Des anticorps de surveillance à distance du microbiote
Publié par Isabelle le 03/01/2019 à 14:00
Source: INRA

©INRA
Un programme collaboratif français mené par des médecins regroupés au sein de l'AP-HP à l'hôpital La Pitié-Salpêtrière et à l'hôpital Saint-Louis, associant des chercheurs de Sorbonne Université, de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux...) Paris (Paris est une ville française, capitale de la France et le chef-lieu de la région d’Île-de-France. Cette ville est construite sur une boucle de la Seine, au centre du bassin parisien, entre les confluents de la Marne et de la...) Diderot de l'Inserm, de l'Inra met en évidence la présence d'anticorps circulants dirigés contre le microbiote (Le microbiote est une nouvelle dénomination de la microflore.) intestinal. Les chercheurs montrent pour la première fois que le microbiote des sujets sains n'est pas tenu à l'écart des anticorps circulants dans le sang (Le sang est un tissu conjonctif liquide formé de populations cellulaires libres, dont le plasma est la substance fondamentale et est présent chez la plupart des animaux. Un humain adulte est doté d’environ 5 litres de...) par la barrière intestinale. Bien au contraire, certains anticorps IgG(1) du sang reconnaissent aussi bien le microbiote que les anticorps IgA(2) digestifs. La réponse IgG est augmentée chez certains patients déficitaires en IgA, et ces IgG pourraient donc être utilisés dans le cadre de transfert passif d'anticorps au pouvoir anti-microbien renforcé. Ces résultats aux implications thérapeutiques potentielles sont publiés dans la revue Journal of Allergy and Clinical Immunology (JACI).

Les immunoglobulines thérapeutiques polyvalentes humaines à usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) intraveineux (IVIG) sont purifiées et concentrées à partir du plasma ( En physique, le plasma décrit un état de la matière constitué de particules chargées (d'ions et d'électrons). Le plasma quark-gluon est un plasma qui constituerait les grandes étoiles à...) de nombreux donneurs sains différents. Ces onéreuses préparations sont largement utilisées dans le monde (Le mot monde peut désigner :) entier pour supplémenter les défenses de patients souffrant de déficit en anticorps, mais également chez d'autres patients atteints de certaines pathologies auto-immunes.

Les auteurs de l'article scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les...) ont constaté la présence dans le sang circulant de sujets sains d'anticorps IgG dirigés contre des bactéries (Les bactéries (Bacteria) sont des organismes vivants unicellulaires procaryotes, caractérisées par une absence de noyau et d'organites. La plupart des bactéries possèdent une paroi cellulaire glucidique, le peptidoglycane. Les...) à priori innocentes (non pathogènes). Les patients déficitaires en anticorps digestifs IgA présentent une augmentation de ces immunoglobulines IgG dites "anti-microbiote circulantes". Ces dernières pourraient donc constituer une deuxième ligne de défense en cas de fuite éventuelle de bactéries à travers la barrière intestinale.

Chez les patients déficitaires en IgA, les IgG circulantes sont donc mieux "entrainées" à contenir le microbiote que chez les sujets sains. En conséquence, les chercheurs suggèrent que les pools d'immunoglobulines thérapeutiques devraient être enrichis avec des IgG provenant de patients atteints de déficit en IgA, afin de proposer des IVIG de deuxième génération à pouvoir anti-microbien renforcé.

Il s'agit d'un concept original permettant à terme d'envisager la compensation du déficit immunitaire de certains patients avec les anticorps produits par d'autres patients. Deux demandes de dépôt de brevet ont été déposées avec l'aide d'Inserm Transfert.

Notes:
(1) Les immunoglobulines G (IgG) constituent 75 à 80 % de nos anticorps circulants. Elles protègent l'organisme contre les bactéries, les virus (Un virus est une entité biologique qui nécessite une cellule hôte, dont il utilise les constituants pour se multiplier. Les virus...), et certaines toxines présentes dans le sang ou la lymphe.

(2) Les immunoglobulines A (IgA) forment une barrière empêchant la plupart des pathogènes de se lier aux cellules des muqueuses et de l'épiderme.


Référence publication:
Jehane Fadlallah, Delphine Sterlin, Claire Fieschi, Christophe Parizot, Karim Dorgham, Hela El Kafsi, Gaëlle Autaa, Pascale Ghillani-Dalbin, Catherine Juste, Patricia Lepage, Marion Malphettes, Lionel Galicier, David Boutboul, Karine Clément, Sébastien André, Florian Marquet, Christophe Tresallet, Alexis Mathian, Makoto Miyara, Eric Oksenhendler, Zahir Amoura, Hans Yssel, Martin Larsen, Guy Gorochov, Synergistic convergence (Le terme de convergence est utilisé dans de nombreux domaines :) of microbiota-specific systemic IgG and secretory IgA JACI, 13 décembre 2018
Page générée en 0.238 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique