[News] Comment le cerveau fait persister les mémoire de peur

Biologie, géologie, histoire naturelle, etc...

Modérateur : Modérateurs

Adrien
Site Admin
Messages : 23601
Inscription : 02/06/2004 - 18:58:53
Activité : Ingénieur
Localisation : 78

[News] Comment le cerveau fait persister les mémoire de peur

Message par Adrien » 22/10/2021 - 9:00:03

Les mémoires de peur sont particulièrement fortes et résistantes à l’oubli malgré le temps qui passe. Grâce à une méthode d’imagerie cérébrale initialement développée pour les études chez l’humain, les scientifiques ont recherché, sur un modèle animal, si les réseaux cérébraux servant de support aux mémoires de peur se réorganisent au cours du temps. Leurs résultats, publiés dans la revue Cerebral Cortex, montrent que si la mémoire récente active un réseau cérébral très étendu, celui activé par une mémoire de peur ancienne est limité au cortex sensoriel. Les mémoires de peur sont particulièrement résistantes à l’oubli comme en témoignent actu...
Vous devez être connecté pour lire la suite de cette actualité et voir ses photos/vidéos.
Se connecter | Créer un compte

Michel THYS
Messages : 3
Inscription : 24/05/2012 - 8:03:14
Activité : Retraité

Re: [News] Comment le cerveau fait persister les mémoire de peur

Message par Michel THYS » 22/10/2021 - 14:06:39

En effet, les souvenirs précoces de peur et ceux à forte charge émotionnelle sont stockés par les amygdales du cerveau émotionnel, celles-ci étant matures dès la naissance, contrairement aux hippocampes, responsable de la mémoire cognitive qui ne le sont que vers 4 ou 5 ans.
Ces souvenirs passent directement du thalamus aux amygdales, sans le contrôle de l’hypothalamus et du cortex.
Je ne m’étonne donc pas d’apprendre que le cortex olfactif soit le premier concerné. Les religions ont d’ailleurs toujours exploité le sens de l’olfaction (par l’odeur d’encens), avant les quatre autres sens pour induire la foi. Mais cela, aucun neurophysiologiste n’ose l’écrire … À mon avis, la conversion de Paul CLAUDEL le 25 décembre ) N-D de Paris, en entendant notamment le Magnificat de Bach, a provoqué chez lui la sécrétion d'hormones et de neurotransmetteurs qui ont fait disjoncter son cerveau rationnel au profit de son cerveau émotionnel. Il a écrit : "En un instant, mon coeur fut touché, et je crus !".

Répondre