La canicule de juillet aurait été quasi-improbable dans un climat non modifié par l'homme
Publié par Isabelle le 07/08/2019 à 14:00
Source: CNRS
Le changement climatique d'origine anthropique a augmenté de manière significative l'intensité et la probabilité d'occurrence de l'épisode caniculaire extrême que la France et l'Europe de l'ouest ont connu fin juillet. Le groupe de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances...) World Weather Attribution auquel ont participé des chercheurs et climatologues de Météo-France (Météo-France est l'organisme français de météorologie, un établissement public administratif, chargé de la prévision et de l'étude des phénomènes...), du CEA et du CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français...) vient de rendre ses conclusions.


Températures maximales enregistrées en France métropolitaine le 25 juillet 2019 (édité le 2/8/2019) © Meteo France

Comme pour la canicule (La canicule est une période de très forte chaleur durant l'été. Même s'il n'existe pas de définition officielle, on considère...) de juin 2019, le rôle du changement climatique d'origine anthropique a été clairement identifié pour la canicule exceptionnelle de juillet. Les scientifiques ont évalué le rôle du changement climatique dans la probabilité (La probabilité (du latin probabilitas) est une évaluation du caractère probable d'un évènement. En mathématiques, l'étude des probabilités est un sujet de grande importance...) qu'un tel événement se soit produit et son impact sur son intensité. Pour cela, ils ont comparé le climat (Le climat correspond à la distribution statistique des conditions atmosphériques dans une région donnée pendant une période de temps donnée. Il se distingue de la météorologie qui...) observé lors des 3 jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son...) les plus chauds de cet épisode de canicule inédit avec le climat tel qu'il aurait été sans avoir été modifié par l'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) humaine.

Il ressort de cette étude, notamment pour la France, que:

- Dans le climat actuel, l'évènement que nous venons de vivre est tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) à fait exceptionnel avec une durée de retour entre 50 et 150 ans.

- Dans un climat non modifié par l'homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme...), cette canicule aurait été quasi improbable (durée de retour de l'ordre de 1000 ans). Le changement climatique a ainsi augmenté d'au moins un facteur 10 sa probabilité de survenue.

- L'épisode aurait également été 1,5 °C à 3 °C moins chaud s'il s'était produit dans un climat non modifié.

Des diagnostics complémentaires ont été réalisés à l'échelle nationale en considérant cette fois l'intégralité de la période caniculaire soit du 21 au 26 juillet et les résultats sont tout aussi probants. Les projections à l'horizon (Conceptuellement, l’horizon est la limite de ce que l'on peut observer, du fait de sa propre position ou situation. Ce concept simple se décline en physique, philosophie, littérature, et bien d'autres domaines :) 2040 montrent qu'une telle vague (Une vague est un mouvement oscillatoire de la surface d'un océan, d'une mer ou d'un lac. Les vagues sont générées par le vent et ont une amplitude crête-à-crête allant de quelques centimètres à 34 m (112...) de chaleur (Dans le langage courant, les mots chaleur et température ont souvent un sens équivalent : Quelle chaleur !) deviendra 4 fois plus probable et que son intensité pourrait encore être augmentée d'environ +1,2 °C supplémentaire.

Bibliographie:
Retrouvez l'intégralité de l'étude ici: https://www.worldweatherattribution.org/human-contribution-to-the-record-breaking-july-2019-heat-wave-in-western-europe/
Page générée en 0.013 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique