Le sport indispensable pour guérir de la dépression
Publié par Publication le 27/08/2011 à 12:00
Illustration: Wikimedia Commons
L'objectif de l'étude dont les résultats sont publiés dans Journal of Clinical Psychiatry était d'évaluer la pertinence d'un traitement à base d'exercices d'aérobic pour des patients souffrant de dépression profonde pour laquelle les antidépresseurs n'ont pas permis la rémission. Pour les personnes n'ayant pas d'antécédents familiaux de maladies mentales, les auteurs ont montré qu'une forte dose de sport améliorait significativement le statut clinique des patients dépressifs jusqu'à la rémission de la maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.).

Ces résultats sont les conclusions d'une étude clinique conduite aux Etats-Unis durant 4 ans et pour laquelle 126 patients dépressifs depuis 7 ans en moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de l'ensemble s'ils...) se sont portés volontaires. Ces patients, qui ne sont pas totalement guéris par le traitement avec l'inhibiteur sélectif de recapture de la sérotonine, sont séparés en deux groupes effectuant les exercices d'aérobic avec une intensité différente (En mathématiques, la différente est définie en théorie algébrique des nombres pour mesurer l'éventuel défaut de dualité d'une application définie à l'aide...) durant 12 semaines.

A la fin de l'étude, presque 30% des patients de chaque groupe ont vu leurs symptômes dépressifs disparaître complètement (Le complètement ou complètement automatique, ou encore par anglicisme complétion ou autocomplétion, est une fonctionnalité informatique permettant à l'utilisateur de limiter la quantité d'informations qu'il...), et 20% supplémentaires ont obtenu une amélioration significative de leur état sur la base d'une évaluation psychiatrique. De plus, les exercices faits de manière modérée sont plus efficaces chez les femmes ayant des antécédents familiaux de maladies psychiatriques alors que les exercices soutenus sont plus profitables aux femmes n'ayant pas d'antécédents. En ce qui concerne les hommes, ce sont les exercices réalisés de manière intensive qui leur apporte le plus grand bénéfice.

Référence de la publication:

Trivedi MH, Greeg TL, Church TS, Carmody TJ, Grannemann BD, Galper DI, Dunn AL, Earnest CP, Sunderajan P, Henley SS, Blair SN.
"Exercise as an augmentation treatment for nonremitted major depressive disorder: a randomized, parallel dose comparison"
J Clin Psychiatry, 2011 May; 72(5):677-84


Auteur de l'article: Pierre-Alain RUBBO
Page générée en 0.309 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique