Le rôle de l'image de soi dans les dilemmes moraux impliquant l'argent
Publié par Adrien le 11/06/2019 à 08:00
Source: CNRS INSB
La violation de normes morales est fréquente, particulièrement quand nous savons que nous ne sommes pas observés par autrui. Lorsque nos valeurs morales et l'argent mène à des dilemmes moraux, comment le cerveau pondère-t-il bénéfices et coûts potentiels intégrant nos valeurs morales et gains/pertes monétaires potentielles ? Des chercheurs de l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics...) des sciences cognitives Marc Jeannerod, en collaboration avec l'équipe d'économie comportementale du GATE, montrent que deux types de dilemmes opposés engagent des systèmes de valuation cérébraux distincts. Ce travail est publié dans la revuePlos Biology.

Nos décisions sont souvent non seulement motivées par l'argent (L’argent ou argent métal est un élément chimique de symbole Ag — du latin Argentum — et de numéro atomique 47.) (bénéfice 'externe') mais aussi par notre propre moralité et par l'image de soi que l'on souhaite donner aux autres. Dans cette étude, les chercheurs utilisent l'imagerie (L’imagerie consiste d'abord en la fabrication et le commerce des images physiques qui représentent des êtres ou des choses. La fabrication se faisait jadis soit à la main, soit par impression...) par résonance (Lorsqu'on abandonne un système stable préalablement écarté de sa position d'équilibre, il y retourne, généralement à travers des oscillations...) magnétique fonctionnelle (En mathématiques, le terme fonctionnelle se réfère à certaines fonctions. Initialement, le terme désignait les fonctions qui en prennent...) pour déterminer si des systèmes cérébraux distincts sont engagés dans deux types de choix opposés réalisées en public ou en privé. Lorsqu'ils décident de gagner de l'argent en contribuant à une mauvaise cause, les participants sont d'avantage prêt à abandonner leurs valeurs morales pour de l'argent (i.e. à 'vendre leur âme') en privé qu'en public. Par contre, lorsque les participants décident de perdre de l'argent pour contribuer à une bonne cause (permettre l'envoi d'argent à une organisation (Une organisation est) caritative), ils contribuent davantage en public qu'en privé (afin de donner une bonne image d'eux même). Ces deux types de décisions engagent des systèmes cérébraux différents.


Figure: A. Exemple d'un décision prise en public, où les participants doivent décider si ils acceptent ou non un transfert d'argent vers une organisation caritative.

B. Les participants acceptent d'avantage les transferts pour l'organisation caritative quand la décision est publique (en rouge). Par contre, lorsque le dilemme concerne une organisation dont la valeur morale est réprouvée (en bleu), ils acceptent d'avantage un transfert à cette association négative (combiné à un bénéfice monétaire pour eux-mêmes) lorsque le choix est privé (i.e. ils 'vendent leur âme pour de l'argent').

C. Les dilemmes engageant bénéfices moraux et coûts monétaires (condition avec l'organisation caritative) engagent le striatum ventral.

D. Les dilemmes engageant bénéfices monétaires et coûts moraux (condition avec l'organisation dont la valeur morale est réprouvée) engagent l'insula bilatérale et le cortex (En biologie, le cortex (mot latin signifiant écorce) désigne la couche superficielle ou périphérique d'un tissu organique.) dorsolatéral.

© Jean-Claude Dreher.

Le premier type de décisions (pondérer bénéfices monétaires et un coût moral) engage le cortex préfrontal latéral et l'insula antérieure, connues pour être associés à des considérations morales de type malhonnêteté. Par contre, permettre l'envoi d'argent à une organisation caritative à un coût monétaire pour soi-même désengage une région sous-corticale, nommée le striatum ventral. Autrement dit, cette région est d'autant plus activée qu'on refuse efficacement des dilemmes combinant de fortes pertes monétaires personnelles accompagnées de faibles bénéfices moraux.

De plus, quel que soit le type de dilemme, un réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des informations. Par analogie avec un filet (un réseau est un « petit rets »,...) cérébral impliqué dans l'attribution d'intentions à autrui qui inclue le cortex cingulaire antérieur et la jonction (La Jonction est un quartier de la ville de Genève (Suisse), son nom familier est "la Jonquille") temporo-pariétale droite est plus engagé en public qu'en privé, lorsqu'on sait que ses propres décisions sont observées par autrui.

Ces résultats illustrent de quelle manière le cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du corps, dont la motricité volontaire, et constitue le siège...) intègre trois sources de motivations: récompenses externes (argent), valeurs morales et considération de l'image de soi.

Pour en savoir plus:

Neurocomputational mechanisms at play when weighing concerns for extrinsic rewards, moral values, and social image
Qu C, Météreau E, Butera L, Villeval MC and Dreher JC.
Plos Biology, June 6, 2019 DOI: 10.1371/journal.pbio.3000283

Site Neuroeconomics laboratory: https://dreherteam.wixsite.com/neuroeconomics
Page générée en 0.385 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique