Le chromosome Y évolue bien plus rapidement que le X chez lez primates, dont les humains

Publié par Redbran le 11/07/2024 à 06:00
Source: Nature
EN, DE, ES, PT
Restez toujours informé: suivez-nous sur Google Actualités (icone ☆)

L'évolution rapide du chromosome Y chez les primates, y compris les humains, intrigue les scientifiques. Une étude récente révèle que le chromosome Y évolue beaucoup plus rapidement que le chromosome X. Cette découverte soulève des questions sur les mécanismes évolutifs spécifiques à ce chromosome masculin.


Les humains et les chimpanzés partagent environ 98 % de leur ADN global, mais seulement entre 14 % et 27 % des séquences du chromosome Y sont communes. Cette divergence surprenante, compte tenu des 7 millions d'années écoulées depuis leur séparation, interroge les chercheurs.

Cette évolution rapide pourrait s'expliquer par la présence d'une seule copie du chromosome Y chez les mâles, contrairement aux deux copies du chromosome X chez les femelles. Le chromosome Y, essentiel pour la production de spermatozoïdes, est ainsi plus vulnérable aux mutations sans possibilité de compensation.

Les mutations sur le chromosome Y sont fréquentes en raison de la réplication intensive de l'ADN nécessaire à la production de nombreux spermatozoïdes. Chaque réplication est une occasion pour des erreurs de se glisser, accélérant ainsi l'évolution de ce chromosome.

En utilisant le séquençage "telomere-to-telomere" (T2T), les chercheurs ont comparé les chromosomes sexuels de six espèces de primates. Cette méthode permet de séquencer précisément les éléments répétitifs des chromosomes, incluant les "caps" télomériques.

Les résultats montrent une évolution rapide du chromosome Y à travers toutes les espèces étudiées. Par exemple, les chimpanzés et les bonobos, qui ont divergé il y a 1 à 2 millions d'années, présentent des différences significatives dans la longueur de leurs chromosomes Y.

L'étude révèle également que le chromosome X reste très conservé parmi les primates, ce qui est attendu compte tenu de son rôle crucial dans la reproduction. Toutefois, la forte mutation du chromosome Y est compensée par des séquences génétiques répétitives, protégeant ainsi les gènes essentiels.

Malgré ses révélations, l'étude comporte des limites, notamment l'examen d'un seul représentant par espèce, sans pouvoir mesurer la variation du chromosome Y au sein d'une même espèce.
Page générée en 0.006 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique
Version anglaise | Version allemande | Version espagnole | Version portugaise