Approche prometteuse pour le traitement de la leucémie
Publié par Adrien le 15/02/2014 à 00:00
Source: Université de Montréal

Manuel Buscarlet, chercheur postdoctoral, et Julie Lessard, chercheuse principale à l'IRIC
Un groupe de chercheurs de l'Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC) de l'Université de Montréal a découvert une nouvelle approche prometteuse pour le traitement de la leucémie (La leucémie (du grec leukos, blanc, et haima, sang), ou leucose, est un cancer des cellules de la moelle osseuse (les cellules de la moelle produisent les cellules sanguines, d'où le terme parfois utilisé de cancer du sang). Les...) en inactivant un gène (Un gène est une séquence d'acide désoxyribonucléique (ADN) qui spécifie la synthèse d'une chaîne de polypeptide ou d'un acide ribonucléique (ARN) fonctionnel. On peut...) qui est responsable de la progression de la maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.).

Ce gène, appelé Brg1 est un régulateur clé des cellules souches leucémiques qui sont à l'origine de la maladie, de la résistance aux traitements et des rechutes.

Julie Lessard, chercheuse principale à l'IRIC et professeure à la Faculté de médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la pratique (l'art) étudiant l'organisation du corps humain (anatomie), son fonctionnement normal (physiologie), et cherchant...) de l'UdeM, et ses collègues de l'IRIC ont passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble des configurations successives du monde et s'oppose au futur sur une...) les quatre dernières années à étudier ce gène en collaboration avec un autre groupe de chercheurs à l'Université Stanford (La Leland Stanford Junior University, plus connue sous le nom d'université Stanford, est l'une des plus prestigieuses universités américaines. Située au...) en Californie. Les résultats de cette étude sont présentés cette semaine dans la revue scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes scientifiques.) Blood.

"Nous avons démontré qu'en retirant le gène Brg1, les cellules souches leucémiques sont incapables de se diviser, de survivre et de former de nouvelles tumeurs. En d'autres termes, le cancer (Le cancer est une maladie caractérisée par une prolifération cellulaire anormalement importante au sein d'un tissu normal de l'organisme, de telle manière que la survie de ce dernier est menacée....) est définitivement stoppé", déclare Julie Lessard.

Une difficulté dans l'éradication des cellules souches cancéreuses est que de nombreux gènes essentiels à leur fonction sont également indispensables aux cellules souches normales. De ce fait, les thérapies ciblant les cellules cancéreuses peuvent aussi endommager les cellules souches saines. "Étonnamment, nos travaux ont montré que le gène Brg1 n'est pas essentiel à la fonction des cellules souches normales du sang (Le sang est un tissu conjonctif liquide formé de populations cellulaires libres, dont le plasma est la substance fondamentale et est présent chez la plupart...), ce qui en fait une cible thérapeutique (La thérapeutique (du grec therapeuein, soigner) est la partie de la médecine qui étudie et applique le traitement des maladies.) prometteuse dans le traitement de la leucémie", ajoute Pierre Thibault, chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur tant les domaines de recherche sont diversifiés et...) principal à l'IRIC et coauteur de cette étude.

L'étude a montré des effets remarquables sur les animaux de laboratoire et les cellules leucémiques humaines, mais il reste un long chemin à parcourir pour traduire cette découverte en applications cliniques. "La prochaine étape sera de développer une molécule (Une molécule est un assemblage chimique électriquement neutre d'au moins deux atomes, qui peut exister à l'état libre, et qui...) inhibitrice qui permettra de bloquer efficacement la fonction du gène Brg1 dans la leucémie", déclare Guy Sauvageau, chef de la direction et chercheur principal à l'IRIC, ainsi qu'hématologue à l'Hôpital (Un hôpital est un lieu destiné à prendre en charge des personnes atteintes de pathologies et des traumatismes trop complexes pour pouvoir être traités à domicile ou dans le...) Maisonneuve-Rosemont et coauteur de cette étude.

Le groupe de l'IRIC effectue actuellement des expériences pour identifier des médicaments pouvant bloquer le gène Brg1 et empêcher les cellules souches leucémiques de générer des cellules malignes.

Les cellules souches cancéreuses semblent être plus résistantes à la radiothérapie (La radiothérapie est une méthode de traitement locorégional des cancers, utilisant des radiations pour détruire les cellules cancéreuses en bloquant leur capacité à se multiplier....) et à la chimiothérapie (La chimiothérapie est l'usage de certaines substances chimiques pour traiter une maladie. C'est une technique de traitement à part entière au même titre que la chirurgie. La première utilisation connue de la...) que l'ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble),...) des cellules de la tumeur (Le terme tumeur (du latin tumere, enfler) désigne, en médecine, une augmentation de volume d'un tissu, clairement délimitée sans précision de cause.) et, par conséquent, sont souvent responsables des rechutes. L'éradication des cellules souches leucémiques résiduelles est donc la clé pour empêcher de façon irréversible la croissance tumorale et obtenir des rémissions à long terme chez les patients. "Nos études démontrent que le gène Brg1 est essentiel pour l'auto-renouvellement, la division (La division est une loi de composition qui à deux nombres associe le produit du premier par l'inverse du second. Si un nombre est non nul, la fonction "division par ce nombre" est la réciproque de la fonction "multiplication par ce...) et la survie des cellules souches leucémiques. Par conséquent, cibler le gène Brg1 dans les cellules souches leucémiques pourrait permettre de nouvelles possibilités thérapeutiques en empêchant la rechute", confirme Julie Lessard.
Page générée en 1.058 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique