Comment notre cerveau synchronise-t-il nos perceptions auditives et visuelles ?

Publié par Isabelle le 12/05/2021 à 13:00
Source: Université McGill
Nos ondes cérébrales s'adaptent constamment afin de compenser la différence entre les vitesses de traitement des informations sonores et visuelles dans les environnements sensoriels complexes

Nous apprenons tous à l'école secondaire que la lumière (La lumière est l'ensemble des ondes électromagnétiques visibles par l'œil...) et le son voyagent à des vitesses très différentes. Si Ie cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite...) ne pouvait tenir compte de cette différence, il nous serait très difficile d'identifier la source d'un son, ou de comprendre comment des bruits sont en rapport avec ce que nous voyons.


En fait, et comme bien souvent, notre cerveau nous joue (La joue est la partie du visage qui recouvre la cavité buccale, fermée par les...) des tours en nous faisant percevoir un son et un object visuel comme synchornes bien que leurs signaux physiques voyagent à des vitesses différentes et que nos circuits cérébraux les traitent à des vitesses également très différentes.

Une de ces astuces cérébrales est la recalibration temporelle, qui manipule notre perception du temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le...) pour améliorer notre impression de synchronisation entre les sons et les images qui se présentent à nous. Une nouvelle étude révèle que cette recalibration repose sur des signaux cérébraux qui s'adaptent constamment à notre environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et...) sensoriel pour échantillonner, ordonner et associer entre eux les signaux multi-sensoriels que nous recevons.

Des chercheurs du Neuro (Institut & Hôpital (Un hôpital est un lieu destiné à prendre en charge des personnes atteintes de...) Neurologiques de Montréal) à l'université McGill (L’Université McGill, située à Montréal au Québec, est une des...) ont recruté des participants afin qu'ils visualisent des flashs lumineux appariés à des sons, avec différents délais entre les deux, et leur ont demandé d'évaluer s'ils percevaient le son et l'image comme simultanés. Cette tâche était réalisée dans un appareil de magnétoencéphalographie (MEG) qui permet de visualiser l'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) cérébrale avec une précision à la milliseconde près. Les paires audio-visuelles changeaient à chaque présentation, avec des délais variables entre le son et l'image, et ce dans un ordre aléatoire.

Les chercheurs se sont aperçus que le jugement de simultanéité (La notion de simultanéité est intuitive dans un univers, celui de Newton, où le temps est absolu...) entre son et image dépendait fortement du fait que les participants aient perçu un délai (Un délai est d'après le Wiktionnaire, « un temps accordé pour faire une...) ou une synchronie au sein des paires audiovisuelles précédentes. Par exemple, si on nous présente un son suivi par une image à quelques millisecondes d'intervalle et que nous les percevons comme synchrones, nous sommes alors davantage susceptibles de percevoir la prochaine paire (On dit qu'un ensemble E est une paire lorsqu'il est formé de deux éléments distincts...) audio-visuelle comme synchrone, même si elle ne l'est pas physiquement. Ce type de recalibration temporelle active est un des outils utilisés par notre cerveau afin d'éviter que nous ayons une perception sensorielle distordue ou déconnectée de la réalité, avec des liens de cause à effet difficiles à établir entre informations sonores et visuelles aux célérités physiques et de traitement neuronal distinctes.

Les signaux MEG ont révélé que cette habileté cérébrale particulère était mise en oeuvre par l'interaction (Une interaction est un échange d'information, d'affects ou d'énergie entre deux agents au sein...) entre ondes (Une onde est la propagation d'une perturbation produisant sur son passage une variation réversible...) cérébrales lentes et rapides dans les régions auditives et visuelles du cerveau. Les rythmes cérébraux relativement lents marquent la cadence des variations temporelles de l'excitabilité des circuits cérébraux. Plus cette excitabilité est élevée, plus les signaux d'entrée peuvent être enregistrés et traités facilement par le cerveau.

Les chercheurs du Neuro ont alors proposé un nouveau modèle qui explique le phénomène de recalibration en considérant que les oscillations cérébrales rapides surfent sur les ondes plus lentes pour créer des fenêtres temporelles bien définies permettant de recevoir très précisément et d'ordonner les signaux sensoriels. Par exemple, quand un son est reçu dans la première de ces fenêtres temporelles disponibles dans le cortex (En biologie, le cortex (mot latin signifiant écorce) désigne la couche superficielle ou...) auditif, et que de la même façon un signal ( Termes généraux Un signal est un message simplifié et généralement codé. Il existe...) visuel est reçu dans la première fenêtre (En architecture et construction, une fenêtre est une baie, une ouverture dans un mur ou un pan...) du cortex visuel, cette paire audio-visuelle est alors perçue comme synchrone, même si les signaux ne sont pas strictement simultanés. Afin que cela puisse se produire, le cerveau doit ajuster la position temporelle des fenêtres visuelles afin qu'elles soient ouvertes un peu plus tard que les fenêtres auditives, car les signaux visuels parviennent plus tardivement au cortex. Les chercheurs ont découvert que ce délai entre fenêtres auditives et visuelles s'ajuste de manière dynamique (Le mot dynamique est souvent employé désigner ou qualifier ce qui est relatif au mouvement. Il...) en fonction de l'expérience sensorielle récente de chaque participant.

Les données (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent...) de cette étude ont confirmé que ce nouveau modèle d'intégration dynamique explique comment la perception de simultanéité audio-visuelle propre à chacun est due à des ajustements flexibles de quelques dizaines de millisecondes des ondes cérébrales rapides qui créent ces fenêtres sensorielles.

Dans le spectre de l'autisme (Le terme autisme tend a désigner aujourd'hui un trouble affectant la personne dans trois...) ou les troubles du langage, le traitement des informations sensorielles, notamment auditives, est perturbé. Il est en de même pour la schizophrénie (Le terme de schizophrénie regroupe de manière générique un ensemble...), dont les patients subissent parfois une perception altérée de informations sensorielles. Les mécanismes neurophysiologiques de recalibration temporelle pourraient être affectés dans ces syndrômes; leur découverte ouvre donc de nouvelles pistes de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue...) prometteuses.

"Ces résulats mettent à jour (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la...) de nouveaux mécanismes qui permettent au cerveau de s'adapter et de faire des liens entre les informations sensorielles dont nous sommes bombardés en permanence" d'après Sylvain Baillet, chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la...) au Neuro et directeur de l'étude. "Pour faire sens (SENS (Strategies for Engineered Negligible Senescence) est un projet scientifique qui a pour but...) de nos environnements complexes, y compris en situation (En géographie, la situation est un concept spatial permettant la localisation relative d'un...) d'interactions sociales, nos circuits cérébraux usent en permanence de mécanismes physiologiques qui permettent de mieux anticiper et de prédire la nature et la temporalité de nos stimulations sensorielles. Cette capacité participe à notre résilience contre l'imprévu et à la construction de représentations mentales de notre environnement."

Cette étude a été publiée en accès libre par le journal Communications Biology le 11 mai 2021. Elle a été financée par une bourse post-doctorale des Instituts de Recherche en Santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste...) du Canada (IRSC) à la Dre Therese Lennert, auteure principale de l'étude, et par les subventions de recherche du Dr Sylvain Baillet de la part des National Institutes of Health (États-Unis), du Conseil de Recherches en Sciences Naturelles et en Génie, de la Chaire de Recherche du Canada de Dynamiques Neurales des Systèmes Cérébraux des IRSC, la fondation Brain-Canada avec le soutien de Santé-Canada, et le programme Idées Novatrices du Fonds Canadien d'Excellence en Recherche APOGÉE (Un apogée (du grec apogeios : loin de la terre ; apo : loin + gê :...) attribué à l'université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la...) McGill.

Contact:
Shawn Hayward - The Neuro (Montreal Neurological Institute-Hospital) - shawn.hayward at mcgill.ca
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.277 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique