Travailler de nuit a un effet perturbateur sur notre ADN
Publié par Publication le 28/01/2014 à 00:00
D'après les chercheurs de l'Université du Surrey, en Grande-Bretagne, le travail de nuit aurait des effets néfastes pour la santé. Ce mode de vie dérange non seulement le sommeil, mais pourrait également causer des perturbations au niveau de l'ADN. D'autres études avaient aussi montré que travailler de nuit favorisait le cancer (Le cancer est une maladie caractérisée par une prolifération cellulaire anormalement importante au sein d'un tissu normal de l'organisme, de telle manière que la survie de ce dernier est...) du sein chez les femmes.

Les chercheurs britanniques ont en effet réalisé une étude sur l'influence du décalage horaire sur des hommes et des femmes en parfaite santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.). Pour ce faire, ils ont fait en sorte de retarder l'heure (L'heure est une unité de mesure  :) du coucher de ces personnes de quatre heures pendant trois jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son début (par rapport à...) successifs. Ils ont pu constater que la modification du cycle veille/sommeil entraînait une dégradation de l'ADN. Aussi, ils ont pu conclure que le décalage horaire perturbe notre rythme circadien et agit en conséquence sur la teneur en sucre (Ce que l'on nomme habituellement le sucre est, dès 1406, une "substance de saveur douce extraite de la canne à sucre" (Chrétien de Troyes, Le Chevalier au...) du sang (Le sang est un tissu conjonctif liquide formé de populations cellulaires libres, dont le plasma est la substance fondamentale et est présent chez la plupart des animaux. Un humain adulte est doté d’environ 5 litres...). Cela entraîne automatiquement une prise de poids (La prise de poids est une modification de la masse corporelle, qui se traduit par une augmentation de l'Indice de masse corporelle.) et augmente ainsi le risque de diabète (Le diabète présente plusieurs formes, qui ont toutes en commun des urines abondantes (polyurie). Le mot « diabète » vient...).

Pour aller plus loin, les chercheurs canadiens ont effectué un sondage ( Un sondage peut désigner une technique d'exploration locale d'un milieu particulier. Un sondage peut également être une méthode statistique d'analyse d'une population humaine ou non...) auprès des femmes qui travaillent de nuit. Ils ont alors remarqué que le fait de veiller la nuit doublait le risque de cancer du sein chez les femmes, et ceci à long terme.
Page générée en 0.682 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique