Choisir les poissons à introduire dans de nouveaux milieux
Publié par Adrien le 03/03/2020 à 08:00
Source: CNRS INEE
Les humains ne choisissent pas au hasard les poissons qu'ils introduisent dans de nouveaux milieux !

Depuis plusieurs millénaires, les humains transportent avec eux des espèces, qu'ils introduisent dans de nouveaux environnements au gré de leurs déplacements. Une équipe de chercheurs du laboratoire Évolution et Diversité Biologique (EDB-CNRS/ Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux...) Toulouse III Paul Sabatier/IRD) et du Centre pour la biodiversité (La biodiversité est la diversité naturelle des organismes vivants. Elle s'apprécie en considérant la diversité des écosystèmes, des espèces, des populations et celle des gènes dans...) marine, l'exploitation et la conservation (MARBEC-CNRS/Université de Montpellier/IRD/ Ifremer) a comparé les caractéristiques morphologiques des quelque 2700 espèces de poissons d'eau (L’eau est un composé chimique ubiquitaire sur la Terre, essentiel pour tous les organismes vivants connus.) douce ayant été introduites au moins une fois hors de leur habitat naturel à celles des 6500 espèces de poissons n'ayant jamais fait l'objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut...) d'introductions. Ils ont également confronté la morphologie des 400 espèces établies dans leur nouvel environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme environnement...) à celles introduites ayant échoué à s'établir. Les résultats de cette étude publiée dans la revue Global Ecology and Biogeography démontrent que l'Homme (Un homme est un individu de sexe masculin adulte de l'espèce appelée Homme moderne (Homo sapiens) ou plus simplement « Homme ». Par distinction, l'homme prépubère est appelé un garçon, tandis...) introduit des espèces à morphologie particulière et que parmi ces espèces introduites, celles qui s'établissent durablement présentent les morphologies les plus extrêmes.


Le black bass (Micropterus salmoides), une espèce originaire d'Amérique (L’Amérique est un continent séparé, à l'ouest, de l'Asie et l'Océanie par le détroit de Béring et l'océan Pacifique; et à l'est, de l'Europe et de l'Afrique par l'océan Atlantique....) de Nord (Le nord est un point cardinal, opposé au sud.), largement introduite et établie en Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme...). Ce poisson (Les Poissons sont une constellation du zodiaque traversée par le Soleil du 12 mars au 18 avril. Dans l'ordre du zodiaque, elle se situe entre le Verseau à l'ouest et le Bélier à l'est. Bien...) prédateur (Un prédateur est un organisme vivant qui met à mort des proies pour s'en nourrir ou pour alimenter sa progéniture. La prédation est...) au corps trapu s'acclimate souvent dans les retenues artificielles (photo USFWS CC-BY2.0).

Les poissons-chats, les truites arc-en-ciel (Un arc-en-ciel est un phénomène optique et météorologique qui rend visible le spectre continu de la lumière du ciel quand le soleil brille pendant la pluie. C'est un...) ou les black-bass sont des espèces non natives originaires d'Amérique du Nord, toutes trois introduites dans nos rivières. Mais pourquoi, parmi les quelque 700 espèces de poissons d'eau douce nord-américaines, seules quelques dizaines d'espèces se sont établies avec succès en Europe ? En d'autres termes, existe-t-il un profil morphologique particulier favorisant l'introduction d'espèces puis leur établissement dans un nouvel environnement ?

A partir d'une base de données (En informatique, une base de données (Abr. : « BD » ou « BDD ») est un lot d'informations stockées dans un dispositif informatique. Les...) regroupant les caractéristiques morphologiques de près de 10 000 espèces de poissons d'eau douce, les chercheurs ont montré que la morphologie des poissons introduits par l'homme dans des cours d'eau où ils n'étaient naturellement pas présents diffère de celle des poissons non introduits provenant de la même zone géographique que ceux ayant été introduits. Ces espèces introduites sont généralement (bien que de nombreuses exceptions existent) de grands poissons ayant une grande bouche (La bouche (encore dénommée cavité buccale ou cavité orale) est l'ouverture par laquelle la nourriture d'un animal entre dans son corps. Le mot gueule s'utilise aussi, mais avec un sens...) et/ou une forme trapue, ce qui correspond à des poissons intéressants pour l'Homme d'un point (Graphie) de vue (La vue est le sens qui permet d'observer et d'analyser l'environnement par la réception et l'interprétation des rayonnements lumineux.) alimentaire et/ou halieutique.

De plus, parmi les espèces introduites, celles qui s'établissent durablement dans leur nouvel habitat présentent généralement une tendance à l'aplatissement (L'aplatissement d'une planète est une mesure de son « ellipticité »; une sphère a un aplatissement de 0, alors qu'un disque infiniment mince a un aplatissement de 1.) latéral du corps encore plus marquée, une tendance qui s'accentue avec la distance entre la zone d'origine et la zone d'introduction de l'espèce. Cet établissement préférentiel d'espèces grandes et trapues est à mettre en relation avec le développement des plans d'eau artificiels (étangs, lacs de barrage) qui créent des milieux stagnants, qui leur sont propices.

Dans le contexte (Le contexte d'un évènement inclut les circonstances et conditions qui l'entourent; le contexte d'un mot, d'une phrase ou d'un texte inclut les mots qui l'entourent. Le concept de contexte issu traditionnellement de...) actuel de changement global et de mondialisation (Le terme « mondialisation » désigne l'expansion et l'harmonisation des liens d'interdépendance entre les nations, les activités humaines et les systèmes politiques à...) des échanges, il est probable que l'accroissement du nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de plans d'eau artificiels et des introductions d'espèces accentuent les changements de biodiversité déjà observés dans les écosystèmes d'eau douce.

Référence:
Morphological sorting of introduced freshwater fish species within and between donor realms,
Su G., Villéger S. & Brosse (Une brosse est un outil fait d'un assemblage de filaments plus ou moins souples fixés sur une monture. Elles peuvent avoir différents usages :) S.,
Global Ecology and Biogeography, fev 2020.
Page générée en 0.813 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique