COVID-19: découverte d'un mécanisme de transmission inédit du coronavirus

Publié par Isabelle le 02/10/2020 à 09:00
Source: CEA

(c)Angkhana Kittayachaweng
Des chercheurs de l'IBS (CEA-Irig) révèlent un mécanisme de prolifération du SARS-CoV-2 jusque-là inconnu. Le virus peut utiliser des cellules immunitaires pour augmenter sa capture et sa transmission !

La mise au point (Graphie) de vaccins et de traitements pour lutter contre le coronavirus SARS-CoV-2 nécessite de connaître le comportement du virus (Un virus est une entité biologique qui nécessite une cellule hôte, dont il utilise les constituants pour se multiplier. Les virus existent sous une forme extracellulaire ou intracellulaire....) dans l'organisme, en particulier ses portes d'entrée dans les cellules qu'il infecte. D'une manière générale, les cellules portent des récepteurs à leur surface (Une surface désigne généralement la couche superficielle d'un objet. Le terme a plusieurs acceptions, parfois objet géométrique, parfois frontière physique, et est souvent abusivement confondu avec sa mesure, sa...); certains servent (Servent est la contraction du mot serveur et client.) juste d'accrochage aux virus tandis que d'autres peuvent en plus agir comme des serrures que les virus peuvent utiliser pour entrer. Ils ont pour cela un arsenal de protéines, comme un jeu de clés, qui permet de franchir la barrière cellulaire.

La glycoprotéine S, présente à la surface du SARS-CoV-2, autorise l'entrée du virus dans les cellules humaines via son interaction (Une interaction est un échange d'information, d'affects ou d'énergie entre deux agents au sein d'un système. C'est une action réciproque qui suppose l'entrée en contact de sujets.) avec le récepteur ACE2, présent à la surface des cellules infectées. Des chercheurs du CEA-Irig (IBS) ont découvert d'autres récepteurs que ACE2 permettant au virus d'infecter l'organisme. Il s'agit de plusieurs protéines de la famille des lectines (DC-SIGN, L-SIGN, MGL et Langerin), des récepteurs présents sur les cellules immunitaires. "Cette interaction implique une reconnaissance multi-site de la protéine (Une protéine est une macromolécule biologique composée par une ou plusieurs chaîne(s) d'acides aminés liés entre eux par des liaisons peptidiques. En général, on parle de...) S en exploitant les différents glycanes (sucres) de surface de la protéine S", explique Franck Fieschi, chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur tant les domaines de recherche sont diversifiés et...) au CEA-Irig. La glycoprotéine S possèderait donc tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) un jeu de clés pour permettre à SARS-CoV-2 de proliférer.

Les scientifiques ont montré que cette interaction ne permet pas d'induire l'infection directe des cellules par le SARS-CoV-2. Par contre, parmi ces récepteurs, DC-SIGN et L-SIGN sont capables, une fois qu'ils ont accroché le virus à la cellule, de le transmettre aux cellules permissives possédant ACE2. C'est donc un nouveau mode de transmission, dans le processus global d'infection, que ces chercheurs mettent en avant dans une publication déposée sur le site de preprint BioRxiv et qui est actuellement en cours d'évaluation par un journal à comité de lecture. Ils ont également montré qu'il est possible d'inhiber ce nouveau mode de transmission du virus par l'utilisation de glycomimétiques précédemment développés à l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics est...) de Biologie (La biologie, appelée couramment la « bio », est la science du vivant. Prise au sens large de science du vivant, elle recouvre une partie des sciences naturelles et de l'histoire naturelle des êtres vivants...) Structurale (CEA-Irig). Ce travail est le résultat d'une collaboration internationale avec des groupes espagnol et italiens.

Références:
DC/L-SIGN recognition of spike glycoprotein promotes SARS-CoV-2 trans-infection and can be inhibited by a glycomimetic antagonist | PREPRINT
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.043 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique