Les dauphins révèlent un sixième sens ! Voici lequel

Publié par Cédric le 06/12/2023 à 06:00
Auteur de l'article: Cédric DEPOND
Source: Journal of Experimental Biology
2
Restez toujours informé: suivez-nous sur Google Actualités (icone ☆)

Les dauphins ont longtemps fasciné les scientifiques pour leur intelligence et leurs capacités uniques. Dernièrement, une étude menée par des chercheurs de l'Université de Rostock et du Zoo de Nuremberg, en Allemagne, a dévoilé un sixième sens surprenant chez ces mammifères marins.

Deux grands dauphins captifs (Tursiops truncatus) ont démontré aux chercheurs leur capacité à détecter de faibles champs électriques dans l'eau à l'aide de leurs longs museaux. Cette découverte suggère la possibilité que certains mammifères marins puissent repérer les courants électriques émanant de petites proies enfouies dans le sable. Ils pourraient même utiliser cette compétence pour détecter le champ magnétique terrestre.


Vue d'ensemble du dispositif expérimental lors d'un essai.
(A) Vue sous-marine d'un dauphin stationné à l'intérieur de l'appareil lors d'un essai. Le dauphin nage tête première dans l'engin immergé et place son rostre sur la station de la mâchoire tout en touchant la cible avec le bout de son rostre. Le cache visuel empêche tout signal ( Termes généraux Un signal est un message simplifié et généralement codé. Il existe...) involontaire de la part de l'expérimentateur car le dauphin ne peut pas voir l'expérimentateur dès qu'il entre dans l'appareil.
(B) Vue rapprochée du dauphin stationné à l'intérieur de l'appareil.
(C) Vue schématique rapprochée de la configuration expérimentale lors d'un essai. Un dauphin se positionne sur la cible dans l'engin lors d'un essai. La station de cible et de mâchoire assurait une position constante du rostre du dauphin pendant tous les essais. Les électrodes sont situées à environ 10 cm au-dessus des cryptes vibrissales glabres de la tribune supérieure. Si un stimulus électrique était présenté, le dauphin était entraîné à quitter l'appareil ("hit") dans les 3 secondes suivant le début du stimulus. Lors des essais sans stimulus, le dauphin est resté en station pendant au moins 12 s ("rejet correct"). Les réponses correctes ont été secondairement renforcées par l'expérimentateur, suivies d'une récompense en poisson (Les Poissons sont une constellation du zodiaque traversée par le Soleil du 12 mars au 18...) de la part du dresseur. Les réponses incorrectes n'ont pas été renforcées.

Jusqu'à présent, seul un autre mammifère placentaire terrestre possédant des électrorécepteurs avait été découvert. Il y a à peine une décennie (Une décennie est égale à dix ans. Le terme dérive des mots latins de decem « dix »...), les scientifiques ont démontré que le dauphin de Guinée (Sotalia guianensis) avait développé son propre système d'électroréception, différent de celui des poissons, amphibiens et monotrèmes tels que les ornithorynques et les échidnés.

Les expériences suggèrent maintenant que les grands dauphins et les dauphins de Guinée peuvent tous deux faire quelque chose de singulièrement similaire grâce à une ligne de pores sensibles sur leur museau, appelée cryptes vibrissales. Il s'agit de petits orifices d'une sensibilité extrême, qui servent aux dauphins juvéniles à abriter les vibrisses, des sortes de "moustaches" qui tombent à l'âge adulte.

Au cours des expériences, les grands dauphins ont pu utiliser ces anciens "trous à vibrisses" pour détecter des champs électriques très faibles, aussi bas que 2,4 et 5,5 microvolts par centimètre - un seuil de détection que les chercheurs décrivent comme "de même ordre de grandeur que ceux de l'ornithorynque (L'Ornithorynque (Ornithorhynchus anatinus) est une espèce de mammifère semi-aquatique...)" et similaire également aux dauphins de Guinée.

Cependant, ces résultats récents n'ont été obtenus qu'à partir de deux dauphins captifs au Zoo de Nuremberg, ce qui nécessite de nouvelles expériences pour comprendre comment ces créatures utilisent réellement ce sens à l'état sauvage. Néanmoins, il y a des raisons de penser que les électrorécepteurs jouent un rôle dans la chasse des dauphins.

Dans les années 1990, les chercheurs ont observé des grands dauphins plonger tête la première dans le sable (parfois jusqu'à leurs nageoires pectorales) avant de s'éloigner avec du poisson. Cette stratégie (La stratégie - du grec stratos qui signifie « armée » et ageîn qui signifie...) alimentaire, appelée "alimentation par cratère ( Pour le cratère d'origine volcanique, voir Cratère volcanique Pour le cratère d'origine...)", était principalement considérée comme fonctionnant via l'écholocalisation. Pourtant, de nouvelles preuves suggèrent que l'électroréception pourrait également jouer un rôle dans cette compétence.

Dans l'eau, tous les organismes produisent des champs électriques en courant continu, et lorsque qu'un poisson respire par ses branchies, ces champs peuvent se transformer en impulsions de courant alternatif (Le courant alternatif (qui peut être abrégé par CA, ou AC, pour Alternating Current...). Détecter passivement à la fois les champs de courant continu et de courant alternatif, pourrait permettre aux grands dauphins et aux dauphins de Guinée de repérer de petites proies se cachant dans le sable.
Page générée en 0.222 seconde(s) - site hébergé chez Contabo | English version
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique