Découverte: les abeilles peuvent détecter le cancer du poumon

Publié par Cédric le 22/06/2024 à 08:00
Auteur de l'article: Cédric DEPOND
Source: Biosensors and Bioelectronics
EN, DE, ES, PT
Restez toujours informé: suivez-nous sur Google Actualités (icone ☆)

Des chercheurs de l'Université d'État du Michigan ont découvert que les abeilles peuvent détecter des biomarqueurs associés au cancer du poumon dans l'haleine humaine. Cette capacité à identifier des composés chimiques spécifiques pourrait révolutionner les méthodes de dépistage précoce de cette maladie.


Image d'illustration Pixabay

Les animaux à l'odorat développé, comme les chiens, sont souvent utilisés pour détecter diverses substances. Les insectes, notamment les abeilles, possèdent également un sens olfactif extrêmement sensible. Leurs antennes peuvent réagir à de nombreux composés chimiques, une faculté essentielle pour localiser les fleurs, détecter les phéromones et identifier les intrus dans leur ruche.

L'équipe dirigée par Debajit Saha s'est demandé si les abeilles pouvaient aussi identifier les signatures chimiques associées aux tumeurs cancéreuses. Ils ont développé deux mélanges d'haleine synthétique: l'un reproduisant celle d'une personne saine, l'autre imitant l'haleine d'un patient atteint de cancer du poumon grâce à des composés comme le trichloréthylène et le 2-méthylheptane.

Les chercheurs ont ensuite équipé une vingtaine d'abeilles de minuscules électrodes pour mesurer les variations de leur activité cérébrale en réponse à ces odeurs. Les abeilles n'ont montré aucune réaction face aux échantillons sains. En revanche, lorsqu'elles ont été exposées aux composés volatils associés au cancer, une activité neuronale intense a été observée, même à des concentrations très faibles, de l'ordre d'une partie par milliard.

Fortes de ces résultats, les équipes ont ensuite testé les abeilles avec des cultures cellulaires pulmonaires humaines, incluant des cellules saines et cancéreuses. Là encore, les abeilles ont non seulement réagi aux tumeurs, mais ont également distingué différentes lignées cellulaires de cancer du poumon, une différenciation importante pour le traitement clinique des diverses formes de la maladie.

Autumn McLane-Svoboda, membre de l'équipe de recherche, souligne: "Ce qui est étonnant, c'est la capacité des abeilles à non seulement détecter les cellules cancéreuses, mais aussi à distinguer les différentes lignées de cancer du poumon". Cette découverte ouvre la voie à la création de tests de détection non invasifs basés sur l'analyse de l'haleine, à l'image des alcootests, offrant une alternative prometteuse aux biopsies. Ces tests pourraient significativement améliorer les taux de survie en permettant un diagnostic précoce de la maladie. Les résultats complets de cette étude ont été publiés dans la revue Biosensors and Bioelectronics.
Page générée en 0.100 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique
Version anglaise | Version allemande | Version espagnole | Version portugaise