Les articles scientifiques resoumis sont davantage cités
Publié par Adrien le 30/10/2012 à 12:00
Source: CNRS-INEE
On mesure l'impact d'une publication scientifique au nombre de citations qu'elle suscite. Mais qui connaît l'histoire de l'article avant qu'il ne soit publié ? Des chercheurs français se sont intéressés aux processus précédant la parution. Ils ont découvert que, de façon inattendue, les articles soumis à un autre journal avant publication donnent lieu à plus de citations.


Réseau des journaux scientifiques dérivé des flux (Le mot flux (du latin fluxus, écoulement) désigne en général un ensemble d'éléments (informations / données, énergie, matière, ...) évoluant dans...) de soumission d'articles. Chaque point (Graphie) représente un journal, les connections représentent des resoumissions d'articles, les couleurs représentent les sept domaines identifiés les plus importants. Les grands journaux généralistes tels que Science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire Le Robert, « Ce que l'on sait pour l'avoir appris, ce que l'on tient pour vrai au sens large. L'ensemble de...) et Nature se trouvent naturellement au centre du réseau.

923 journaux scientifiques dans les sciences biologiques ont été passés au peigne fin sur la période 2006-2008. Les chercheurs à l'origine de cette étude à grande échelle (La grande échelle, aussi appelée échelle aérienne ou auto échelle, est un véhicule utilisé par les sapeurs-pompiers, et qui emporte une...) ont demandé aux auteurs de quelque 215.000 articles si leur manuscrit avait été initialement soumis au journal dans lequel l'article a été publié, et si ce n'était pas le cas, le nom du journal essayé précédemment. Près de 81.000 réponses ont pu ainsi être recueillies, qui révèlent bien des surprises. "On connaît le fort taux de rejet de journaux prestigieux comme Nature ou Science... Pourtant, contrairement à ce que nous anticipions, 75% des articles publiés, toutes publications confondues, l'ont été dans le premier journal tenté" indique Claire de Mazancourt de la Station d'écologie expérimentale ( En art, il s'agit d'approches de création basées sur une remise en question des dogmes dominants tant sur le plan formel, esthétique, que sur le plan culturel et politique. En science, il s'agit...) du CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français (EPST).) à Moulis (CNRS/Muséum national d'histoire naturelle), coauteur de cette étude. En moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun...), les journaux les plus prestigieux ont même tendance à publier plus de resoumissions, c'est à dire plus d'articles initialement soumis à un autre journal.

Plus étonnant encore, cette étude montre que l'impact des articles après publication dépend de leur historique de soumission. "Les articles qui ont été d'abord proposés à un autre journal reçoivent en moyenne plus de citations que les articles initialement soumis au journal qui les publie", indique Claire de Mazancourt. Une explication avancée par les chercheurs serait que les commentaires critiques des relecteurs et éditeurs, ainsi que le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble des configurations successives du monde et s'oppose au futur sur une échelle des temps centrée sur...) à retravailler l'article avant la nouvelle soumission, permettraient d'augmenter sa qualité et donc son impact futur. Autre hypothèse: seuls les articles jugés primordiaux par leurs auteurs feraient l'objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut être désigné par une étiquette...) d'une nouvelle présentation à un journal... Quoi qu'il en soit, cette étude devrait en tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) cas encourager les auteurs à supporter la frustration associée à ces processus de soumission souvent longs et fastidieux.
Page générée en 0.139 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique