Yoga: ce lien inattendu avec la maladie d'Alzheimer

Publié par Cédric le 18/09/2023 à 08:00
Auteur de l'article: Cédric DEPOND
Source: Journal of Alzheimer's Disease
...
Restez toujours informé: suivez-nous sur Google Actualités (icone ☆)

Une nouvelle étude met en évidence les bénéfices du yoga pour diminuer la probabilité de développer la maladie d'Alzheimer, notamment pour les personnes à risques. La pratique de cette activité douce est à la portée des personnes présentant des difficultés à réaliser d'autres exercices physiques, et semble pourtant présenter des effets conséquents pour éviter de développer cette maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal...).


Image d'illustration Pixabay

Des chercheurs de l'UCLA Semel Institute for Neuroscience and Human Behavior (États-Unis), se sont penchés sur les bienfaits d'une sorte particulière de yoga: le yoga Kundalini. Ce dernier regroupe diverses techniques associant respiration, visualisation mentale, méditation et chants. D'après le résultat de leur recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue...), récemment publiée dans le Journal of Alzheimer's Disease, la pratique de cette activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) pourrait avoir des effets positifs sur une région spécifique du cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite...).

Pour arriver à ces conclusions, les scientifiques ont analysé via un IRM, le cerveau de 22 participants âgées d'une soixantaine d'années, qui souffraient de déclin cognitif et de facteurs de risques cardiovasculaires pouvant augmenter le risque de maladie d'Alzheimer (accumulation de plaque dans les artères, crise cardiaque récente, diabète, hypercholestérolémie (Par hypercholestérolémie (littéralement : cholestérolémie...) ou hypertension artérielle). Parmi ces participantes, la moitié avait au préalable suivi des cours réguliers de Kundalini alors que les autres avaient suivi un entraînement à l'amélioration de la mémoire (D'une manière générale, la mémoire est le stockage de l'information. C'est aussi le souvenir...).

Pour les deux groupes, les séances d'entraînement s'élevaient à une heure par semaine pendant 12 semaines. Les chercheurs ont pu constater sur les images de l'IRM fonctionnelle (En mathématiques, le terme fonctionnelle se réfère à certaines fonctions....), que celles ayant pratiqué du Kundalini présentaient une augmentation de la connectivité dans les régions spécifiques de l'hippocampe connues pour être particulièrement affectées par le stress (Le stress (« contrainte » en anglais), ou syndrome général...) et être associées à la déficience cognitive.

D'autres études précédentes, avaient déjà révélé que la pratique de cette activité douce avait également des effets bénéfiques sur la dépression de personnes âgées. Ces résultats encourageants, pourront bénéficier aux personnes à risque, qui sont limitées dans leurs activités physiques. Il sera toutefois nécessaire d'approfondir ces recherches à plus grande échelle pour confirmer ces premières observations (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les...). Et concernant les personnes en capacité de faire plus d'exercices physiques, nous vous rappelons notre récent article qui évoquait les bienfaits de ces derniers sur la maladie d'Alzheimer.
Page générée en 0.007 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique