Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Isabelle le Samedi 11/11/2017 à 01:58
Le gros cerveau des cétacés leur permet de prendre du bon temps
Selon l'hypothèse du cerveau social, l'évolution a fait grossir le cerveau des humains pour qu'ils puissent gérer des structures sociales complexes. Une nouvelle étude menée par des chercheurs britanniques et américains suggère que le cerveau des baleines et des dauphins a évolué d'une manière très similaire.

Publiée dans la revue 'Nature Ecology and Evolution', cette étude a compilé une liste des riches comportements observés chez 90 espèces différentes de cétacés, dont les dauphins, les baleines et les marsouins. Elle a constaté que plus le cerveau d'une espèce (Dans les sciences du vivant, l’espèce (du latin species, « type » ou « apparence ») est le taxon de base de la systématique. L'espèce est un concept...) est volumineux, plus il est probable qu'elle connaisse une vie (La vie est le nom donné :) complexe et similaire à la nôtre.

Cette observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude appropriés. Le...) suggère que, au même titre que pour les humains, l'hypothèse de la théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer, examiner ». Dans le langage courant, une théorie est une idée ou une...) du cerveau culturel peut s'appliquer aux dauphins ainsi qu'à d'autres espèces, l'orque (L’orque ou épaulard (orca Orcinus ) est un mammifère marin du sous-ordre des cétacés à dents, les odontocètes.) et le cachalot en tête. "Les sociétés de dauphins et de baleines sont au moins aussi complexes que celles que nous observons chez les primates (Les primates (du latin primas, atis signifiant « celui qui occupe la première place ») constituent un ordre au sein des...)", déclare Susanne Shultz, biologiste (Sur les autres projets Wikimédia :) de l'évolution à l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux États-Unis, au moment où les...) de Manchester. "Ils sont extrêmement joueurs; ils apprennent les uns des autres et ont des communications complexes. Nous avons du mal à comprendre à quel point (Graphie) ils peuvent être intelligents, car il est difficile de les observer et de comprendre leur monde (Le mot monde peut désigner :) marin. Nous n'avons donc qu'un petit aperçu de ce dont ils sont capables."

Les chercheurs ont collecté des enregistrements de dauphins jouant avec des baleines à bosse, aidant des pêcheurs à capturer leurs proies, et même produisant des sifflements de signature distinctifs pour des dauphins absents, ce qui laisse supposer que ces animaux peuvent aussi prendre part à des commérages. "Les préférences alimentaires des orques sont d'ordre culturel, elles sont dirigées par des matriarches qui communiquent leurs connaissances aux autres membres du groupe et chassent en collaboration", explique Mme Shultz.

En termes de préférences alimentaires intra-espèces, certaines populations d'orques préfèrent le saumon (Le terme saumon est un nom vernaculaire ambigu désignant en français plusieurs espèces de poissons de la famille des salmonidés...) alors que d'autres préfèrent les phoques, d'autres baleines ou les requins, en fonction de la culture (La Culture est une civilisation pan-galactique inventée par Iain M. Banks au travers de ses romans et nouvelles de science-fiction. Décrite avec beaucoup de précision et de détail, La Culture peut être...) distincte de leur groupe. D'autres cétacés dotés d'un cerveau volumineux ont également fait preuve de comportements sophistiqués. Les mamans cachalots organisent des missions de babysitting en faisant appel à d'autres membres de leur groupe afin de protéger leur jeune pendant qu'elles sont en quête de nourriture.

Il arrive que les vocalisations caractéristiques utilisées par les cachalots pour communiquer diffèrent en fonction de l'endroit où ils vivent, un peu à la manière des dialectes régionaux dans le langage humain. Les grands dauphins vivent en communautés structurées et certains utilisent des éponges comme outils pour protéger leur bec (Un bec, au sens strict, est une structure anatomique externe qui permet la prise alimentaire et donc la nutrition chez les oiseaux. Mais il permet aussi la toilette de l'animal, la nutrition des jeunes, la...) lorsqu'ils cherchent de la nourriture

Dans un article paru dans 'The Guardian', Luke Rendell, un biologiste de l'Université de St Andrews n'ayant pas participé à l'étude mais auteur de travaux sur les cachalots et leurs différents dialectes, nous met cependant en garde contre tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) anthropomorphisme tendant à faire apparaître les animaux comme des humains. "Le risque est de donner à penser qu'il n'existe qu'une seule voie: les humains se trouveraient à la dernière étape et les animaux seraient en train (Un train est un véhicule guidé circulant sur des rails. Un train est composé de plusieurs voitures (pour transporter des personnes) et/ou de...) de s'y rendre. La vérité est que chaque animal (Un animal (du latin animus, esprit, ou principe vital) est, selon la classification classique, un être vivant hétérotrophe, c’est-à-dire qu’il se nourrit de...) répond de façon spécifique aux pressions évolutionnaires qu'il subit", déclare-t-il.

Si, grâce à leur cerveau, les humains ont réussi à coloniser les quatre coins de la Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse...), il ne faut pas s'attendre à ce que les baleines ou les dauphins prennent le contrôle (Le mot contrôle peut avoir plusieurs sens. Il peut être employé comme synonyme d'examen, de vérification et de maîtrise.) dans un avenir proche. "L'apparente co-évolution des cerveaux, la structure sociale et la richesse comportementale des mammifères marins constituent un parallèle unique et frappant avec les gros cerveaux et l'hyper-sociabilité des humains et des autres primates de la terre ferme", commente Mme Shultz. "Malheureusement, ils ne développeront jamais de technologies sophistiquées et ne construiront jamais de grandes métropoles, car leur évolution ne les a pas dotés de pouces opposables."

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: CORDIS-Europa
 
Archives des News
  Juillet 2018
  Juin 2018
  Mai 2018
  Avril 2018
  Toutes les archives

Samedi 14 Juillet 2018 à 12:00:17 - Multimédia - 1 commentaire
» L'Internet des Objets spatial décolle
Mercredi 11 Juillet 2018 à 12:00:17 - Physique - 0 commentaire
» Test fatidique pour la gravité massive
Page générée en 0.593 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - Informations légales