Les grands émetteurs mondiaux de CO2 sont désormais identifiables par satellite

Publié par Adrien le 27/05/2022 à 09:00
Source: CEA

(c) NASA/JPL-Caltech
Pour la première fois, une collaboration internationale impliquant le LSCE (CEA-CNRS-UVSQ) offre une vision globale des gros panaches de CO2 imputables aux énergies fossiles en exploitant des observations satellitaires.

L'Accord de Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région...) sur le climat (Le climat correspond à la distribution statistique des conditions atmosphériques dans une...) (2015) suscite un grand intérêt pour des moyens de surveillance globale des émissions de gaz (Un gaz est un ensemble d'atomes ou de molécules très faiblement liés et...) à effet de serre (L'effet de serre est un processus naturel qui, pour une absorption donnée d'énergie...) - en particulier celles qui sont liées aux énergies fossiles. C'est pourquoi plusieurs agences spatiales développent des imageurs spatiaux capables d'observer les panaches de CO2 de grandes sources industrielles et urbaines.

Pour évaluer leur potentiel, des chercheurs du LSCE ont développé un algorithme qui estime les émissions de CO2 dues à la combustion (La combustion est une réaction chimique exothermique d'oxydoréduction. Lorsque la...) de pétrole (Le pétrole est une roche liquide carbonée, ou huile minérale. L'exploitation de...), de gaz naturel (Le gaz naturel est un combustible fossile, il s'agit d'un mélange d'hydrocarbures présent...) ou de charbon, à partir de mesures satellitaires de "colonnes" de CO2.

Ils l'ont testé sur les archives de deux instruments de la NASA (La National Aeronautics and Space Administration (« Administration nationale de...) OCO-2 (Orbiting Carbon Observatory) et OCO-3 qui fournissent (depuis 2014 pour OCO-2 et 2019 pour OCO-3) des données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent...) denses à haute résolution spatiale (3 km2), sur une bande (fauchée) plus étroite que celle des futurs (Futurs est une collection de science-fiction des Éditions de l'Aurore.) imageurs.

Les émissions calculées à partir des deux OCO ont été comparées à un inventaire mondial des émissions établi à partir de statistiques (La statistique est à la fois une science formelle, une méthode et une technique. Elle...) internationales, resituées dans leur cadre temporel et spatial, grâce à des données "auxiliaires".

Les variabilités respectives des deux ensembles de données s'accordent en grande partie, malgré les incertitudes qui leur sont attachées. Les valeurs médianes des émissions varient en effet de manière cohérente à diverses échelles de temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le...): année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié...), mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps...), jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la...) de la semaine, premières heures (L'heure est une unité de mesure  :) du jour, etc.

Ces résultats suggèrent que les différences entre les estimations du modèle inverse (En mathématiques, l'inverse d'un élément x d'un ensemble muni d'une loi de...) satellitaire et les estimations de l'inventaire sont principalement aléatoires.

Les tendances en matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses...) d'émissions pourront donc être calculées de manière robuste dans les zones où les conditions d'observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les...) satellitaire sont favorables - en particulier lorsque les futurs imageurs spatiaux de CO2 fourniront dix fois plus de données. Ce sera le cas à partir de 2025, quand l'Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un...) déploiera une constellation (Une constellation est un ensemble d'étoiles dont les projections sur la voûte...) d'imageurs CO2 à la fauchée beaucoup plus large (250 km contre 2-10 km).

Références:
Large CO2 emitters as seen from satellite (Satellite peut faire référence à :): Comparison to a gridded global emission inventory. Geophysical Research Letters
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.070 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique