Où est passé le chromosome Y néandertalien ?

Publié par Redbran le 21/05/2024 à 13:00
EN, DE, ES, PT
Restez toujours informé: suivez-nous sur Google Actualités (icone ☆)

Depuis des millénaires, l'Homme moderne et les néandertaliens ont partagé des moments d'intimité qui ont laissé des traces dans notre ADN. Pourtant, un mystère persiste: pourquoi n'y a-t-il aucune trace de l'ADN du chromosome Y de l'Homme de Néandertal chez l'Homme moderne ?


Les génomes des humains actuels portent encore la signature des croisements avec les néandertaliens, influençant notre santé de multiples façons. Cependant, le chromosome Y, spécifique aux hommes, est totalement dépourvu d'ADN néandertalien. Plusieurs hypothèses existent pour expliquer ce phénomène.

Les experts soulignent que cette absence pourrait être due au hasard ou à l'incompatibilité génétique entre les néandertaliens masculins et les Homo sapiens féminins. En 2016, une étude a révélé le chromosome Y d'un néandertalien mâle de 49 000 ans. Cependant, aucune portion de l'ADN de ce chromosome n'a été trouvé dans les échantillons humains modernes.

Une explication pourrait être la dérive génétique, où l'ADN néandertalien a simplement été perdu au fil du temps. L'ADN néandertalien est rare chez les humains actuels, il est donc possible qu'il ait été éliminé par ce processus. Une autre hypothèse suggère que le chromosome Y néandertalien était incompatible avec l'ADN humain moderne, entraînant des problèmes immunitaires ou des fausses couches chez les femmes portant des fœtus mâles avec ce chromosome.

Cette hypothèse se base sur l'idée que les gènes du chromosome Y néandertalien interféraient avec le système immunitaire humain, causant des rejets. De plus, une ancienne théorie appelée "règle de Haldane" propose que l'infertilité entre populations génétiquement différentes affecte principalement le sexe avec deux chromosomes sexuels distincts, ici les mâles.

Dans l'histoire évolutive, le chromosome Y néandertalien n'a pas pu rivaliser avec celui de l'Homme moderne. Les néandertaliens avaient une population beaucoup plus réduite, ce qui favorise l'accumulation de mutations nocives. L'ADN humain moderne "plus sain" aurait donc été favorisé par la sélection naturelle.

Malheureusement, sans plus de données génomiques des néandertaliens, ces hypothèses restent difficiles à confirmer.
Page générée en 0.084 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique
Version anglaise | Version allemande | Version espagnole | Version portugaise