Chasse à l'hippopotame à Chypre: mythe ou réalité ?

Publié par Redbran le 06/10/2015 à 12:00
Source: CNRS-INEE
La disparition des faunes de grands mammifères à la fin du Pléistocène, il y a environ 12.000 ans, est un phénomène global dont les causes ont pu varier localement et sont encore mal connues. Bien que la disparition des éléphants et des hippopotames nains de Chypre (Chypre (grec Κύπρος ; turc Kıbrıs) est une île située dans le Bassin Levantin qui constitue la partie la plus orientale de la mer...) semble coïncider avec les débuts de la présence humaine sur l'île (Une île est une étendue de terre entourée d'eau, que cette eau soit celle d'un cours d'eau, d'un lac ou d'une mer. Son étymologie latine, insula, a donné...), le rôle joué par l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme prépubère est...) dans cette extinction (D'une manière générale, le mot extinction désigne une action consistant à éteindre quelque chose. Plus particulièrement on retrouve ce terme dans plusieurs domaines :) reste encore très débattu. S'appuyant sur de nouvelles datations et analyses chimiques, une étude menée par des chercheurs du CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français (EPST).), du MNHN, de l'UPMC et de l'IFAO remet en question ce scenario et suggère que la disparition des hippopotames nains aurait pu avoir lieu plusieurs siècles avant que l'homme ne s'installe sur l'île. Ces travaux sont publiés depuis le 18 août 2015 dans PlosOne.

A la fin des années 1980, la fouille du site d'Akrotiri-Aetokremnos, au Sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.) de Chypre, met à jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début...) un grand nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) d'ossements d'hippopotames nains. L'accumulation de ces ossements dont une grande partie montre des traces (TRACES (TRAde Control and Expert System) est un réseau vétérinaire sanitaire de certification et de notification basé sur internet sous la responsabilité de la Commission...) de chauffe suggère que les faunes auraient pu être chassés par l'homme provoquant ainsi leur extinction. C'est du moins la thèse (Une thèse (du nom grec thesis, se traduisant par « action de poser ») est l'affirmation ou la prise de position d'un locuteur, à l'égard du sujet ou du thème qu'il évoque.) défendu par l'archéologue américain Alan Simmons depuis une vingtaine d'années. Cependant, l'absence de traces de découpe et de datations directes sur les restes osseux suscite le doute auprès de la communauté scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la...). Pour lever ce doute, une équipe réunie dans le cadre du Site d'étude en écologie globale: SEEG Limassol (CNRS-INEE) et composée notamment de chercheurs des laboratoires Archéozoologie, archéobotanique: sociétés, pratiques et environnements (AASPE - CNRS/MNHN) et Histoire naturelle (La démarche d'observation et de description systématique de la nature commence dès l'Antiquité avec Théophraste, Antigonios de Karystos et Pline l'Ancien. Le terme...) de l'Homme préhistorique (HNHP - CNRS/MNHN/ Univ. Perpignan Via Domitia) a réalisé de nouvelles datations et analyses physico-chimiques sur les ossements calcinés. Les datations au radiocarbone indiquent que les restes des hippopotames datent de la première moitié du 12e millénaire (Un millénaire est une période de mille années, c'est-à-dire de dix siècles.) avant notre ère. Ces dates sont presque identiques à celles des charbons de bois retrouvés dans les foyers sus-jacents. Cependant, des expériences complémentaires de combustion (La combustion est une réaction chimique exothermique d'oxydoréduction. Lorsque la combustion est vive, elle se traduit par une flamme voire une explosion.) menées par la même équipe ont montré que des ossements archéologiques brûlés dans un feu (Le feu est la production d'une flamme par une réaction chimique exothermique d'oxydation appelée combustion.) de bois peuvent paraître beaucoup plus récents qu'ils ne sont en réalité. En effet, durant la chauffe les ossements captent une grande partie du carbone (Le carbone est un élément chimique de la famille des cristallogènes, de symbole C, de numéro atomique 6 et de masse atomique 12,0107.) provenant du bois, faussant ainsi les analyses.

Pour résoudre ce problème de chronologie les chercheurs se sont alors intéressés à plusieurs ossements montrant une coloration bleu-vert pâle mais bien visible. Des analyses réalisées à l'accélérateur Grand Louvre d'Analyse Elémentaire (AGLAE) indiquent que la couleur (La couleur est la perception subjective qu'a l'œil d'une ou plusieurs fréquences d'ondes lumineuses, avec une (ou des) amplitude(s) donnée(s).) des ossements est liée à la présence d'ions manganèse (Le manganèse est un élément chimique, de symbole Mn et de numéro atomique 25.) dans le réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des informations. Par analogie avec un filet (un réseau est un « petit rets », c'est-à-dire un petit filet), on appelle nœud (node)...) cristallin. Il s'agit d'un phénomène connu depuis le Moyen-âge sous le nom de turquoise osseuse. A cette époque, des moines se sont aperçus qu'en faisant brûler des os fossiles enterrés dans un sol contenant du manganèse, ils prenaient une couleur bleu-vert, ce qui permettait ensuite aux artisans de les utiliser comme pièce d'ornement. La concentration en manganèse mesurée dans les ossements d'hippopotames indique que les os ont dû séjourner plusieurs siècles dans le sédiment avant de subir l'épisode de chauffe. Les ossements auraient donc pu tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) simplement constituer une source de combustible (Un combustible est une matière qui, en présence d'oxygène et d'énergie, peut se combiner à l'oxygène (qui sert de comburant) dans une réaction chimique générant de la chaleur : la...) facilement utilisable par l'homme à une époque où le bois était rare sur cette partie de l'île.


Deux radio-ulnas d'hippopotame nain provenant du site d'Akrotiri-Aetokremnos.
A droite un os non brûlé. A gauche un os calciné montrant le phénomène de turquoise osseuse. La réduction de taille est liée à la chauffe.
© Jean-Denis Vigne (Les vignes sont des lianes de la famille des Vitaceae. Ce sont des plantes du genre Vitis largement cultivées pour leur fruit en grappes, le raisin, dont on...), SEEG " Limassol ", CNRS.

La contemporanéité entre les hommes et les hippopotames n'est donc pas établie, et la responsabilité de l'homme dans la disparition des hippopotames reste encore à démontrer. Ces résultats éclairent également d'un jour nouveau les raisons de l'introduction sur l'île de sangliers en provenance du continent (Le mot continent vient du latin continere pour « tenir ensemble », ou continens terra, les « terres continues ». Au sens...). En effet, après la découverte d'ossements de cochons sur le site d'Akrotiri-Aetokremnos, une étude, publiée en 2009 par la même équipe, révélait que les premiers colons de Chypre auraient introduit des sangliers sur l'île pour les chasser et s'en nourrir (1). Un argument supplémentaire suggérant qu'à cette époque, hippopotames et éléphants nains avaient probablement déjà disparu.

Note:
(1) Pre-Neolithic pig management and introduction to Cyprus more than 11,400 years ago, J.-D. Vigne, A. Zazzo, J.-F. Saliège, F. Poplin, J. Guilaine, A. Simmons, PNAS, en ligne le 18 août 2009

Référence:
Direct Dating and Physico-Chemical Analyses Cast Doubts on the Coexistence of Humans and Dwarf Hippos in Cyprus par Antoine Zazzo, Matthieu Lebon, Anita Quiles, Ina Reiche et Jean-Denis Vigne, publié dans PLOSONE le 18 aout 2015
Cet article vous a plus ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.775 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique