Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Catégories
Techniques
Sciences
Encore plus...
Techno-Science.net
Partenaires
Organismes
 CEA
 ESA
Sites Web
Photo Mystérieuse

Que représente
cette image ?
Posté par Michel le Jeudi 07/02/2013 à 12:00
Réchauffement climatique: le paludisme aviaire devrait s'étendre
A partir de relevés sur le terrain, une étude internationale à laquelle ont participé plusieurs chercheurs français a produit un modèle visant à prédire la manière dont le réchauffement climatique va influer sur le paludisme aviaire en France. Les résultats montrent que, d'ici quelques décennies, la montée des températures favorisera l'extension de la maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.) dans des régions où elle est actuellement peu présente, comme la Bretagne ou le nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.) du pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision...). Ce travail vient d'être publié dans Scientific Reports.


Sur cette carte figurent en vert les zones où la prévalence du paludisme (Le paludisme (du latin paludis, « marais »), aussi appelé malaria (de l'italien mal'aria, « mauvais air »), est...) aviaire va baisser d'au moins 1% selon les prévisions du modèle tandis que sont indiquées en rouge (La couleur rouge répond à différentes définitions, selon le système chromatique dont on fait usage.) les régions où la prévalence de la maladie augmentera d'au moins 10% © Loiseau et al. / Scientific Reports

Quelle peut être l'influence du réchauffement climatique (Le réchauffement climatique, également appelé réchauffement planétaire, ou réchauffement global, est un phénomène d'augmentation de la...) sur l'émergence de maladies infectieuses ? La température (La température est une grandeur physique mesurée à l'aide d'un thermomètre et étudiée en thermométrie. Dans la vie courante, elle est...) ou le niveau de précipitation (En météorologie, le terme précipitation désigne des cristaux de glace ou des gouttelettes d'eau qui, ayant été soumis à des...) peuvent affecter la vitesse (On distingue :) de développement des pathogènes ainsi que l'abondance et la survie des invertébrés qui les transmettent, comme c'est le cas avec les moustiques vecteurs du paludisme ou de la dengue (La dengue (prononcer /dɛ̃g/, « dingue »), anciennement appelée « grippe tropicale », « fièvre rouge» ou « petit palu », est une infection virale,...). Il est donc possible que la hausse des températures favorise la transmission de certains pathogènes et l'accroissement de leur aire de répartition. Cependant, il est délicat de prédire l'émergence et l'expansion géographique de maladies infectieuses humaines, car ces prédictions se heurtent aux mesures sanitaires mises en oeuvre pour limiter les infections. Exemple de cette interférence (En mécanique ondulatoire, on parle d'interférences lorsque deux ondes de même type se rencontrent. Ce phénomène apparaît souvent en optique avec les ondes lumineuses, mais il s'obtient également avec...): alors que les modèles climatiques prédisent une augmentation du risque de contracter le paludisme, les zones où la maladie est endémique se sont en réalité contractées aux cours des dernières décennies.

Pour mieux appréhender l'effet des changements climatiques sur l'expansion des maladies infectieuses, il faut donc s'affranchir de ces facteurs socio-économiques. C'est ce que permet l'étude des pathogènes de la faune sauvage. L'étude parue dans Scientific Reports s'est ainsi intéressée à l'agent pathogène (Le terme pathogène (du grec παθογ?νεια ! « naissance de la douleur ») signifie :...) du paludisme aviaire chez le moineau domestique. Il s'agit d'un protozoaire, un Plasmodium, proche de ceux qui sont responsables du paludisme chez l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme...). Ce pathogène est transmis aux oiseaux par le biais de piqûres de moustiques infectés. 1 750 oiseaux ont été examinés dans 24 localités françaises et les chercheurs ont utilisé les données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose, d'une transaction d'affaire, d'un événement, etc.) de température, de précipitation et d'altitude (L'altitude est l'élévation verticale d'un lieu ou d'un objet par rapport à un niveau de base. C'est une des composantes géographique et biogéographique qui explique la...) de chacun des sites étudiés afin de vérifier si la variabilité de la proportion d'individus infectés (la prévalence) pouvait être attribuée à ces facteurs environnementaux.

Les résultats indiquent que 83% de la variabilité de la prévalence observée s'explique par des facteurs climatiques. En particulier, la variation de température journalière semble jouer un rôle important dans la détermination de la prévalence. En s'appuyant sur ces données, les auteurs de l'étude ont construit un modèle visant à prédire la prévalence de l'infection en 2050 et en 2080. Ce modèle indique qu'elle va augmenter dans les sites où la transmission du parasite est déjà présente et que la maladie va s'étendre dans des régions assez épargnées pour le moment comme la Bretagne, la Normandie ou le Nord-Pas-de-Calais.


Référence:

Predictions of avian Plasmodium expansion under climate change, Scientific Reports, Claire Loiseau, Ryan J. Harrigan, Coraline Bichet, Romain Julliard, Stéphane Garnier, Adam Z. Lendvai, Olivier Chastel & Gabriele Sorci.


Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source: CNRS-INEE