Bactéries et virus: un réseau de relations dans nos intestins

Publié par Adrien le 11/03/2021 à 09:00
Source: CNRS
L'équilibre du microbiote intestinal humain est crucial pour la santé. Il se compose de centaines d'espèces bactériennes et de phages (des virus qui n'infectent que les bactéries).


Réseau d'interactions entre les phages (en bleu) et les bactéries (en vert) présent dans un microbiote (Le microbiote est une nouvelle dénomination de la microflore.) humain. Les traits représentent l'assignation d'un phage à son hôte bactérien.© Martial Marbouty / Romain Koszul

Une équipe de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue...), comprenant des scientifiques du CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand...) et de l'Institut Pasteur (L’Institut Pasteur est une fondation française privée à but non lucratif qui...), a caractérisé avec une précision sans précédent les réseaux d'interaction (Une interaction est un échange d'information, d'affects ou d'énergie entre deux agents au sein...) phages-bactéries du microbiote de dix individus sains. Les scientifiques ont détecté plusieurs centaines de génomes de bactéries et de phages et identifié les milliers d'interactions les liant (Un liant est un produit liquide qui agglomère des particules solides sous forme de poudre....) grâce à la quantification des contacts entre les molécules d'ADN des virus (Un virus est une entité biologique qui nécessite une cellule hôte, dont il utilise...) et de leurs hôtes.

Cette méthode a l'avantage de fournir des données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent...) exhaustives à partir de très peu d'échantillons biologiques. Les résultats ont ensuite été analysés avec des algorithmes semblables à ceux appliqués à l'étude des communautés d'individus sur les réseaux sociaux. La mise en lumière (La lumière est l'ensemble des ondes électromagnétiques visibles par l'œil...) de ce panorama de relations entre bactéries et phages pourrait s'appliquer à des thérapies impliquant le microbiote intestinal, telles que la transplantation fécale et la phagothérapie (La phagothérapie est l'utilisation de bactériophages (ou phages) lytiques afin de traiter...).

L'approche utilisée dans l'étude, récemment parue dans eLife, pourrait également déboucher sur des analyses plus précises des écosystèmes terrestres et marins.

Bibliographie
MetaHiC phage-bacteria infection network reveals active cycling phages of the healthy human gut.
Martial Marbouty, Agnès Thierry, Gaël A. Millot et Romain Koszul.
eLife, le 26 février 2021. DOI: 10.7554/eLife.60608.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.136 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique