Les animaux gouvernés par leurs émotions ?

Publié par Adrien le 09/09/2020 à 09:00
Source: ASP
Comment l'humeur influence-t-elle les comportements ? De nouvelles technologies permettent à des scientifiques d'étudier cette question... chez les animaux. Un réseau de neurones à la fois.


Photo: larves de poissons-zèbres. National Institute of Genetics / CC

Les larves de poissons-zèbres sont des animaux plutôt simples dont le comportement alterne (Les organes d'une plante sont dits alternes lorsqu'ils sont insérés isolément et à des niveaux différents sur une tige ou un rameau.) entre deux options: chasser une proie (Une proie est un organisme capturé vivant, tué puis consommé par un autre, qualifié de prédateur.) -pas trop loin- ou chercher de la nourriture. De plus, leur cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du corps, dont la motricité volontaire, et...) est composé d'à peine 80 000 cellules nerveuses. Il s'agit donc d'un organisme "facile" pour analyser comment les animaux prennent des décisions.

Dans un article publié dans Nature en décembre dernier, une équipe de chercheurs expliquait avoir mis au point (Graphie) une nouvelle technique pour observer l'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) simultanée des neurones de ce poisson-zèbre. Ils ont modifié son génome (Le génome est l'ensemble du matériel génétique d'un individu ou d'une espèce codé dans son ADN (à l'exception de certains virus dont le génome est porté par des molécules d'ARN). Il...) afin que les cellules nerveuses émettent de la fluorescence (La fluorescence est une émission lumineuse provoquée par diverses formes d'excitation autres que la chaleur. (on parle parfois de « lumière froide »). Elle peut servir à caractériser...) lorsqu'elles sont en action.

Qui plus est, les larves du poisson-zèbre sont transparentes, rendant possible de suivre cette fluorescence au microscope. Celui-ci s'ajustait aux mouvements des larves pour que le cerveau de l'animal (Un animal (du latin animus, esprit, ou principe vital) est, selon la classification classique, un être vivant hétérotrophe, c’est-à-dire qu’il se nourrit de substances organiques. On réserve aujourd'hui...) demeure toujours dans le champ (Un champ correspond à une notion d'espace défini:) d'observation (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude appropriés. Le plaisir...).

Au final, les chercheurs ont identifié trois réseaux de neurones responsables de la transition entre l'exploration (L'exploration est le fait de chercher avec l'intention de découvrir quelque chose d'inconnu.) et la chasse. Le premier est actif pendant l'exploration. Le deuxième est impliqué dans la chasse. Le troisième s'active brièvement lorsque la larve (La larve est le premier stade de développement de l'individu après l'éclosion de l'œuf ou la naissance chez un grand nombre d'espèces animales, ayant...) passe d'une phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et principalement en physique :) à l'autre. Reste à attendre que la larve ait faim (La faim désigne la sensation, apparaissant après un certain temps sans manger, qui pousse un être vivant à rechercher de la nourriture.)... et qu'il y ait une proie malchanceuse à proximité.

Des émotions primitives ?

En entrevue plus récemment pour la revue Nature, les chercheurs racontent qu'un élément les a particulièrement intrigués. Les deux premiers groupes de neurones pouvaient être actifs pendant plusieurs minutes ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un acte. Cartographie géologique ; la minute de terrain est la carte originale, au crayon, levée sur...), alors que l'activation (Activation peut faire référence à :) de ce type de cellule ne dure habituellement que quelques secondes. Cette activité prolongée est ce que les experts appellent un état du cerveau.

Les états du cerveau sont des profils d'activation des neurones qui modifient le comportement d'un animal, même si rien n'a changé autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au genre Accipiter, soit constituent les 5 genres...) de lui. En effet, lorsque le cerveau reçoit une information provenant d'un de ses sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but l'extension radicale de l'espérance de vie humaine. Par une évolution...), celle-ci est analysée à travers un filtre (Un filtre est un système servant à séparer des éléments dans un flux.) correspondant au besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est souvent fait un classement des besoins humains en trois grandes catégories : les besoins primaires, les besoins secondaires et les besoins...) actuel de l'animal. C'est ce qui permet ensuite d'adopter un comportement approprié.

Les états du cerveau n'ont pas été observés seulement chez le poisson-zèbre, mais aussi chez la mouche (Mouche est un nom vernaculaire ambigu en français. Le terme mouche (/muʃ/) provient du mot italien musca, qui désigne de nos jours principalement un genre (Musca) comprenant la mouche domestique. Il...) à fruit (En botanique, le fruit est l'organe végétal protégeant la graine. Caractéristique des Angiospermes, il succède à la fleur par...) et chez la souris (Le terme souris est un nom vernaculaire ambigu qui peut désigner, pour les francophones, avant tout l’espèce commune Mus musculus, connue aussi comme animal de compagnie ou de...). D'ailleurs, en 2014, des chercheurs américains proposaient que ces états du cerveaux pourraient constituer des émotions primitives chez les animaux, puisqu'ils persisteraient bien après la disparition de l'élément déclencheur (En programmation procédurale, un déclencheur (trigger en anglais) est un dispositif logiciel qui provoque un traitement particulier en fonction d'événements...) -la faim, par exemple. De plus, ces états seraient généralisables: cela signifie qu'un signal ( Termes généraux Un signal est un message simplifié et généralement codé. Il existe sous forme d'objets ayant des formes particulières. Les signaux...) pourrait déclencher un état particulier qui modifierait ensuite la réaction de l'animal à son environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme environnement tend actuellement à...).

Selon des experts interviewés par la revue Nature, ces études chez les animaux pourraient mener à une meilleure connaissance des émotions chez l'humain -mais surtout, sur les répercussions des émotions sur nos comportements. Ce nouveau champ de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances...) pourrait même faire progresser la compréhension des maladies mentales qui seraient en quelque sorte des dérèglements de ce système d'états du cerveau.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 1.046 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique