Implantation cardiaque: l'allergie aux bioprothèses de porc
Publié par Adrien le 24/05/2011 à 12:00
Source: CNRS-INSB
Dans une étude publiée par The lancet le 30 avril 2011, des microbiologistes de l'Unité de recherche sur les maladies infectieuses et tropicales émergentes (URMITE, CNRS/Université de la Méditerranée), en collaboration avec des cardiologues et des chirurgiens cardiaques de l'APHM, ont montré que des patients allergiques aux protéines de porc (Le porc (du latin porcus) qui se dit aussi cochon domestique (Sus scrofa domesticus) ou cochon des villes est un mammifère domestique omnivore de la famille des porcins, ou suidés proche du sanglier avec lequel il peut se croiser.) sont fortement susceptibles de succomber à l'implantation (Le mot implantation peut avoir plusieurs significations :) cardiaque de valves prothétiques, fabriquées à partir des cellules de cet animal (Un animal (du latin animus, esprit, ou principe vital) est, selon la classification classique, un être vivant hétérotrophe, c’est-à-dire...).

L'endocardite est une inflammation (Une inflammation est une réaction de défense immunitaire stéréotypée du corps à une agression : infection, brûlure, allergie…) de l'endocarde, c'est-à-dire de l'enveloppe interne (En France, ce nom désigne un médecin, un pharmacien ou un chirurgien-dentiste, à la fois en activité et en formation à l'hôpital ou en...) du coeur, qui atteint plus particulièrement les valves cardiaques. Cette grave maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.) est le plus souvent de nature infectieuse et cause des dégâts valvulaires importants, à l'origine d'une mortalité et morbidité importante, surtout en l'absence de traitements adaptés. L'endocardite infectieuse peut aussi bien survenir sur des valves natives que sur des valves prothétiques. Concernant les valves prothétiques, les bioprothèses, élaborées à partir de tissus de boeuf ou de porc, sont d'ailleurs généralement mieux tolérées que les valves mécaniques.


Coupe histologique d'une bioprothèse implantée chez le patient, montrant la présence anormale de polynucléaires éosinophiles (flèches) compatible avec un phénomène allergique. © URMITE, P.-E. Fournier

Le taux annuel d'incidence de l'endocardite infectieuse en France est stable et s'estime à 31 cas par million (Un million (1 000 000) est l'entier naturel qui suit neuf cent quatre-vingt-dix-neuf mille neuf cent quatre-vingt-dix-neuf (999 999) et qui précède un million un (1 000 001). Il...) d'habitants, soit environ 1500 cas par an. Son diagnostic (Le diagnostic (du grec δι?γνωση, diágnosi, à partir de δια-, dia-, „par, à travers, séparation, distinction“...) repose sur un faisceau d'arguments épidémio-cliniques et sur des tests paracliniques, parmi lesquels les hémocultures sont les examens de référence. Cependant, dans 12 à 24% des cas, les hémocultures restent négatives et ne permettent alors pas d'identifier le microorganisme responsable de l'infection, ce qui expose le patient à des complications non négligeables liées à un traitement inadapté.

Ainsi, depuis 1994, les chercheurs de l'URMITE développent une stratégie (La stratégie - du grec stratos qui signifie « armée » et ageîn qui signifie « conduire » - est :) rationnelle pour la recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique...) des agents étiologiques qui provoquent la maladie, dans le but d'identifier les causes d'endocardites à hémocultures négatives (EHN). Cette stratégie a déjà permis d'identifier une étiologie chez 69,5% des 1107 patients testés négativement avec l'hémoculture entre 1983 et 2009. Dans environ 10% des cas, la maladie a une origine non-infectieuse, ce qui nécessite une prise en charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne lieu à un...) thérapeutique (La thérapeutique (du grec therapeuein, soigner) est la partie de la médecine qui étudie et applique le traitement des maladies.) bien spécifique. Mais qu'en est-il pour les autres ?

L'étude publiée dans The lancet (The Lancet est une revue scientifique médicale britannique, publiée à un rythme hebdomadaire par the Lancet Publishing Group. Il doit son nom à l'instrument chirurgical appelé lancette (en anglais :...) par les scientifiques de l'URMITE et de l'APHM décrit le cas fatal d'un homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme »....) ayant subi quatre épisodes consécutifs d'EHN suite à l'implantation d'une bioprothèse valvulaire de porc. L'analyse de ce cas assez particulier a montré qu'une allergie (L'allergie est une réaction anormale, inadaptée, exagérée et excessive du système immunitaire de l'organisme, consécutive à...) au porc, utilisé dans la fabrication de bioprothèses pour le coeur, peut être responsable d'endocardites à hémocultures négatives. Dans la mesure où cette allergie touche entre 5 et 20% de la population générale, ces travaux suggèrent donc qu'il est primordial de rechercher systématiquement, avant la mise en place d'une bioprothèse de porc, une allergie aux protéines de cet animal.
Page générée en 0.374 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique