Donner, c'est engager un mécanisme social !
Publié par Adrien le 09/03/2016 à 00:00
Source: Mathieu-Robert Sauvé - Université de Montréal

Phénomène commun à toutes les sociétés et à toutes les époques, le don appelle ce que Marcel Mauss appelle un "contre-don". On dit aussi rendre la politesse. (Photo: Thinkstock.)
Voilà résumé un concept clé de l'Essai sur le don, de Marcel Mauss (1872-1950), un des pères de la sociologie française. "Le don est un échange. Plus spécifiquement un échange différé. Il vous engage dans un mécanisme social.

Celui qui reçoit signe une dette; pour s'en défaire, il devra donner à son tour", signale Marcel Fournier, professeur au Département de sociologie de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études...) de Montréal (Montréal est à la fois région administrative et métropole du Québec[2]. Cette grande agglomération canadienne constitue un centre majeur du commerce, de l'industrie, de la culture, de la finance et...) et auteur d'une biographie monumentale de Mauss parue chez Fayard en 1994.

Le don renvoie à ce que le sociologue français a appelé "contre-don", un principe évoqué en 1925 et toujours d'actualité. Il s'appliquait dans les sociétés primitives que Mauss a étudiées, notamment chez les Amérindiens pratiquant le potlatch, un rituel qui consistait à donner jusqu'à être dépossédé littéralement de ses moyens de subsistance.

C'est encore vrai au 21e siècle (Un siècle est maintenant une période de cent années. Le mot vient du latin saeculum, i, qui signifiait race, génération. Il a ensuite indiqué la durée d'une génération humaine et faisait 33 ans 4 mois (d'où peut...), alors que M. et Mme Tout-le-monde sont sollicités de toutes parts : dans la rue (La rue est un espace de circulation dans la ville qui dessert les logements et les lieux d'activité économique. Elle met en relation et structure les...) par le mendiant qui tend la main (La main est l’organe préhensile effecteur situé à l’extrémité de l’avant-bras et relié à ce...), au bureau par l'entremise de collectes. Les porte-parole de bonnes causes vous appellent, vous écrivent, organisent des téléthons... En échange, vous verrez votre nom sur une liste de bienfaiteurs, vous recevrez un reçu officiel ou, plus modestement, vous soulagerez votre conscience.

S'il existe en 2016 d'authentiques donateurs anonymes prêts à soutenir des causes sans rien attendre en retour, la grande majorité des dons appellent des contre-dons... "On le voit dans les fêtes de Noël, où les gens calculent la valeur des cadeaux échangés", illustre Marcel Fournier.

Fait social total

L'Essai sur le don a lancé un champ (Un champ correspond à une notion d'espace défini:) de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique...) qui est alimenté de nos jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel....) par des intellectuels français, américains et québécois. La redistribution de la richesse collective peut être considérée comme une forme de philanthropie. "Un contribuable peut se demander pourquoi il contribue à l'assurance emploi s'il n'est jamais au chômage. Même chose pour l'assurance maladie (L'assurance maladie est un dispositif chargé d'assurer un individu face à des risques financiers de soins en cas de maladie, ainsi qu'un revenu minimal lorsque l'affection prive la personne...) s'il n'est jamais malade. La cohésion d'une société trouve appui sur une série d'imbrications et implique un ensemble (En théorie des ensembles, un ensemble désigne intuitivement une collection d’objets (les éléments de l'ensemble), « une multitude qui peut...) d'échanges entre individus et groupes. La réciprocité, directe et indirecte, est à la base de la vie (La vie est le nom donné :) sociale, hier comme aujourd'hui", mentionne Marcel Fournier.

Le don caractérise toutes les sociétés humaines, passées et présentes, selon Marcel Mauss. C'est ce qu'il appelle un "fait social total", soit un évènement qui "met en branle la totalité de la société et de ses institutions" et qui a des répercussions juridiques, économiques, religieuses et même esthétiques. Mais la forme actuelle du don est parfois très complexe.

Donner ses organes ou son oeuvre

La transplantation d'organes, par exemple, soulève des questions inédites. Depuis que la médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la pratique (l'art) étudiant l'organisation du corps humain (anatomie), son fonctionnement normal (physiologie), et cherchant...) permet ce type d'intervention, une pression (La pression est une notion physique fondamentale. On peut la voir comme une force rapportée à la surface sur laquelle elle s'applique.) s'exerce sur l'entourage des patients en attente d'une greffe. Si vous êtes le seul de la famille à pouvoir donner un rein (Le rein a de multiples fonctions (hormonales, de régulation de la tension, mais il est surtout l'un des principaux organes de détoxication (avec le foie et le poumon). Il assure, par filtration et excrétion...) à un proche atteint d'insuffisance rénale, votre consentement sera-t-il vraiment libre ? "Donneriez-vous votre coeur ou un rein à un pédophile ? La plupart des gens hésiteraient", commente M. Fournier.

Autre exemple : certaines religions considèrent le cadavre (Le cadavre est ce qui reste du corps d'un organisme vivant humain ou animal dans la période qui suit la mort. On parle aussi de dépouille mortelle pour le corps humain, et on appellera plutôt charogne le cadavre d'un...) comme un objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction...) sacré, inviolable. Doit-on refuser aux fidèles l'accès aux organes disponibles ? Au Japon, un autre problème se pose : selon la culture (La Culture est une civilisation pan-galactique inventée par Iain M. Banks au travers de ses romans et nouvelles de science-fiction. Décrite avec beaucoup de...) traditionnelle, le corps de la personne décédée doit demeurer intact. Le pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d'étendue restreinte (de l'ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la...) reconnaît néanmoins le don d'organes depuis 1997. Mais les prélèvements d'organes sur un donneur vivant restent rarissimes et plusieurs malades vont aller aux États-Unis pour recevoir l'organe (Un organe est un ensemble de tissus concourant à la réalisation d'une fonction physiologique. Certains organes assurent simultanément plusieurs fonctions, mais dans ce cas, une fonction est généralement associée...) attendu.

Le milieu de l'art fournit une autre illustration de la complexité (La complexité est une notion utilisée en philosophie, épistémologie (par exemple par Anthony Wilden ou Edgar Morin), en physique, en biologie (par exemple par Henri Atlan), en sociologie, en informatique ou en sciences...) du don. Marcel Fournier a beaucoup étudié le don d'oeuvres d'art. La richesse des collections du Musée d'art contemporain de Montréal et du Musée des beaux-arts de Mon-tréal est largement attribuable à la générosité des donateurs, qu'il s'agisse de collectionneurs, de fondations (Les fondations d'un ouvrage assurent la transmission et la répartition des charges (poids propre et surcharges climatiques et d'utilisation) de cet ouvrage sur le sol. Le mode de fondation sera établi suivant la capacité...) ou d'artistes. Encore là, M. Fournier note que, outre l'avantage fiscal que son geste lui procure, le donateur verra son nom associé à l'oeuvre, ce qui constitue une reconnaissance ou un contre-don.

Il arrive aussi que le don soit mal reçu. "S'il y a une chose que détestent les responsables, directeurs et conservateurs de musée, ce sont les dons que veulent faire les membres de la famille et en particulier les conjoints au moment du décès d'un artiste (Est communément appelée artiste toute personne exerçant l'un des métiers ou activités suivantes :). Tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) se passe comme s'ils voulaient rendre hommage au défunt en tirant profit de l'occasion pour vider l'atelier", écrit Marcel Fournier, lui-même un passionné d'art, dans un texte tiré d'une conférence récente. Il reste que toute décision concernant l'entrée d'une oeuvre d'art dans un musée est liée à un processus complexe d'approbation sur la valeur de l'oeuvre.
Page générée en 0.355 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique