Des chercheurs Australiens capables de créer de la peau humaine
Publié par Publication le 07/04/2010 à 00:37
Voici une avancée scientifique qui pourrait être un nouvel espoir pour les grands brûlés. Dimanche 4 avril, une porte-parole de la Sydney Burns Fondation a annoncé que des chercheurs ont réussi à créer en laboratoire une peau humaine.

Il s'agirait d'une peau (La peau est un organe composé de plusieurs couches de tissus. Elle joue, entre autres, le rôle d'enveloppe protectrice du corps.) humaine, vivante, d'épaisseur naturelle et donc plus élastique, ce qui pourrait permettre une transplantation de meilleure qualité. Les chercheurs poursuivent leurs tests afin de faire très prochainement des expériences sur des animaux. Ceci représente une avancée scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes scientifiques.) considérable.


Peau humaine - Illustration: XenonR, licence Creative Commons

En effet, à ce jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du...), les victimes de brûlures graves reçoivent des greffes de peau provenant de leur propre corps, mais également de peau cultivée en laboratoire à partir de leurs propres cellules. Seulement cette peau greffée est trop fine et pas assez élastique, ce qui empêche la régulation (Le terme de régulation renvoie dans son sens concret à une discipline technique, qui se rattache au plan scientifique à l'automatique.) thermique (La thermique est la science qui traite de la production d'énergie, de l'utilisation de l'énergie pour la production de chaleur ou de froid, et des transferts de chaleur suivant...) et la transpiration. Elle est moins sensible, n'a pas de pilosité. De plus, un délai (Un délai est d'après le Wiktionnaire, « un temps accordé pour faire une chose, ou à l’expiration duquel on sera tenu de faire une certaine chose.  ».) de trois semaines est nécessaire pour produire une quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire, vecteur, nombre d’objets ou d’une autre manière de dénommer la...) suffisante de peau. Ce long délai expose le brûlé à des risques d'infections.

En 2009, une équipe française avait également annoncé dans la revue scientifique The Lancet avoir réussi à recréer, à partir de cellules souches embryonnaires humaines, l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut...) d'un épiderme (couche supérieure de la peau).


Auteur de l'article: Cédric DEPOND
Page générée en 0.327 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique