN, CNRS, Sorbonne Université)

Source: CNRS INEE

Répondre