Quand le vaccin arrive, l'adhésion à la vaccination augmente

Publié par Adrien le 18/01/2021 à 09:00
Source: ASP
Les antivaccins font beaucoup parler d'eux par les temps qui courent, mais leur influence est peut-être surestimée: aux États-Unis, l'abondance de sondages menés en 2020 permet de voir que la confiance à l'égard des vaccins contre le coronavirus est en hausse.


De 50% des Américains qui disaient en septembre être prêts à se faire vacciner, on était passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble...) à 60% en décembre. En septembre, la vaccination (La vaccination est un procédé consistant à introduire un agent extérieur (le...) était encore hypothétique. En fin d'année (Une année est une unité de temps exprimant la durée entre deux occurrences d'un évènement lié...), coup sur coup, deux vaccins différents ont été approuvés par les autorités américaines de la santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste...).

L'analyse provient du quotidien USA Today, qui a analysé des dizaines de sondages et d'enquêtes scientifiques parus en 2020. Une recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue...) financée par la Kaiser Family Foundation, consacrée aux attitudes du public à l'égard du vaccin, avait signalé une tendance similaire à la mi-décembre, avançant même un total ( Total est la qualité de ce qui est complet, sans exception. D'un point de vue comptable, un...) de 71% d'appuis.

Ces chiffres sont en partie propres aux États-Unis et ne peuvent donc être extrapolés ailleurs: par exemple, le climat (Le climat correspond à la distribution statistique des conditions atmosphériques dans une...) d'extrême polarisation ( la polarisation des ondes électromagnétiques ; la polarisation dûe aux moments...) politique fait que les membres du parti républicains sont beaucoup plus nombreux à rejeter l'existence même d'une pandémie (Une pandémie (du grec ancien πᾶν / pãn (tous) et...), et rejettent donc l'utilité d'un vaccin. Par contre, tous les pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue...) ont en commun un phénomène similaire: tant que le vaccin appartenait à un futur plus ou moins hypothétique, le questionnement sur le fait de se faire ou pas vacciner restait lui aussi hypothétique -et les sondages sur ce sujet étaient pour ainsi dire inutiles. Lorsque le vaccin est devenu une réalité en novembre, l'appui a augmenté.

Selon différentes estimations parues ces derniers mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps...), il faudrait un taux de vaccination de 60 à 70% pour atteindre une forme d'immunité collective. Mais devant la possibilité d'un variant du virus (Un virus est une entité biologique qui nécessite une cellule hôte, dont il utilise...) qui soit plus contagieux que celui qui sévit depuis un an, les estimations pourraient devoir être revues à la hausse.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.285 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique