Ces neurones qui gardent la peur en mémoire

Publié par Michel le 07/06/2009 à 00:00
Source: CNRS
Illustration: © S.Josselyn / SicksKids Hospital,Toronto, Canada
C'est une première: une équipe internationale, comprenant un chercheur CNRS, a réussi à apporter la preuve qu'un souvenir est encodé au sein d'un réseau de neurones spécifique et identifiable ! "Auparavant, nous avions montré que les neurones qui surproduisent une substance particulière, la protéine (Une protéine est une macromolécule biologique composée par une ou plusieurs...) CREB (Cyclic adenosine monophosphate Response Element-Binding), situés dans une région du cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite...) appelée “amygdale latérale”, sont activés lorsqu'on évoque un évènement qui fait peur. Mais personne n'avait réussi à identifier précisément et rigoureusement le réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des...) de ces neurones dans le cerveau ; ce que nous avons fait !", dit Bruno Bontempi, co-auteur de l'étude et chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la...) au Centre de neurosciences (Les neurosciences correspondent à l'ensemble de toutes les disciplines biologiques et...) intégratives et cognitives. Un grand pas pour la recherche fondamentale (La recherche fondamentale regroupe les travaux de recherche scientifique n'ayant pas de finalité...), mais aussi pour la recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue...) clinique. Publié dans la revue Science, ce résultat pourrait permettre un jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la...) d'effacer les souvenirs d'évènements traumatisants.


Ce sont des neurones surproduisant la protéine Creb (flèches) qui gardent la peur en mémoire;
les autres neurones de l'amygdale apparaissent en bleu (Bleu (de l'ancien haut-allemand « blao » = brillant) est une des trois couleurs...).

Et pour connaître précisément le réseau neuronal impliqué, Bruno Bontempi et ses collègues ont dû fabriquer une "construction génétique (La génétique (du grec genno γεννώ = donner naissance) est...)" particulière: ils ont inséré dans une même portion d'ADN le gène (Un gène est une séquence d'acide désoxyribonucléique (ADN) qui spécifie la...) de CREB, celui d'une protéine fluorescente, et celui d'une substance rendant les neurones sensibles à une toxine (Une toxine est une substance toxique pour un ou plusieurs organismes vivants. Le Petit Larousse de...) donnée (Dans les technologies de l'information, une donnée est une description élémentaire,...), celle de la diphtérie (La diphtérie est une maladie infectieuse contagieuse décrite en 1826 par Pierre...). Les chercheurs ont administré cette construction génétique dans le cerveau de souris (Le terme souris est un nom vernaculaire ambigu qui peut désigner, pour les francophones, avant...). La molécule (Une molécule est un assemblage chimique électriquement neutre d'au moins deux atomes, qui...) fluorescente va permettre de situer les neurones où CREB s'exprime. La construction a ainsi été imaginée pour d'une part repérer les neurones de l'amygdale latérale activés lors de la mise en mémoire d'un évènement effrayant – ici un son associé à un choc (Dès que deux entitées interagissent de manière violente, on dit qu'il y a choc, que ce soit de...) électrique – et d'autre part, les détruire sélectivement par l'injection (Le mot injection peut avoir plusieurs significations :) d'une toxine.

La construction s'est intégrée dans les neurones en fonctionnement des animaux, dans l'amygdale latérale. Résultat: les neurones surproducteurs de la fameuse protéine CREB sont précisément ceux qui conservent la trace (TRACE est un télescope spatial de la NASA conçu pour étudier la connexion entre le...) mémorielle la peur. "La destruction sélective de ces neurones, et non d'autres choisis au hasard (Dans le langage ordinaire, le mot hasard est utilisé pour exprimer un manque efficient, sinon...), efface les souvenirs de la peur à ce son: les souris ne s'immobilisent plus lorsqu'elles l'entendent", précise le chercheur. La localisation de ces neurones pourrait permettre à long terme de développer des traitements capables d'effacer sélectivement un ou plusieurs souvenirs désagréables ou anxiogènes, comme ceux à l'origine d'un stress (Le stress (« contrainte » en anglais), ou syndrome général...) post-traumatique, survenant par exemple après un attentat ou un accident grave. Mais comme le précise, prudent, Bruno Bontempi: "Des années de recherche seront encore nécessaires pour en arriver là."
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.293 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique