Recherchez sur tout Techno-Science.net
       
Techno-Science.net : Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez
Posté par Isabelle le Mercredi 20/07/2011 à 12:00
Développement d'une nouvelle thérapie contre le cancer
Développement d'une nouvelle thérapie qui pourrait améliorer radicalement la chimiothérapie grâce à son absence d'effets secondaires.

Cette importante avancée, basée sur la nanotechnologie, a été réalisée par des scientifiques des universités de Grenade, Édimbourg et Kebangsaan (Malaisie). La thérapie (Une thérapie est un ensemble de mesures appliquées par un thérapeute à une personne souffrant d'un problème de santé, dans le but de l'aider à guérir, de minimiser ou de...) consiste en le capsulage d'un catalyseur (En chimie, un catalyseur est une substance qui augmente la vitesse d'une réaction chimique ; il participe à la réaction mais il ne fait partie ni des produits, ni des réactifs et n'apparaît donc pas dans l'équation-bilan de cette...) (palladium) à l'intérieur de microsphères afin de synthétiser des matériaux (Un matériau est une matière d'origine naturelle ou artificielle que l'homme façonne pour en faire des objets.) artificiels ou d'activer des produits pharmaceutiques dans les cellules humaines tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) en évitant leur toxicité (La toxicité (du grec τοξικότητα toxikótêta) est la mesure de la capacité d’une substance à provoquer des effets néfastes et mauvais pour la...).

Des scientifiques de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux États-Unis,...) de Grenade ont développé une nouvelle thérapie pour le traitement du cancer (Le cancer est une maladie caractérisée par une prolifération cellulaire anormalement importante au sein d'un tissu normal de l'organisme, de telle manière que la survie de ce dernier est...), basée sur la nanotechnologie (Les nanosciences et nanotechnologies (NST) peuvent être définies a minima comme l'ensemble des études et des procédés de fabrication et de manipulation de structures, de dispositifs et de systèmes...), qui pourrait améliorer radicalement la chimiothérapie (La chimiothérapie est l'usage de certaines substances chimiques pour traiter une maladie. C'est une technique de traitement à part entière au même titre que la chirurgie. La première utilisation connue de la...) grâce à son absence d'effets secondaires.

Cette thérapie se base sur le capsulage d'un catalyseur (palladium) à l'intérieur de microsphères afin de synthétiser des matériaux artificiels ou d'activer des produits pharmaceutiques dans les cellules humaines tout en évitant leur toxicité. Ce système attrape dans sa microstructure le palladium, un métal (Un métal est un élément chimique qui peut perdre des électrons pour former des cations et former des liaisons métalliques ainsi que des liaisons ioniques dans le cas des métaux alcalins. Les métaux...) qui ne se trouve pas naturellement dans les cellules humaines, ce qui permet de catalyser des réactions chimiques dans la cellule sans modifier leurs fonctions basiques, comme la synthèse de protéines et le métabolisme (Le métabolisme est l'ensemble des transformations moléculaires et énergétiques qui se déroulent de manière ininterrompue dans la cellule ou l'organisme vivant. C'est un processus ordonné,...). Cette technique est capable de "créer" des produits pharmaceutiques anti-cancérigènes à l'intérieur de la cellule, et pourrait donc être utilisée pour le traitement spécifique de tumeurs, ce qui améliorerait énormément les traitements chimiothérapiques actuels.

Les résultats de cette recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension...), réalisée avec la collaborationde l'Université de Kebangsaan (Malaisie), viennent d'être publiés dans la prestigieuse revue Nature Chemistry.

Participation de l'UGR

Mme Rosario María Sánchez Martín, la chercheuse qui a développé cette technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :) à la School of Chemistry de l'Université d'Édimbourg, vient de s'intégrer comme professeur dans le Département de Chimie (La chimie est une science de la nature divisée en plusieurs spécialités, à l'instar de la physique et de la biologie avec lesquelles elle partage des espaces d'investigations communs...) pharmaceutique et organique (La chimie organique est une branche de la chimie concernant la description et l'étude d'une grande classe de molécules à base de carbone : les composés organiques.) de l'Université de Grenade.


Rosario María Sánchez Martín. Département de Chimie pharmaceutique et organique de l'Université de Grenade.

Un autre des chercheurs membre de l'équipe ayant développé cette technologie, M. Asier Unciti Broceta, a également réalisé sa licence et son doctorat (Le doctorat (du latin doctorem, de doctum, supin de docere, enseigner) est généralement le grade universitaire le plus élevé. Le titulaire de ce grade est le docteur. Selon les pays et les...) au Département de Chimie pharmaceutique et organique de l'Université de Grenade, et actuellement poursuit avec succès sa carrière à Édimbourg, où il a été récemment nommé Fellow of the Edinburgh Cancer Research UK Centre. Il a également reçu le prix de Young Life Scientist of the Year 2010, en Écosse, où il a fondé une compagnie, Deliverics Ltd, basée sur un de ses brevets.

Les scientifiques signalent que, dû au large éventail d'applications thérapeutiques qu'offre cette nanotechnologie, la docteur Sánchez Martín va continuer de développer cette recherche à l'Université de Grenade, tout en maintenant la collaboration avec le groupe que dirige le professeur Mark Bradley à l'Université d'Édimbourg.

Commentez et débattez de cette actualité sur notre forum Techno-Science.net. Vous pouvez également partager cette actualité sur Facebook, Twitter et les autres réseaux sociaux.
Icone partage sur Facebook Icone partage sur Twitter Partager sur Messenger Icone partage sur Delicious Icone partage sur Myspace Flux RSS
Source et illustration: Université de Grenade