Cligner des yeux déconnecte partiellement le cerveau
Publié par Michel le 27/07/2005 à 00:00
Source: University College London (UCL)
Le clignement des yeux déconnecte temporairement certaines parties du cerveau, selon une étude publiée dans la dernière édition de Current Biology. Une équipe de l'UCL (University College London) a constaté que le cerveau désactive des parties du système visuel chaque fois l'on cligne des yeux, ceci même si de la lumière (La lumière est l'ensemble des ondes électromagnétiques visibles par l'œil humain, c'est-à-dire comprises dans des longueurs d'onde de 380nm (violet)...) pénètre encore dans les yeux. Leurs résultats pourraient expliquer pourquoi on n'est pas conscient de ses propres clignements.

Les scientifiques de l'UCL spécialiste en neurologie (La neurologie est la discipline médicale clinique qui étudie l'ensemble des maladies du système nerveux, et en particulier du cerveau. Cette spécialité médicale...) ont conçu un dispositif spécial pour étudier les effets du clignement sur le cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de...). L'appareil, à base de fibres (Une fibre est une formation élémentaire, végétale ou animale, d'aspect filamenteux, se présentant généralement sous forme de faisceaux.) optiques, a été placé dans la bouche (La bouche (encore dénommée cavité buccale ou cavité orale) est l'ouverture par laquelle la nourriture d'un animal entre dans son corps. Le mot gueule s'utilise aussi, mais avec un sens familier voire...) de volontaires portant des lunettes noires opaques et placés dans un scanner (Un scanneur, ou numériseur à balayage est l'équivalent du terme anglais scanner, qui vient du verbe anglais to scan, signifiant...) IRM. Les fibres optiques éclairaient les globes oculaires à travers le palais d'une lumière intense. Ainsi, la lumière arrivant sur la rétine (La rétine est l'organe sensible de la vision. D'origine diencéphalique, elle est une mince membrane pluri-stratifiée d'environ 0,5 mm d'épaisseur...) est demeurée constante même lorsque les volontaires clignaient des yeux, permettant aux chercheurs de mesurer les effets du clignement sur l'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) cérébrale indépendamment des effets de la fermeture (Le terme fermeture renvoie à :) des paupières sur la lumière entrant dans l'oeil.

L'expérience a permis de constater que le clignement supprimait l'activité du cerveau dans le cortex (En biologie, le cortex (mot latin signifiant écorce) désigne la couche superficielle ou périphérique d'un tissu organique.) visuel ainsi que dans les zones pariétales et préfrontales qui sont habituellement activées quand on prend conscience des événements ou des objets du monde (Le mot monde peut désigner :) extérieur.

Pour Davina Bristow de l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics est un tel institut.) de neurologie de l'UCL, "on sait que le clignement est nécessaire pour maintenir la surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois frontière physique, et est souvent abusivement confondu avec sa mesure,...) des yeux humides. La plupart des personnes clignent des yeux environ 15 fois par minute ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un acte. Cartographie géologique ; la minute de terrain est...) et un clignement dure en moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de l'ensemble s'ils étaient tous...) de 100 à 150 millisecondes, ce qui signifie qu'en fin de compte nous passons au moins 9 jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport à minuit heure locale) et sa...) par an à cligner des yeux".

"Nous nous apercevrions immédiatement si le monde extérieur devenait soudainement sombre, en particulier si cela se produisait toutes les quelques secondes. Mais nous nous rendons rarement compte de nos clignements, bien qu'ils causent une réduction similaire de la quantité (La quantité est un terme générique de la métrologie (compte, montant) ; un scalaire, vecteur, nombre d’objets ou d’une autre manière de dénommer la valeur d’une collection ou un...) de lumière entrant dans l'œil. Ceci nous donne une conscience non interrompue du monde environnant", ajoute Bristow.

"La déconnexion temporaire des zones du cerveau concernées par la conscience visuelle pendant les clignements peut être un mécanisme neuronal pour empêcher le cerveau de se rendre compte du mouvement vers le bas de la paupière sur la pupille (Dans l'œil, la pupille est le trou situé au milieu de l'iris. Il nous apparaît noir étant donné que la majorité de la lumière entrant à l'intérieur de l'œil...) et de l'obscurcissement du monde", conclut-elle.

En bref, les auteurs proposent que lorsque nous clignons des yeux, le cerveau ne s'en aperçoit tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) simplement pas.

Page générée en 0.146 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique