La Crau: un écosystème reprend ses droits

Publié par Michel le 26/10/2009 à 00:00
Source: CNRS
Illustration: Wikipedia
Près de Fos-sur-Mer, des chercheurs du CNRS participent à la restauration d'une ancienne steppe qui avait été remplacée, il y a trente ans, par un verger industriel de 357 ha. Une opération d'envergure... qui pourrait aussi déboucher sur un nouveau comportement des industriels.

On connaissait les restaurateurs de tableaux, qui redonnent aux peintures anciennes leur éclat d'antan. Voici à présent les restaurateurs d'écosystèmes... méditerranéens, pour être exact. Dans la plaine (Une plaine est une forme particulière de relief, c'est un espace géographique...) de Crau (La Crau ou plaine de la Crau (en provençal: Crau selon la norme classique et la norme...), près de Fos-sur-Mer, dans les Bouches-du-Rhône, plusieurs acteurs, dont les chercheurs de l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est...) méditerranéen d'écologie et de paléoécologie (Imep), travaillent en effet d'arrache-pied pour restaurer un paysage (Étymologiquement, le paysage est l'agencement des traits, des caractères, des formes d'un...) naturel de 357 hectares qui avait été remplacé par un verger industriel dans les années 1980. "C'est le plus grand chantier de ce type en France !", souligne Thierry Dutoit, professeur d'université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la...) et chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la...) à l'Imep. Bénéficiant de dix millions d'euros sur trente ans, le projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a...) a été lancé par CDC Biodiversité (La biodiversité est la diversité naturelle des organismes vivants. Elle s'apprécie...), une filiale de la Caisse (Les caisses en bois servent à emballer des produits en plusieurs pièces, qui doivent être...) des dépôts. Outre le CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand...), il implique aussi le ministère de l'Écologie, de l'énergie (Dans le sens commun l'énergie désigne tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de la...), du développement durable (Le développement durable (traduction de Sustainable development) est une nouvelle conception...) et de la mer (Le terme de mer recouvre plusieurs réalités.), des collectivités territoriales, des universités, des centres de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue...), des associations de protection de la nature, des usagers locaux.

Concrètement, il vise à réhabiliter un écosystème tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou...) à fait unique qui avait été remplacé par le verger industriel: le "coussoul", une terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance...) née de l'interaction (Une interaction est un échange d'information, d'affects ou d'énergie entre deux agents au sein...) millénaire (Un millénaire est une période de mille années, c'est-à-dire de dix siècles.) entre le climat méditerranéen (Le climat méditerranéen est un type de climat tempéré (ou "tempéré...), des sols pauvres et les troupeaux de moutons, formant (Dans l'intonation, les changements de fréquence fondamentale sont perçus comme des variations de...) ainsi la seule steppe aride d'Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un...) de l'Ouest (L’ouest est un point cardinal, opposé à l'est. C'est la direction vers laquelle se...). Un terrain écologiquement très important, puisqu'il constitue le seul habitat possible pour certaines espèces, tels les oiseaux ayant besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est...) de milieux pierreux ouverts, comme l'outarde canepetière ou le ganga cata.

Tout a commencé en 2008 quand CDC Biodiversité a acquis les 357 hectares d'anciens vergers. "Nous avons été très rapidement contactés par la CDC car à l'origine nous travaillions sur les espèces steppiques ; nous tentions notamment de savoir pourquoi il y a tant d'espèces dans ces communautés végétales: 70 espèces de végétaux à fleurs par mètre carré (Le mètre carré (symbole m²) est l'unité d'aire du système international.)...", précise Thierry Dutoit.

La première phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et...) de l'opération a duré de janvier à septembre 2009. Elle a consisté à réhabiliter une fonction de l'écosystème, celle d'accueillir des oiseaux. Pour ce faire, il a fallu retirer les 200 000 pêchers et les 100 000 peupliers qui constituaient le verger industriel ; ainsi que les 1 000 kilomètres (Le mètre (symbole m, du grec metron, mesure) est l'unité de base de longueur du Système...) de tuyaux en PVC du réseau (Un réseau informatique est un ensemble d'équipements reliés entre eux pour échanger des...) d'irrigation (L’irrigation est l'opération consistant à apporter artificiellement de l’eau à des...). Puis arbres et PVC ont été broyés et recyclés. Ensuite il a fallu aplanir le terrain recouvert de buttes pour en faire un sol de steppe, c'est-à-dire un terrain plat. "Nous sommes intervenus ici pour dire à quelle profondeur il fallait limiter l'aplanissement des buttes, faire respecter les lisières avec la végétation (La végétation est l'ensemble des plantes (la flore) sauvages ou cultivées qui...) steppique qui a survécu autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne...) en bordure du verger, ou encore définir les périodes d'activité (Le terme d'activité peut désigner une profession.) des bulldozers en fonction du cycle de vie (La vie est le nom donné :) des oiseaux. Il ne fallait pas de travaux lors de la nidification, par exemple", raconte Thierry Dutoit.

La prochaine étape doit commencer en octobre: à présent, il s'agit de restaurer expérimentalement la végétation steppique initiale du site faite de cheveux d'ange, de thym (Thymus est un genre de plantes (couramment appelées thym ou serpolet) de la famille des...), et de bien d'autres espèces. Les biologistes du CNRS ont pensé procéder en plusieurs étapes: tout d'abord, semer, sur le terrain réhabilité, des espèces végétales dites "nurses", favorables à la présence des fourmis qui véhiculent les graines de végétation steppique des "coussouls" voisins ; ensuite, faire un "transfert de foin", c'est-à-dire prélever des graines de terrains steppiques voisins et les répandre sur le terrain aplani ; et enfin apporter du sol des "coussouls" voisins et le répandre sur le terrain afin, toujours, d'introduire des graines, des bulbes et rhizomes d'espèces steppiques. Ces travaux seront financés par CDC Biodiversité, le CNRS et la région Paca.

Après la phase de restauration, suivra une phase de gestion sur trente ans de cet espace qui sera in fine rendu (Le rendu est un processus informatique calculant l'image 2D (équivalent d'une photographie)...) aux moutons. "Avec ce projet, on a là un vrai lien entre recherche fondamentale (La recherche fondamentale regroupe les travaux de recherche scientifique n'ayant pas de finalité...) et recherche appliquée. Y participer nous permet d'étudier les espèces de la steppe sur un modèle expérimental grandeur nature, insiste Thierry Dutoit. Jamais je n'aurais rêvé d'une telle occasion !"
Mais, cette expérience devrait aussi mener à une nouvelle pratique écologique en France: "la compensation écologique par l'offre". Car depuis la loi de 1976 relative à la protection de la nature, les opérateurs doivent prouver qu'ils ont tout fait pour réduire les dégâts occasionnés par leur activité industrielle, et si possible "compenser" leur action sur l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et...). Pour ce dernier devoir, il pourra leur être proposé d'acheter des "unités de compensation" de la plaine de Crau, équivalentes à celles qu'ils vont faire disparaître. Une pratique dissuasive: à 35 000 euros l'hectare, les promoteurs de projets pourraient être tentés de moins détruire la nature...
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.262 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique