Cosmétiques: des produits chimiques "éternels" dans la composition

Publié par Redbran le 08/12/2022 à 13:00
Source: Université de Montréal
...
Lisse, mousseux, hydrofuge: ces caractéristiques sont extrêmement recherchées dans les produits de beauté. Mais pour obtenir ces qualités, les fabricants utilisent parfois des ingrédients qui contiennent du fluor - y compris des substances per- et polyfluoroalkyles (PFAS), potentiellement dangereuses.


Crédit: Getty

Une équipe de recherche de l'Université Carleton (L’université Carleton, à l'origine Carleton College, est une université...) et de l'Université de Montréal (L’Université de Montréal est l'un des quatre établissements d'enseignement...) vient de publier des résultats d'analyse démontrant que certains cosmétiques et produits de soins personnels étiquetés comme ayant des composants fluorés contiennent également des PFAS et que ces "produits chimiques éternels" ne figurent pas nécessairement dans la liste des ingrédients.

"Bien que les PFAS les plus préoccupants ne soient plus utilisés dans de nombreux produits de beauté, dans certains cas, ils ont été remplacés par d'autres classes de PFAS dont les conséquences sur la santé et l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et...) restent inconnues", souligne Sébastien Sauvé, professeur au Département de chimie (La chimie est une science de la nature divisée en plusieurs spécialités, à...) de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la...) de Montréal (Montréal est à la fois région administrative et métropole du Québec[2]. Cette grande...) et coauteur de l'étude.

Une étude récente a révélé que des cosmétiques aux États-Unis et au Canada contiennent encore ces substances, mais on ne savait pas si ces composés se trouvaient dans les produits de soins personnels comme les crèmes, les nettoyants pour le corps, les shampoings et les crèmes à raser.

La professeure Amy Rand, de l'Université Carleton, et ses collègues ont donc voulu examiner une variété de produits de beauté qui répertoriaient des composants fluorés dans leurs formulations pour détecter la présence de PFAS.

En 2020 et 2021, l'équipe a acheté 38 de ces produits de beauté de marques connues vendus dans les commerces et en ligne qui contenaient des composés organofluorés et les a analysés à la recherche de types plus anciens de PFAS.


Sébastien Sauvé Crédit: Amélie Philibert | Université de Montréal
Présents dans le contenant, mais pas toujours dans la liste des ingrédients

Tous les échantillons présentaient des niveaux mesurables de PFAS, mais certains des composés décelés n'étaient pas répertoriés comme ingrédients dans les produits. Les niveaux mis au jour dans les produits de soins personnels étaient généralement plus faibles que dans les cosmétiques. L'équipe a constaté que deux fonds de teint, étiquetés avec des termes analogues à hydrofuge, avaient des niveaux élevés de PFAS. Dans l'un d'entre eux, ces composés se comptaient même par milliers de parties par million (Un million (1 000 000) est l'entier naturel qui suit neuf cent quatre-vingt-dix-neuf...).

Plus de 200 types de PFAS

Poussant plus loin ses analyses, l'équipe a sélectionné un sous-ensemble (En mathématiques, un ensemble A est un sous-ensemble ou une partie d’un ensemble B, ou...) d'articles achetés dont l'analyse a révélé plus de 200 autres PFAS, y compris les classes émergentes qui remplacent les anciens composés.

Une classe émergente - les acides perfluoroalkylcarboxyliques remplacés par un monohydrogène - a été relevée dans 30 % des produits du sous-ensemble dans des proportions allant de moins de une partie par milliard à des centaines. Au cours de cette analyse, l'équipe de recherche a également découvert une variété de PFAS de structure différente (En mathématiques, la différente est définie en théorie algébrique des...) qui ne semblait pas être liée aux PFAS initialement ajoutés aux produits, ce qui pourrait être le résultat du vieillissement (La notion de vieillissement décrit une ou plusieurs modifications fonctionnelles diminuant...) des produits ou de la contamination par des impuretés dans les matières premières.

Ces résultats mettent en lumière la diversité des PFAS et leur présence avérée dans certains cosmétiques et produits de soins personnels. Toutefois, des travaux supplémentaires sont nécessaires pour comprendre d'où proviennent les PFAS inattendus.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.117 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique