Une réapparition de la vie rapide au point d'impact de l'astéroïde qui aurait achevé les dinosaures
Publié par Adrien le 04/06/2018 à 00:00
Source: CNRS-INSU
Il y a environ 66 millions d'années, à la fin du Crétacé, un astéroïde est entré en collision avec la Terre, mettant fin au règne des dinosaures et éradiquant 76% des espèces. Tandis que l'astéroïde tueur a engendré la disparition de nombreux organismes vivants, il n'a fallu que quelques années pour que la vie (La vie est le nom donné :) marine réapparaisse dans le cratère de Chicxulub (Le cratère de Chicxulub est d'après plusieurs scientifiques un cratère provoqué par la chute d'une météorite de près de 10 kilomètres de diamètre qui se serait abattue sur la Terre il y a environ...) généré au point (Graphie) d'impact, et 30 000 ans pour qu'un écosystème foisonnant s'y développe. Ce retour à la vie s'est fait bien plus rapidement qu'en d'autres points de la planète (Une planète est un corps céleste orbitant autour du Soleil ou d'une autre étoile de l'Univers et possédant une masse suffisante pour que sa gravité la maintienne en équilibre...). Ce sont les résultats de l'étude récemment publiée dans la revue Nature par une équipe internationale de scientifiques dont plusieurs chercheurs français.

Les scientifiques ont été surpris par cette découverte qui remet en question la théorie (Le mot théorie vient du mot grec theorein, qui signifie « contempler, observer, examiner ». Dans le langage courant, une théorie est une idée ou une...) selon laquelle le retour à la vie marine "normale" se ferait plus lentement à proximité du point d'impact en raison de contaminations environnementales (par exemple par des métaux toxiques relâchés lors de l'impact). Ces observations (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude appropriés. Le plaisir procuré explique la très...) suggèrent que le repeuplement a été influencé essentiellement par des facteurs locaux, une découverte qui pourrait avoir des implications sur notre capacité à prédire le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) de résilience des environnements modernes perturbés par la pollution (La pollution est définie comme ce qui rend un milieu malsain. La définition varie selon le contexte, selon le milieu considéré et selon ce que l'on peut entendre par malsain [1].) ou le changement climatique.

La vie serait ainsi revenue dans le cratère ( Pour le cratère d'origine volcanique, voir Cratère volcanique Pour le cratère d'origine météoritique, voir Cratère d'impact Pour le cratère formé à la suite d'un effondrement...) dès les 2 ou 3 années qui suivirent l'impact, ce qui est extrêmement rapide. Ces preuves de vie ont été retrouvées dans des carottes de roches extraites du cratère et se présentent essentiellement sous la forme de microfossiles (Les microfossiles sont des fossiles de petites tailles, dont l'étude requiert des moyens techniques différents de ceux mis en œuvre dans l'étude des « macrofossiles » (ie....) (des restes d'organismes unicellulaires tels que des algues et du plancton) et de terriers creusés par des organises de plus grandes tailles (crevettes, vers marins). Les microfossiles sont des preuves solides que des organismes ont peuplé le cratère mais aussi de l'habitabilité de celui-ci peu de temps après sa création. Environ 30 000 ans, après l'impact, un écosystème prospère existait. Des blooms de phytoplancton (plantes microscopiques) nourrissaient une communauté variée de microorganismes vivants dans les eaux de surfaces et sur le fond marin. En Atlantique Nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) ou en d'autres points du Golfe (Un golfe (italien golfo, grec kolpos, pli) est une partie de mer avancée dans les terres, en général selon une large courbure.) du Mexique, 300 000 ans, soit 10 fois plus de temps, ont été nécessaires pour que ces zones soient repeuplées de manière similaire.


Echantillon de carotte prélevé pendant la mission de forage en mer (Le terme de mer recouvre plusieurs réalités.) en 2016. Crédits: A-Rae@ECORD_IODP

La carotte de roche (La roche, du latin populaire rocca, désigne tout matériau constitutif de l'écorce terrestre. Tout matériau entrant dans la composition...) contenant les preuves de ce retour de la vie rapide a été extraite du cratère de Chicxulub en 2016, lors d'une mission de forage scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes...) réalisée dans le cadre des programmes internationaux IODP (International Ocean Discovery Program) et ICDP(International Continental Scientific Drilling Program) et à laquelle de nombreux chercheurs internationaux ont participé, dont des chercheurs du CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français (EPST).) et des universités d'Aix-Marseille, de Bourgogne et de Montpellier. Le cratère est en partie localisé en mer sur la plateforme du Yucatan, au Mexique, et est actuellement enfoui sous des centaines de mètres de sédiments et de roches. L'équipe internationale de chercheurs a remonté plus de 800 m de carottes qui renseignent sur l'impact lui-même, ses conséquences, et les modalités de retour de la vie.


Scientifiques faisant la description lithologique des carottes. Crédits: jlofi@ECORD_IODP

Les premiers résultats publiés en 2016 dans la revue Science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire Le Robert, « Ce que l'on sait pour l'avoir appris, ce que l'on tient pour vrai au...) du 18 Novembre 2016 montraient déjà à quel point ce forage était unique. Dans cette nouvelle étude menée par l'université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission...) de Texas Austin, les scientifiques se sont concentrés sur une seule carotte qui a capturé l'évolution du fond marin juste après l'impact, avec un degré (Le mot degré a plusieurs significations, il est notamment employé dans les domaines suivants :) de détails sans précédent. En effet, tandis que les carottes prélevées dans d'autres parties de l'océan (Un océan est souvent défini, en géographie, comme une vaste étendue d'eau salée. En fait, il s'agit plutôt d'un volume, dont l'eau est en permanence renouvelée par des...) mondial ne contiennent généralement que quelques millimètres de matériel déposé juste après l'impact, la section prélevée dans le cratère Chicxulub fait 130 m d'épaisseur. Les 75 cm supérieurs de cette section se sont déposés par décantation des eaux turbides sur le fond marin et ont ainsi capturé un enregistrement de ce qu'il s'y est passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble des configurations successives du monde et s'oppose au futur...) durant les jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du...) et les années qui suivirent l'impact.


Plankton repopulate the Chicxulub Crater in the first years after the impact of the asteroid that caused the end Cretaceous mass extinction. Original Painting. Credits: John Maisano, University of Texas

Un retour à la vie relativement rapide dans le cratère de Chicxulub suggère que tandis que l'astéroïde (Un astéroïde est un objet céleste dont les dimensions varient de quelques dizaines de mètres à plusieurs kilomètres et qui, à la différence d’une comète, tourne autour du Soleil sur une...) a engendré une extinction en masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un corps : l'une quantifie l'inertie du corps (la masse inerte) et l'autre la contribution du corps à...), il n'a pas empêché le retour à la vie. Les scientifiques pensent que ce sont principalement des facteurs locaux tels que la circulation (La circulation routière (anglicisme: trafic routier) est le déplacement de véhicules automobiles sur une route.) de masses d'eaux et l'interaction (Une interaction est un échange d'information, d'affects ou d'énergie entre deux agents au sein d'un système. C'est une action réciproque qui suppose...) entre les organismes et les niches écologiques disponibles qui ont fortement influencé la vitesse (On distingue :) de récupération de ces écosystèmes particuliers. Bien que la vie soit revenue rapidement dans le cratère, l'écosystème après l'impact été profondément différent de celui qui existait avant l'impact. Les quelques espèces qui ont survécu à l'extinction en masse se sont adaptées à de nouveaux habitats désormais vacants en évoluant en de nouvelles espèces qui étaient plus adaptées aux nouvelles conditions environnementales dans cet océan "post-extinction". Cette découverte suggère que suite à une extinction en masse, la récupération d'un écosystème est un processus imprédictible, à la fois dans le temps et dans la composition des espèces.


Scanning electron micrograph of Parvularugoglobigerina eugubina, one of the first new species to appear in the aftermath of the end Cretaceous mass extinction. This specimen was found in the core drilled by International Ocean Discovery Program Expedition 364 to the Chicxulub impact crater. Credits: Chris Lowery, University of Texas Institute for Geophysics
Page générée en 0.334 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique