Découverte des neurones de la démangeaison
Publié par Michel le 08/08/2009 à 00:00
Source: Science, AAAS & EurekAlert
Des scientifiques ont mis en évidence chez la souris les neurones sollicités lors d'une démangeaison et qui signalent au cerveau la nécessité de se gratter. Cette découverte va peut-être calmer une question qui titille depuis longtemps les neuroscientifiques: est-ce que le système nerveux (Le système nerveux est un système en réseau formé des organes des sens, des nerfs, de l'encéphale, de la moelle épinière, etc. Il coordonne les...) traite de la même manière la sensation de douleur (La douleur est la sensation ressentie par un organisme dont le système nerveux détecte un stimulus nociceptif. Habituellement, elle correspond à un signal d'alarme de...) et d'irritation ?

Les chercheurs se demandaient si la démangeaison était juste un type de douleur ou si elle correspondait à des voies nerveuses distinctes. Jusqu'à présent il était difficile de conclure mais la nouvelle étude de Yan-Gang Sun (Sun Microsystems (NASDAQ : SUNW) est un constructeur d'ordinateurs et un éditeur de logiciels américain.), de la Washington University School of Medicine à St. Louis, et ses collègues devrait permettre d'y voir plus clair. Les chercheurs avaient déjà établi qu'un récepteur neuronal appelé GRPR était impliqué dans la sensation de démangeaison mais pas dans celle de la douleur. Ils montrent maintenant que des souris (Le terme souris est un nom vernaculaire ambigu qui peut désigner, pour les francophones, avant tout l’espèce commune Mus musculus, connue aussi comme animal de compagnie ou de laboratoire, mais aussi de nombreuses espèces...) dont la moelle épinière (La moelle épinière, ou moelle spinale, désigne la partie du système nerveux central prolongeant en dessous la medulla oblongata, ou...) est dépourvue de neurones avec récepteurs GRPR ne se grattent plus en présence d'un stimulus irritant tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) en gardant la même sensibilité à la douleur.

Les neurones exprimant les récepteurs à GRPR s'avèrent distincts d'un autre groupe de cellules nerveuses, les neurones SST, qui étaient au coeur du débat (Un débat est une discussion (constructive) sur un sujet, précis ou de fond, annoncé à l'avance, à laquelle prennent part des individus ayant des avis, idées, réflexions ou opinions divergentes...). Cette découverte suggère ainsi que les neurones à récepteur GRPR représentent la voie de sensibilité à la démangeaison tant recherchée dans la moelle épinière.
Page générée en 10.893 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique