Les premiers hommes modernes mangeaient des tubercules

Publié par Adrien le 06/01/2020 à 08:00
Source: CNRS
Il y a 170 000 ans, les habitants de Border Cave, une célèbre grotte d'Afrique du Sud, extrayaient du sol certains tubercules riches en carbohydrates et les ramenaient à la grotte pour les cuire et les consommer. Cette découverte d'une équipe franco sud-africaine de paléobotanistes et archéologues, dont Francesco d'Errico, chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de...) CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français (EPST).) du laboratoire Pacea (CNRS/Ministère de la Culture/Université de Bordeaux), apporte des informations inédites sur les pratiques alimentaires des premiers hommes modernes, qui mangeaient donc des aliments... proscrits dans le régime "paléo" en vogue aujourd'hui. Leurs résultats sont publiés dans la revue Science le 3 janvier 2020.


Fouilles à Border Cave conduites par l'équipe franco-sud-africaine.
© Lucinda Backwell

Les archéologues disposaient jusqu'ici de peu d'informations directes sur les espèces végétales consommées par les premiers hommes modernes africains et leur mode de préparation, jusqu'aux fouilles menées depuis 2015 à Border Cave, en Afrique (D’une superficie de 30 221 532 km2 en incluant les îles, l’Afrique est un continent couvrant 6 % de la surface terrestre et 20,3 % de la...) du Sud (Le sud est un point cardinal, opposé au nord.). Ce site est mondialement connu notamment pour la découverte de restes des premiers Homo sapiens. Lors de fouilles, des chercheurs sud-africains et français ont reconnu de petits restes carbonisés de rhizomes, les tiges souterraines de certains végétaux, et montré aux autres archéologues comment prélever les spécimens sans les endommager. Une cinquantaine de rhizomes entiers carbonisés a été identifiée comme appartenant au genre Hypoxis, notamment grâce à l'étude de la structure vasculaire par microscope électronique (Un microscope électronique est un type de microscope qui utilise un faisceau de particules d'électrons pour illuminer un échantillon et en créer une image...) à balayage. Les plus anciens proviennent de couches datées de 170 000 ans.

Les rhizomes d'hypoxie sont riches en glucides et ont une valeur énergétique élevée. Fibreux et difficiles à mâcher, la cuisson les rend plus faciles à peler et à digérer, ce qui aurait permis d'en consommer davantage et d'en accroître les bienfaits nutritionnels. Les habitants de Border Cave ont probablement extrait ces rhizomes près de la grotte et ramenés pour les cuire dans les cendres des foyers. Le fait qu'ils aient été ramenés à la grotte plutôt que consommés sur place suggère que la nourriture était partagée. Cette découverte implique l'utilisation de bâtons de bois pour extraire les rhizomes du sol: l'un de ces outils, parmi les plus anciens connus à ce jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil...), avait déjà été trouvé à Border Cave et daté d'environ 40 000 ans par carbone 14 (Le carbone 14 est un isotope radioactif du carbone, noté 14C.), lors de travaux précédents publiés en 2012.

L'Hypoxis angustifolia, l'espèce (Dans les sciences du vivant, l’espèce (du latin species, « type » ou « apparence ») est le taxon de base de la systématique. L'espèce est un concept...) consommée au Paléolithique selon les chercheurs,est à feuillage persistant, ce qui lui permet d'être visible toute l'année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié à la révolution de la Terre autour du Soleil.), contrairement aux espèces d'Hypoxis à feuilles caduques, plus communes. Sa présence aujourd'hui au Yémen laisse penser qu'elle était encore plus répandue lors d'anciennes phases climatiques plus humides. Ces rhizomes ont donc pu fournir une source de nourriture fiable lors de déplacements des populations anatomiquement modernes.


Rhizome d'Hypoxis découvert à Border Cave dans dans des couches archéologiques datées à 170 000 ans.
© Lyn Wadley

Bibliographie:
Cooked starchy rhizomes in Africa 170 thousand years ago, Lyn Wadley, Lucinda Backwell, Francesco d'Errico et Christine Sievers. Science, le 3 janvier 2020. DOI: 10.1126/science.aaz5926.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.658 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique