Pour bien dormir, faites-vous bercer !

Publié par Adrien le 26/01/2019 à 08:00
Source: Université de Genève
Des chercheurs de l'UNIGE, des HUG et de l'UNIL démontrent les bienfaits du bercement tant sur le sommeil que sur la mémoire, et offrent une piste supplémentaire pour lutter contre les troubles du sommeil.


© DR.

Quiconque a déjà endormi un bébé (L'onomatopée bébé désigne l'être humain en bas-âge. En puériculture on distingue plutôt le nouveau-né (le premier...) en le berçant doucement ou fait une sieste dans un hamac sait que le bercement favorise le sommeil (Le sommeil est un état naturel récurrent de perte de conscience (mais sans perte de la réception sensitive) du monde extérieur, accompagnée d'une diminution progressive du tonus musculaire, survenant...). Mais pourquoi ? Afin de comprendre ce phénomène et les mécanismes cérébraux à l'oeuvre, des chercheurs des universités de Genève (UNIGE), de Lausanne (UNIL) et des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) se sont penchés sur la question, au travers de deux études: l'une sur de jeunes adultes, l'autre sur des souris (Le terme souris est un nom vernaculaire ambigu qui peut désigner, pour les francophones, avant tout l’espèce commune Mus musculus, connue aussi comme animal de compagnie ou de...). Leurs résultats, publiés dans la revue Current Biology, montrent qu'un mouvement lent et répété durant toute la nuit module l'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) des ondes (Une onde est la propagation d'une perturbation produisant sur son passage une variation réversible de propriétés physiques locales. Elle transporte de l'énergie sans transporter de matière.) cérébrales. Ainsi, non seulement le balancement induit (L'induit est un organe généralement électromagnétique utilisé en électrotechnique chargé de recevoir l'induction de l'inducteur et de la transformer en électricité (générateur)...) un sommeil plus profond, mais il permet aussi de renforcer la mémoire (D'une manière générale, la mémoire est le stockage de l'information. C'est aussi le souvenir d'une information.), qui se consolide lors de certaines phases de sommeil.

Les scientifiques de l'UNIGE avaient déjà montré dans une précédente étude que le balancement pendant une sieste de 45 minutes ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un acte. Cartographie géologique ; la minute de terrain est la carte originale, au crayon, levée sur le terrain. ...) aidait les gens à s'endormir plus rapidement et à dormir plus profondément. Mais quels sont les effets de ce mouvement lent sur le cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du corps, dont la...) ? Pour en savoir plus, les chercheurs, associés à des collègues vaudois, ont mené deux nouvelles études - l'une sur des êtres humains, l'autre sur des rongeurs -, dans le cadre d'une subvention (Une subvention est une aide financière, c’est-à-dire une somme d’argent, qui est allouée par une institution publique ou privée à une personne ou une organisation privée ou publique dans le cadre...) conjointe du FNS qui permet à des chercheurs en recherche fondamentale (La recherche fondamentale regroupe les travaux de recherche scientifique n'ayant pas de finalité économique déterminée au moment des travaux. On oppose en général la recherche...) et des chercheurs en recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche...) clinique de travailler ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude...) sur un problème commun.

La première étude, dirigée à Genève par Laurence Bayer, chercheuse au Département des neurosciences (Les neurosciences correspondent à l'ensemble de toutes les disciplines biologiques et médicales qui étudient tous les aspects, tant normaux...) fondamentales de la Faculté de médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la pratique (l'art) étudiant l'organisation du corps humain (anatomie), son fonctionnement normal (physiologie), et cherchant à...) de l'UNIGE et au Centre de médecine du sommeil des HUG, et Sophie Schwartz, professeure ordinaire au Département des neurosciences fondamentales de la Faculté de médecine, explore l'impact d'un bercement continu sur le sommeil et sur les ondes cérébrales qui le caractérisent. Dix-huit jeunes adultes en bonne santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.) ont ainsi passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble des configurations successives du monde et s'oppose au futur sur une...) une nuit au Centre de médecine du sommeil des HUG afin d'effectuer des enregistrements polysomnographiques au cours desquels plusieurs variables physiologiques sont enregistrées (rythme cardiaque, rythme respiratoire, électroencéphalogramme, etc.). Une fois familiarisés à cet environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme environnement tend actuellement à prendre une...) peu habituel, les jeunes volontaires ont passé deux nuits au Centre de médecine du sommeil, l'une sur un lit en mouvement et l'autre sur le même lit, mais en position stationnaire.

"Passer (Le genre Passer a été créé par le zoologiste français Mathurin Jacques Brisson (1723-1806) en 1760.) une bonne nuit de sommeil signifie s'endormir rapidement et rester endormi toute la nuit, indique Laurence Bayer. Or, nous avons observé que nos participants, même s'ils dormaient bien dans les deux cas, s'endormaient plus rapidement lorsqu'ils étaient bercés. De plus, ils présentaient des périodes de sommeil profond plus longues et moins de micro-éveils, l'un des facteurs fréquemment associé à une mauvaise qualité du sommeil."

Se balancer pour synchroniser les ondes cérébrales

Le renforcement du sommeil profond par le bercement est la conséquence directe de la modulation de l'activité des ondes cérébrales pendant le sommeil. Ainsi, le bercement continu permet de synchroniser l'activité neuronale des réseaux thalamo-corticaux, qui jouent un rôle important dans la consolidation du sommeil, mais également de la mémoire. "Afin de voir si cet effet concernait aussi la mémoire, nous avons soumis nos participants à des tests mnésiques: ils devaient apprendre des paires de mots le soir et s'en souvenir le matin, au réveil", explique Aurore Perrault, chercheuse à la Faculté de médecine de l'UNIGE et première auteure de cette étude. "Et là aussi, le bercement s'est révélé bénéfique: le résultat des tests étaient bien meilleurs après une nuit en mouvement qu'après une nuit immobile!"

La deuxième étude a été réalisée à Lausanne chez la souris sous la direction de Paul Franken, professeur associé à la Faculté de biologie (La biologie, appelée couramment la « bio », est la science du vivant. Prise au sens large de science du vivant, elle recouvre une...) et médecine de l'UNIL. Chez les souris comme chez l'être humain, le bercement (de leur cage, en l'occurrence) a diminué le temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) d'endormissement et augmenté la durée du sommeil, sans pour autant en augmenter la qualité, contrairement à ce qui avait été montré chez les êtres humains.

Le système vestibulaire impliqué

L'étude menée à Lausanne a mis en évidence un autre acteur (Un acteur est un artiste qui incarne un personnage dans un film, dans une pièce de théâtre, à la télévision, à la radio, ou même dans des spectacles de rue. En plus de...) capital de la qualité du sommeil: le système vestibulaire. Situé dans l'oreille interne (L'oreille interne est une des parties de l'oreille, qui contient non seulement l'organe de l'ouïe, la cochlée ou limaçon, mais aussi le Système vestibulaire,...), il gère l'équilibre et l'orientation (Au sens littéral, l'orientation désigne ou matérialise la direction de l'Orient (lever du soleil à l'équinoxe) et des points cardinaux (nord de la boussole) ;) spatiale. "Nous avons soumis aux mêmes bercements des souris dont les récepteurs sensoriels de l'oreille (L'oreille est l'organe qui sert à capter le son et est donc le siège du sens de l'ouïe, mais elle joue également un rôle important dans...) interne (En France, ce nom désigne un médecin, un pharmacien ou un chirurgien-dentiste, à la fois en activité et en formation à l'hôpital ou en cabinet pendant une durée variable selon le...) ne fonctionnaient pas, altérant ainsi la fonction vestibulaire, et des souris contrôles. Contrairement aux souris contrôles, les souris du premier groupe n'ont bénéficié d'aucun effet du balancement pendant le sommeil, souligne Konstantinos Kompotis, chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur tant les domaines de recherche sont diversifiés et impliquent...) à la Faculté de biologie et médecine de l'UNIL et premier auteur de l'étude. La stimulation (Une stimulation est un événement physique ou chimique qui active une ou plusieurs cellules réceptrices de l'organisme. La cellule traduit la stimulation par un...) sensorielle vestibulaire pendant le bercement agit donc sur les réseaux neuronaux responsables des oscillations cérébrales spécifiques du sommeil."

Pour mieux identifier les structures sous-corticales et les réseaux neuronaux impliqués dans les effets du bercement sur le sommeil, les chercheurs vont maintenant faire appel à d'autres techniques plus précises, comme l'optogénétique qui permet d'observer et de contrôler des neurones précis. "Il s'agit maintenant de déchiffrer les structures, voire les populations neuronales, qui reçoivent les stimuli des organes vestibulaires avant de les transférer aux structures du circuit du sommeil", ajoute Paul Franken. "La cartographie (La cartographie désigne la réalisation et l'étude des cartes géographiques. Le principe majeur de la cartographie est la représentation de données sur un support réduit représentant un...) du réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des informations. Par analogie avec un filet (un réseau est un « petit rets », c'est-à-dire un petit filet), on appelle nœud...) de communication (La communication concerne aussi bien l'homme (communication intra-psychique, interpersonnelle, groupale...) que l'animal (communication intra- ou inter- espèces) ou la machine (télécommunications, nouvelles technologies...),...) entre les deux systèmes permettrait de développer de nouvelles approches pour traiter les patients souffrant d'insomnie (L'insomnie est un terme créé au XVIe siècle sur la base du latin insomnia (du latin somniculus, « état de celui qui dort ») et...), de troubles de l'humeur, ainsi que les personnes âgées, qui souffrent souvent de troubles du sommeil et de la mémoire," concluent les scientifiques genevois et vaudois.
Cet article vous a plus ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.713 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique