Créer des modèles 3D avec un smartphone
Publié par Redbran le 06/01/2020 à 14:00
Source: © Union européenne, [2019] / CORDIS
Des chercheurs européens ont développé une application qui permet à n'importe qui de créer des modèles 3D détaillés en utilisant simplement son smartphone.


© Projet REPLICATE

Le monde traverse actuellement une période de transformation majeure, nos vies numériques passant de la 2D à la 3D. Avec ce changement qui va révolutionner nos méthodes de travail, d'apprentissage (L’apprentissage est l'acquisition de savoir-faire, c'est-à-dire le processus d’acquisition de pratiques, de connaissances, compétences, d'attitudes ou de valeurs culturelles, par l'observation, l'imitation, l'essai,...), notre mémoire (D'une manière générale, la mémoire est le stockage de l'information. C'est aussi le souvenir d'une information.) et nos façons de partager, la société doit veiller à ce que la technologie (Le mot technologie possède deux acceptions de fait :) 3D soit facilement accessible à tous. Ce n'est malheureusement pas le cas, car les outils de modélisation 3D (La modélisation 3D est l'étape en infographie 3D qui consiste à créer, dans un logiciel de modélisation 3D, un objet en trois dimensions, par ajout, soustraction et modifications de ses constituants.) actuels sont souvent trop complexes et leur coût est prohibitif.

Cela est cependant sur le point (Graphie) de changer. Grâce au projet (Un projet est un engagement irréversible de résultat incertain, non reproductible a priori à l’identique, nécessitant le concours et...) REPLICATE (cReative-asset harvEsting PipeLine to Inspire Collective-AuThoring and Experimentation) financé par l'UE, tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) le monde (Le mot monde peut désigner :) peut devenir un créateur 3D. Au lieu d'un équipement spécialisé, d'un éclairage contrôlé et d'une expérience d'expert, la seule chose dont vous avez besoin (Les besoins se situent au niveau de l'interaction entre l'individu et l'environnement. Il est souvent fait un classement des besoins humains en trois grandes...) pour créer des modèles 3D de qualité, c'est d'un smartphone.

"Notre objectif est de rendre la numérisation (La numérisation est le procédé permettant la construction d'une représentation discrète d'un objet du monde réel.) 3D si omniprésente que n'importe qui pourra créer un modèle", explique Paul Chippendale, chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur tant les domaines de...) principal à la Fondation Bruno Kessler et coordinateur du projet REPLICATE. "Quel que soit l'endroit où vous vous rendez, vous pouvez simplement sortir votre smartphone, télécharger l'application REPLICATE et vous promener autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent au genre Accipiter, soit constituent les 5 genres...) de l'objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut être désigné par une étiquette verbale. Il est...) que vous souhaitez virtualiser et partager."

D'après Paul Chippendale, l'équipe du projet a travaillé dur pour rendre l'application conviviale et extrêmement simple à utiliser: "Il suffit aux utilisateurs d'appuyer sur le bouton d'enregistrement, de choisir de rejoindre une session collaborative ou de travailler seuls, et de commencer à se déplacer autour de l'objet souhaité. Une fois que vous êtes satisfait du résultat désiré, vous appuyez sur “stop” et après quelques minutes ( Forme première d'un document : Droit : une minute est l'original d'un acte. Cartographie géologique ; la minute de terrain est la carte originale, au crayon, levée sur le...), un modèle 3D maillé entièrement texturé est prêt pour créer des jeux de réalité augmentée/virtuelle, une impression 3D ou pour être partagé sur les réseaux sociaux."

Une réponse enthousiaste

Dès que le premier prototype a été prêt, les chercheurs l'ont mis entre les mains de personnes de tous horizons (Conceptuellement, l’horizon est la limite de ce que l'on peut observer, du fait de sa propre position ou situation. Ce concept simple se décline en physique, philosophie, littérature, et bien d'autres domaines :) – lycéens, conservateurs de musées, organisateurs d'événements communautaires, églises et propriétaires de magasins – et les ont encouragés à commencer à numériser des éléments importants dans leurs domaines respectifs.

Les résultats sont encourageants. Les enfants ont scanné leurs ours (Les ours (ou ursinés, du latin ŭrsus, de même sens) sont de grands mammifères plantigrades appartenant à la famille des...) en peluche, les personnes âgées ont scanné leurs partenaires, les évêques ont scanné des artefacts religieux et les orfèvres ont scanné des objets pour les transformer en bijoux sur mesure. "Je pense que le résultat le plus important du projet a été de voir comment chacun peut bénéficier personnellement de la liberté de création qu'offre la numérisation 3D", explique Paul Chippendale.

Une classe de lycée consacrée à l'architecture (L’architecture peut se définir comme l’art de bâtir des édifices.) locale a même demandé aux élèves d'utiliser l'application REPLICATE pour sortir et scanner (Un scanneur, ou numériseur à balayage est l'équivalent du terme anglais scanner, qui vient du verbe anglais to scan, signifiant « balayer » dans le sens de...) des bâtiments historiques et des statues et, de retour dans la salle de classe (Une salle de classe (appelée Salle de cours dans les collèges et lycées) est une salle où l'on pratique l'enseignement dans une école.), les faire "vivre" en utilisant la réalité augmentée (La notion de réalité augmentée désigne les systèmes (au sens informatique) qui rendent possible la superposition d'un modèle...). "Au lieu de se contenter de lire un livre en “2D” sur l'architecture et l'histoire, nos modèles 3D aident réellement les étudiants à forger des liens tangibles avec leur patrimoine culturel local", ajoute Paul Chippendale.

Un autre test utilisateur a impliqué des chefs religieux de diverses confessions qui ont utilisé REPLICATE pour créer des modèles 3D d'importants artefacts religieux. Ces modèles ont ensuite été intégrés dans leurs enseignements quotidiens sur la religion et la tolérance culturelle. "L'un des aspects dont je suis le plus fier c'est la façon dont nous avons introduit REPLICATE comme moyen de faciliter l'intégration sociale et la sensibilisation à travers la virtualisation (La virtualisation consiste à faire fonctionner sur un seul ordinateur plusieurs systèmes d'exploitation comme s'ils fonctionnaient sur des ordinateurs distincts. On appelle serveur...) et le partage de copies numériques 3D d'artefacts religieux entre différentes communautés religieuses", explique Paul Chippendale.

Le travail continue

Les chercheurs du projet continuent d'explorer de nouvelles applications et utilisations pour REPLICATE. Toutefois, avant que la plateforme ne soit entièrement commercialisée, il est nécessaire de procéder à des tests supplémentaires dans les domaines ciblés. "Cela nous permettra de créer un pipeline de reconstruction 3D facilement déployable et robuste qui sera utilisable sans assistance, même par des utilisateurs n'ayant aucune connaissance de la technologie", ajoute Paul Chippendale.

Pour plus d'information voir: projet REPLICATE
Page générée en 0.157 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique