Coronavirus: Les chats pourraient être une espèce sensible au SRAS-CoV-2

Publié par Isabelle le 15/05/2020 à 09:00
Source: INRAE
Premier chat détecté porteur du SRAS-Cov-2 en France: la transmission de l'humain au chat est rare mais la distanciation est recommandée.

L'unité mixte de recherche en virologie ( INRAE - EnvA - Anses), en lien avec l'Institut Pasteur (L’Institut Pasteur est une fondation française privée à but non lucratif qui...), a détecté le premier chat (Le chat domestique (Felis silvestris catus) est un mammifère carnivore de la famille des...) porteur du SRAS-CoV-2 en France. Comme pour des cas précédemment identifiés dans le monde (Le mot monde peut désigner :), le chat vivait avec une personne malade du Covid-19.


Premier chat détecté porteur du SRAS-Cov-2 en France: la transmission de l'humain au chat est rare mais la distanciation est recommandée.
© INRAE

La maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal...) à coronavirus 2019 (Covid-19) causée par le coronavirus 2 du syndrome (Un syndrome est un ensemble de signes cliniques et de symptômes qu'un patient est susceptible...) respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2) a été signalée pour la première fois à Wuhan, en Chine, et s'est rapidement propagée dans le monde entier. Des études antérieures ont suggéré que les chats pourraient être une espèce (Dans les sciences du vivant, l’espèce (du latin species, « type »...) sensible au SRAS-CoV-2, avec seulement quatre chats naturellement infectés signalés à ce jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la...) dans le monde.

L'unitémixte de virologie (La virologie est l'étude des virus et des agents infectieux associés. Elle cherche à...) EnvA-Anses-Inrae a ici étudié l'infection présumée du SRAS-CoV-2 chez les chats de propriétaires suspectés d'être infectés par le COVID-19. Pour chaque chat, des prélèvements rectaux et nasopharyngés (nez et pharynx) ont été effectués. Ils ont été soumis à un test qRT-PCR ciblant deux gènes du SRAS-CoV-2. Cette étude s'est faite grâce à la participation des praticiens vétérinaires d'Ile de France et des réseaux professionnels.

Un chat a été testé positif par qRT-PCR sur prélèvement rectal, ce qui a été confirmé par le centre collaborateur de l'OIE (Oie (/wa/) est un nom vernaculaire ambigu en français. Les oies forment un groupe d'oiseaux...) à l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est...) Pasteur. Les écouvillons nasopharyngés de cet animal (Un animal (du latin animus, esprit, ou principe vital) est, selon la classification classique, un...) ont été testés négatifs. Ce chat présentait des signes cliniques respiratoires et digestifs.

Cette étude rapporte pour la première fois l'infection naturelle d'un chat en France (près de Paris), probablement par ses propriétaires. À ce stade (Un stade (du grec ancien στ?διον stadion, du verbe...) des connaissances scientifiques, il semble que les chats ne sont pas aisément infectés par le virus (Un virus est une entité biologique qui nécessite une cellule hôte, dont il utilise...) SRAS-CoV-2 même en contact avec des propriétaires infectés comme l'a montrée une étude précédente sur les animaux des étudiants vétérinaires de l'EnvA. Toutefois, afin de protéger leur animal familier, il est conseillé aux personnes malades du Covid-19 de limiter les contacts étroits avec leur chat, de porter un masque en sa présence et de se laver les mains avant de le caresser.

Pour rappel, les chats ne sont pas considérés comme des acteurs de l'épidémie. Interrogée sur la transmission potentielle de la maladie Covid-19 par l'intermédiaire d'animaux domestiques, l'Anses a conclu dans un avis (Anderlik-Varga-Iskola-Sport (Anderlik-Varga-Ecole-Sport) fut utilisé pour désigner un...) rendu (Le rendu est un processus informatique calculant l'image 2D (équivalent d'une photographie)...) début mars et complété le 20 avril qu'à la lumière (La lumière est l'ensemble des ondes électromagnétiques visibles par l'œil...) des connaissances scientifiques disponibles, il n'existe aucune preuve que les animaux de compagnie et d'élevage jouent un rôle épidémiologique dans la propagation du virus SRAS-CoV-2.

Questions à Sophie Le Poder, co-auteure de l'étude

Centre de recherche:
Ile-de-France - Jouy-en-Josas - Antony

Département:
Santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste...) animale

Contact:
Sébastien Di Noia (Noia est une ville de Galice en Espagne, située dans la province de La Corogne.) - Directeur de la communication (La communication concerne aussi bien l'homme (communication intra-psychique, interpersonnelle,...) - communication at vet-alfort.fr
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.291 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique