Cesser de fumer: les bénéfices à court et long terme sur la santé

Publié par Adrien le 22/01/2020 à 08:00
Source: Université de Sherbrooke
En raison des nombreux produits chimiques nocifs présents dans la cigarette, toute consommation de tabac, aussi minime soit-elle, s'avère dangereuse et susceptible d'endommager le système cardiovasculaire. Cependant, dès les vingt premières minutes ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un acte. Cartographie géologique ; la minute de terrain est la carte originale, au crayon,...) où l'on s'abstient d'en griller une, les effets bénéfiques sur la santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.) se font déjà sentir. Une raison de plus d'écraser pour de bon.


Photo: Martin Blache - UdeS

Si le lien entre le tabagisme (Le tabagisme est le fait de consommer du tabac, produit manufacturé élaboré à partir de feuilles séchées de plantes appartenant à la famille des...) et les maladies pulmonaires semble évident pour bien des gens, celui l'associant aux maladies du coeur l'est un peu moins. C'est pourtant le facteur de risque (En gestion des risques, un facteur de risque est une source de risque qui est classée en risques inhérents génériques probables dans le but de faciliter...) le plus important de maladies cardiovasculaires, que l'on n'en fume qu'une à l'occasion ou que l'on soit du côté des plus invétérés.

Seulement une ? Une de trop!

"Une seule cigarette est une cigarette de trop !", affirme sans ambages le professeur-chercheur en cardiologie (La cardiologie est la spécialité médicale qui étudie le cœur et ses maladies. Le médecin qui s’en occupe...) au Département de médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la pratique (l'art) étudiant l'organisation du corps humain (anatomie), son fonctionnement normal (physiologie), et...) de la Faculté de médecine et des sciences de la santé Warner Mampuya, aussi responsable du programme de prévention (La prévention est une attitude et/ou l'ensemble de mesures à prendre pour éviter qu'une situation (sociale, environnementale, économique..) ne se dégrade, ou qu'un...) et réadaptation (En ergothérapie, la réadaptation est le processus visant à réduire les incapacités d'une personne. La réadaptation s'inscrit dans la suite...) cardiovasculaires du CIUSSS de l'Estrie-CHUS.

Il précise que toute inhalation de fumée (La fumée, parfois appelée boucane en Amérique du Nord, est un nuage de particules solides émis par un feu ou un échauffement mécanique. Ces particules sont...) peut instantanément engendrer un risque de spasme artériel. Ce rétrécissement brutal de l'artère (Une artère (du grec αρτηρία, artêria) est un vaisseau qui conduit le sang du cœur aux poumons ou aux autres tissus de...) entraîne alors une diminution du flux (Le mot flux (du latin fluxus, écoulement) désigne en général un ensemble d'éléments (informations / données, énergie, matière, ...) évoluant dans un sens commun. Plus précisément le terme est employé dans les domaines...) sanguin des artères, ce qui peut notamment causer une ischémie. Une ischémie est un arrêt ou une diminution de l'apport sanguin artériel dans un tissu ou un organe (Un organe est un ensemble de tissus concourant à la réalisation d'une fonction physiologique. Certains organes assurent simultanément plusieurs fonctions, mais dans ce cas, une fonction est...).


Le professeur-chercheur Warner Mampuya est responsable du programme de prévention et réadaptation cardiovasculaires du CIUSSS de l'Estrie-CHUS.Photo: Martin Blache - UdeS

Le fait de fumer (Fumer est une pratique consistant à brûler une substance pour en inhaler la fumée par la bouche ou le nez.) endommage le coeur et les vaisseaux, en plus d'entraîner la formation de dépôts lipidiques dans les artères, contribuant à leur rétrécissement et leur obstruction éventuelle. Le risque d'infarctus (Un infarctus est défini par la mort brutale et massive de cellules (nécrose irréversible d'une partie d'un organe), en rapport avec un manque d'oxygène.) et d'accidents vasculaires cérébraux s'en trouve augmenté: "Fumer, c'est une atteinte de tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) le système cardiovasculaire !"

Une étude à long terme portant sur 12 000 femmes a par ailleurs démontré que le fait de ne fumer qu'entre 1 et 4 cigarettes par jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du...) doublait le risque de décès causé par une crise cardiaque.

Des bénéfices immédiats à ne pas fumer

Sur une note plus encourageante, le spécialiste de la santé cardiovasculaire a de bonnes nouvelles pour les personnes qui souhaiteraient profiter de la Semaine pour un Québec sans tabac pour enfin cesser de fumer: "Les bénéfices à court terme sont fascinants, c'est très encourageant !"

Quelques effets à court terme lorsqu'on cesse de fumer:
- Après 20 minutes: retour au niveau de base des chiffres de tension (La tension est une force d'extension.) artérielle et de rythme cardiaque (Le rythme cardiaque est - au sens médical du terme - le mécanisme électrophysiologique à l’origine de la contraction des ventricules. Définir le rythme est le préambule à toute...).
- Après 8 heures (L'heure est une unité de mesure  :): normalisation de l'oxygénation des cellules, diminution de moitié du taux de monoxyde de carbone (Le monoxyde de carbone est un des oxydes du carbone. Sa formule brute s'écrit CO et sa formule semi-développée C=O ou –C≡O+, la molécule est composée d'un atome de...) dans le sang (Le sang est un tissu conjonctif liquide formé de populations cellulaires libres, dont le plasma est la substance fondamentale et est présent chez la plupart des animaux. Un humain adulte est doté...) et réduction du risque de spasme coronaire.
- Après 24 heures: début de diminution du risque d'infarctus, élimination de la nicotine (La nicotine (de Jean Nicot) est un alcaloïde présent dans les feuilles de tabac (jusqu'à 5 % du poids des feuilles) et à moindre concentration dans les...) dans l'organisme et évacuation du mucus et des résidus de fumée dans les poumons.
- Après 48 heures: amélioration du goût (Pour la faculté de juger les belles choses, voir Goût (esthétique)), de l'odorat et de la qualité du sommeil (Le sommeil est un état naturel récurrent de perte de conscience (mais sans perte de la réception sensitive) du monde extérieur, accompagnée d'une diminution progressive du...).
- Après 72 heures: augmentation de l'énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la chaleur, de la lumière, de produire un mouvement.), relâchement des bronches: respirer devient plus facile.

Puis, un an après la dernière cigarette, le risque d'accident vasculaire cérébral (Un accident vasculaire cérébral (AVC), parfois appelé « attaque cérébrale », est un déficit neurologique soudain d'origine vasculaire.) devient équivalent à celui d'une personne n'ayant jamais fumé. Le risque d'infarctus du myocarde (Le myocarde est le tissu musculaire (myo-, muscle) du cœur (-carde). C'est un muscle épais et creux se contractant de manière rythmique.) est ainsi diminué de moitié.

À plus long terme, une personne qui a renoncé à la cigarette depuis 5 ans voit même son risque de développer un cancer (Le cancer est une maladie caractérisée par une prolifération cellulaire anormalement importante au sein d'un tissu normal de l'organisme, de telle manière que la survie de ce dernier est menacée....) du poumon (Le poumon est un organe invaginé permettant d'échanger des gaz vitaux, notamment l'oxygène et le dioxyde de carbone. L'oxygène est nécessaire au...) divisé par 2, et son risque d'infarctus du myocarde équivalent à celui de quelqu'un qui n'a jamais fumé.

Après 15 ans d'abstinence (L'abstinence est un renoncement volontaire et durable à la satisfaction d'un appétit ou d'une envie. Dans la plupart des cas, le terme désigne...), le risque de décès n'est pas plus élevé que celui d'une personne non-fumeuse. Leur espérance de vie (L'espérance de vie est une donnée statistique. Elle est censée permettre de connaître la durée de vie moyenne qu'on peut espérer atteindre à un...) redevient donc identique, particulièrement chez les personnes ayant arrêté tôt de fumer: "Peu importe le nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) d'années qu'une personne est fumeuse, le fait de renoncer à la cigarette améliorera grandement sa santé cardiovasculaire et pulmonaire (Les pulmonaires sont des plantes de la famille des Boraginacées appartenant au genre Pulmonaria. Elles doivent leur nom au fait que, selon les Romains, leur racine...). C'est vraiment bénéfique." (Pr Warner Mampuya.)
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.792 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique