COVID-19: voici pourquoi on n'arrive pas à concevoir un médicament

Publié par Adrien le 09/06/2021 à 09:00
Source: Université Laval
On ne peut pas déduire ce qui déclenche l'hyper-inflammation des poumons des personnes sévèrement atteintes de COVID-19 à partir de ce que l'on mesure dans le sang. Il faudrait tenir compte de ce fait si l'on espère concevoir des médicaments efficaces pour réduire la morbidité et la mortalité chez les gens exposés à la tempête (Une tempête est un phénomène météorologique violent à large...) de cytokines déclenchée par la COVID-19.

C'est la conclusion à laquelle arrivent des chercheurs de la Faculté de médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la...) de l'Université Laval (L’Université Laval est l'une des plus grandes universités au Canada. Elle a comme...) et de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la...) de Rabat après avoir comparé les molécules pro-inflammatoires présentes dans le sang (Le sang est un tissu conjonctif liquide formé de populations cellulaires libres, dont le...) et dans les poumons de 45 personnes chez qui la COVID-19 avait nécessité une intubation.


Les chercheurs ont comparé les molécules pro-inflammatoires dans le sang et dans les poumons de 45 personnes qui souffraient d'une grave inflammation pulmonaire (Les pulmonaires sont des plantes de la famille des Boraginacées appartenant au genre...) causée par la COVID-19.

Leurs analyses, qui viennent de paraître dans le Journal of Allergy and Clinical Immunology, montrent que:
- Les concentrations des molécules pro-inflammatoires détectées dans le sang des malades diffèrent de celles mesurées dans leurs poumons.
- La corrélation entre la concentration sanguine et la concentration pulmonaire d'une même molécule (Une molécule est un assemblage chimique électriquement neutre d'au moins deux atomes, qui...) pro-inflammatoire est faible.
- Les concentrations de molécules pro-inflammatoires sont plus élevées dans le sang que dans les poumons. Seule exception, les protéines CXCL1 et CXCL8 ont des concentrations au moins 30 fois plus élevées dans les poumons que dans le sang.

"Les molécules CXCL1 et CXCL8 sont probablement les principales responsables de l'exacerbation de l'afflux de leucocytes dans les poumons des malades, analyse le responsable de l'étude, Louis Flamand. C'est cet afflux qui provoque la congestion ( La congestion est l'augmentation subite de la quantité de sang contenue dans les vaisseaux d'un...) des alvéoles empêchant les personnes atteintes de COVID-19 de bien respirer."

Les résultats de cette étude expliqueraient pourquoi la recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue...) de médicaments pour contrer la tempête de cytokines a donné des résultats décevants jusqu'à présent. "Par exemple, en début de la pandémie (Une pandémie (du grec ancien πᾶν / pãn (tous) et...), on avait observé une augmentation de la concentration d'interleukine-6 dans le sang des malades. Les tests effectués avec des médicaments qui bloquent cette molécule pro-inflammatoire avaient produit des résultats neutres ou négatifs, rappelle le professeur Flamand. On comprend mieux pourquoi aujourd'hui. Ce que l'on observe dans le sang ne reflète pas ce qui se passe dans les poumons. Des médicaments qui ciblent les protéines CXCL1 et CXCL8 auraient de meilleures chances d'améliorer l'état de santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste...) des malades."

L'étude est signée par Younes Zaid, de l'Université de Rabat, Étienne Doré, Isabelle Dubuc, Olivier Flamand, Éric Boilard et Louis Flamand, du Centre de recherche du CHU de Québec - Université Laval, et Anne-Sophie Archambault, Michel Laviolette et Nicolas Flamand, du Centre de recherche de l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est...) universitaire de cardiologie (La cardiologie est la spécialité médicale qui étudie le cœur et ses...) et de pneumologie (En médecine, la pneumologie est la branche qui s'occupe de maladies des poumons et du tractus...) de Québec.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.010 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique