Le CNES et Google pour un internet sans zones blanches

Publié par Isabelle le 12/12/2014 à 00:00
Source: CNES

Lâcher d'un ballon pressurisé stratosphérique par le CNES pendant la campagne Concordiasi en 2010 en Antarctique. Crédits: CNES/P. Cocquerez.
Le CNES et les équipes du projet Loon de Google collaborent pour connecter le monde à Internet (Internet est le réseau informatique mondial qui rend accessibles au public des services variés comme le courrier électronique, la messagerie instantanée et le World Wide Web, en utilisant le...)

Des milliers de ballons permettant de connecter à Internet les zones blanches du globe, tel est l'objectif de l'ambitieux Projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et l’intégration d’une grande diversité de contribution, et...) Loon de Google (Google, Inc. est une société fondée le 7 septembre 1998 dans la Silicon Valley en Californie par Larry Page et Sergey Brin, auteurs du moteur de recherche...). Le CNES soutient le projet en y apportant son expertise technique sur les ballons, fort d'un demi-siècle d'un savoir-faire reconnu internationalement dans ce domaine. Le CNES et Google se félicitent d'unir leurs forces pour donner un nouvel élan aux recherches sur le sujet.

Se rapprocher d'une connexion totale de la planète

En dépit des différentes technologies existantes (connexions filaire, optique (L'optique est la branche de la physique qui traite de la lumière, du rayonnement électromagnétique et de ses relations avec la vision.), satellite (Satellite peut faire référence à :), etc.), deux tiers de la population mondiale (La population mondiale désigne le nombre d'êtres humains vivant sur Terre à un instant donné. Elle est estimée à 6,793 milliards au 1er janvier 2010, alors qu'elle était estimée à 6,1...) est aujourd'hui encore privée d'Internet, située dans ce que l'on appelle les "zones blanches". C'est de ce constat qu'est né le Projet Loon de Google[x], dans sa quête de nouvelles approches pour se rapprocher d'une connexion totale de la planète.

Le projet est simple sur le papier (Le papier (du latin papyrus) est une matière fabriquée à partir de fibres cellulosiques végétales et animales. Il se présente sous forme de...): s'appuyer sur une flotte de ballons stratosphériques dérivant dans la stratosphère (La stratosphère est la seconde couche de l'atmosphère terrestre, se situant au-dessus de la troposphère et sous la mésosphère. Les températures atteintes dans l'atmosphère sont...) et capables de relayer un accès à Internet (L'accès à Internet a beaucoup varié depuis sa création dans les années 1970. Un fournisseur d'accès à Internet permet cet, soit accès grâce à une connexion...) vers des zones de la planète éloignées et non-desservies. Les ballons croiseraient entre 18 et 20 km d'altitude (L'altitude est l'élévation verticale d'un lieu ou d'un objet par rapport à un niveau de base. C'est une des composantes géographique et biogéographique qui explique la répartition de la...), plus haut que les avions commerciaux, s'affranchissant ainsi des aléas météorologiques et seraient alimentés en énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la chaleur, de la lumière, de produire un mouvement.) par des panneaux solaires. Utilisant une liaison bidirectionnelle, le signal ( Termes généraux Un signal est un message simplifié et généralement codé. Il existe sous forme d'objets ayant des formes particulières. Les signaux...) serait envoyé depuis le sol vers les ballons qui pourraient ensuite le relayer vers d'autres ballons avant d'être finalement renvoyé vers le sol où il pourrait être capté par des antennes extérieures ou des téléphones équipés de la technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :) LTE (Long-Term Evolution). La vitesse (On distingue :) de connexion actuelle permet de lire des vidéos (La vidéo regroupe l'ensemble des techniques, technologie, permettant l'enregistrement ainsi que la restitution d'images animées, accompagnées ou non de son, sur un support adapté...) en streaming (Le streaming (de l'anglais stream, "courant"), lecture en flux ou lecture en continu, aussi appelé lecture directe, lecture en transit, diffusion en mode...) et les ballons ont d'ores (ORES, l'Opérateur des Réseaux Gaz & Électricité est le l'opérateur des réseaux de distribution d'électricité et de gaz pour les 8 gestionnaires du...) et déjà parcouru plus de 3 millions de kilomètres (Le mètre (symbole m, du grec metron, mesure) est l'unité de base de longueur du Système international. Il est défini comme la distance parcourue par la lumière dans...) au total ( Total est la qualité de ce qui est complet, sans exception. D'un point de vue comptable, un total est le résultat d'une addition, c'est-à-dire une somme. Exemple : "Le total des dettes". En physique le...).


Lâcher d'un ballon stratospérique ouvert par le CNES depuis la base de Timmins au Canada en 2013. Crédits: CNES/V. Dubourg.
"C'est grâce à de telles collaborations que les barrières tombent"

Cette coopération permettra au CNES et à Google de mettre en commun leurs ressources et leurs recherches. Le CNES contribuera aux analyses de vols qui ont lieu actuellement ainsi qu'au développement d'une nouvelle génération de ballons. Le CNES recevra l'assistance de Google pour mener des projets de campagnes de ballons de longue durée du type "Stratéole", similaires au projet Concordiasi (voir lien plus bas) mené en 2011 mais avec une couverture plus large de la stratosphère.

Pour Jean-Yves Le Gall, Président du CNES: "Ce projet est des plus actuels à l'heure (L’heure est une unité de mesure du temps. Le mot désigne aussi la grandeur elle-même, l'instant (l'« heure qu'il...) où sont étudiés tous les moyens de supprimer les "zones blanches" et c'est pour le CNES une expérience unique de travailler avec Google, véritable emblème de la Silicon Valley. C'est grâce à de telles collaborations que les barrières tombent, que naissent de nouveaux projets transverses et nous sommes fiers d'apporter notre expertise et de bénéficier en retour de l'aide de cette entreprise globale unique qu'est Google."

Mike Cassidy, Vice-Président de Google en charge (La charge utile (payload en anglais ; la charge payante) représente ce qui est effectivement transporté par un moyen de transport donné, et qui donne lieu à un paiement ou un bénéfice non...) du projet Loon, a déclaré: "La connexion à Internet peut améliorer la vie (La vie est le nom donné :) de chacun, mais plus de 4 milliards de personnes n'y ont toujours pas accès aujourd'hui. Il n'existe pas de solution simple pour résoudre un problème d'une telle complexité (La complexité est une notion utilisée en philosophie, épistémologie (par exemple par Anthony Wilden ou Edgar Morin), en physique, en biologie (par exemple par Henri Atlan), en sociologie, en...). C'est la raison pour laquelle nous collaborons avec des experts du monde entier, comme ceux du CNES, pour investir dans de nouvelles technologies comme le Projet Loon, capable d'utiliser les vents d'altitude pour fournir un accès Internet aux zones rurales et lointaines."


Pour plus d'information voir: Les aérostats du CNES
Cet article vous a plus ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.277 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique