Dans le trou noir des superlatifs

Publié par Adrien le 16/05/2022 à 09:00
Source: ASP
C'est le genre de découverte dont la force d'attraction engloutit tous les superlatifs, ne laissant sur ses bordures qu'un amalgame confus d'émotions admiratives.

Source: Event Horizon Telescope Collaboration

Au-delà de la photo du trou noir (En astrophysique, un trou noir est un objet massif dont le champ gravitationnel est si intense...) qui a fait le tour du monde (Le mot monde peut désigner :) jeudi, il y avait certes des explications scientifiques. Mais qui peut vraiment se targuer de comprendre ce que veut dire une "trappe" dans l'espace-temps (La notion d'espace-temps a été introduite au début des années 1900 et reprise...) qui a digéré l'équivalent de 4 millions de Soleils ? Passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble...) un certain seuil, l'astronomie (L’astronomie est la science de l’observation des astres, cherchant à expliquer...) a ces phénomènes dont la puissance (Le mot puissance est employé dans plusieurs domaines avec une signification particulière :) dépasse l'entendement.

Les experts, eux, sont habitués de jongler avec ces concepts, puisque dès 1971, des physiciens avaient estimé la puissance que pourrait avoir un tel phénomène cosmique; dès 1974, avait été détectée une source radio très compacte et très puissante au centre de notre galaxie (Une galaxie est, en cosmologie, un assemblage d'étoiles, de gaz, de poussières et de...); et dans les années 1990, les astronomes Andrea Ghez et Reinhard Genzel avaient estimé, sur la base des orbites d'étoiles situées près du centre de notre galaxie, qu'un trou noir massif (Le mot massif peut être employé comme :) s'y trouvait. Ça leur a valu le Nobel de physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la...) en 2020. La photo de ce "Sagittarius A*" est donc l'aboutissement d'un long fil d'hypothèses et de calculs.

Et encore, "photo" est un grand mot puisque la fameuse image qui a fait le tour du monde ne montre pas vraiment un trou noir. Comme aucune lumière (La lumière est l'ensemble des ondes électromagnétiques visibles par l'œil...) ne peut s'en échapper, personne ne peut voir un trou noir: l'image laisse tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) au plus deviner ses forces gravitationnelles, à travers les formes irrégulières de l'anneau rougeâtre de plasma ( En physique, le plasma décrit un état de la matière constitué de particules chargées...) chaud qui l'entoure.

Autre superlatif: cette masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un...) de 4,14 millions de fois notre Soleil (Soleils est une association à but humanitaire implantée sur le campus de Supélec...) est concentrée dans un espace de la taille de l'orbite (En mécanique céleste, une orbite est la trajectoire que dessine dans l'espace un corps...) de la planète (Une planète est un corps céleste orbitant autour du Soleil ou d'une autre étoile de...) Mercure.

Encore un superlatif: même cette puissance n'est rien, puisque ce trou noir, tout "super-massif" qu'il soit, est un nain à côté du premier trou noir jamais photographié, dont l'image avait été publiée en 2019. Appelé M87*, il fait 6,5 milliards de fois la masse du Soleil (Le Soleil (Sol en latin, Helios ou Ήλιος en grec) est l'étoile...), soit plus de 1000 fois Sagittarius A*. La raison pour laquelle nous pouvons étudier un "nain" comme Sagittarius: il est dans notre propre galaxie, à seulement 26 000 années-lumière de nous. M87 (M87 (aussi appelé Virgo A ou NGC 4486) est une galaxie elliptique géante située au...) est à 55 millions d'années-lumière.

Les deux photos ont été prises par la même équipe de chercheurs, en avril 2017. S'il a fallu autant de temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le...) pour obtenir l'image parue cette semaine, c'est d'une part parce que ce qu'on appelle "une photo" est en fait un amalgame de photos prises par huit télescopes distincts à travers le monde -un projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a...) collaboratif réunissant 350 scientifiques et appelé le Event Horizon Telescope. Mais la photo de l'autre trou noir était elle aussi un amalgame de plusieurs télescopes. Or, celui-ci présentait, en plus, une difficulté majeure: étant 1000 fois moins massif, il change d'apparence plus vite -aux cinq minutes ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un...), estiment les chercheurs. Des images prises pendant une semaine, il a donc fallu obtenir un résultat final qui élimine, littéralement, les flous, et qui remplit les espaces vides.

Mais la prochaine étape, évoquée jeudi, est rien de moins qu'un film, pour montrer ces changements dans le temps. En profitant des 4000 téraoctets d'informations récoltées en 2017 -encore un superlatif- et, probablement, d'autres observations (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les...) effectuées depuis, en 2021 et 2022. Un film n'apprendre rien de plus aux experts, mais on peut s'attendre à d'autres "oh" et "ah" d'admiration.

Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.100 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique