Êtes-vous prêts pour la nutrigénétique ?
Publié par Adrien le 28/04/2019 à 08:00
Source: Jean Hamann - Université Laval
Notre façon de métaboliser les aliments dépend de notre génétique. Les tests nutrigénétiques permettent de formuler des recommandations nutritionnelles individualisées qui tiennent compte de ce fait. Neuf personnes sur dix seraient disposées à adapter leur alimentation en fonction de leur profil génétique

Selon une enquête réalisée par une équipe de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux États-Unis, au...) Laval, 91% des gens seraient prêts à adapter leur alimentation en fonction de leur profil génétique. Cette volonté serait particulièrement marquée chez les personnes qui croient porter des gènes les prédisposant à certaines maladies, rapportent les chercheurs dans un article publié par la revue Genes & Nutrition.

Bastien Vallée (Une vallée est une dépression géographique généralement de forme allongée et façonnée dans le relief par un cours d'eau...) Marcotte, Hubert Cormier, Véronique Garneau, Julie Robitaille, Sophie Desroches et Marie-Claude Vohl, de l'École de nutrition, de l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics est...) sur la nutrition et les aliments fonctionnels et du Centre de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension...) du CHU de Québec - Université Laval, ont mené une enquête en ligne auprès de 2 238 personnes résidant au Québec. Les participants devaient répondre à 37 questions portant sur la nutrigénétique. Ce néologisme vous est inconnu ? Vous êtes en bonne compagnie puisque 83% des répondants ignoraient eux aussi la signification de ce terme.

"La nutrigénétique s'intéresse au rôle des variations génétiques dans la réponse aux aliments ainsi qu'à leurs répercussions sur les risques de maladies associées à l'alimentation", explique la responsable de l'étude, Marie-Claude Vohl. À titre d'exemple, des travaux menés par son équipe ont montré que la prise d'oméga-3 (Le groupe d'acides gras oméga-3, notés également ω3 (ou encore n-3), sont des acides gras polyinsaturés que l'on trouve en grandes...) entraînait une baisse moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de l'ensemble s'ils étaient...) des triglycérides sanguins de l'ordre de 15%. Cette réponse est toutefois très variable (En mathématiques et en logique, une variable est représentée par un symbole. Elle est utilisée pour marquer un rôle dans une formule, un prédicat ou un algorithme. En statistiques,...) d'une personne à une autre et elle peut même se traduire par une augmentation des triglycérides chez certains sujets. "Ces différences sont associées à la présence de certaines variations génétiques, souligne la chercheuse. Il y a des gens dont la génétique est telle que les oméga-3 ne parviendront jamais à abaisser leur taux de triglycérides."

Les mêmes constats s'appliquent pour le métabolisme (Le métabolisme est l'ensemble des transformations moléculaires et énergétiques qui se déroulent de manière ininterrompue dans la cellule ou l'organisme vivant. C'est un processus ordonné, qui fait intervenir des...) de tous les aliments, qu'il s'agisse de macronutriments, de vitamines, de caféine (La caféine est un alcaloïde de la famille des méthylxanthines, présent dans de nombreux aliments, qui agit comme stimulant psychotrope et comme léger diurétique. La caféine a été découverte...), d'alcool ou autres, ce qui ouvre la porte à des recommandations nutritionnelles individualisées reposant sur le profil génétique de chacun. Selon l'enquête menée par la professeure Vohl et ses collaborateurs, les Québécois sont très ouverts à cette nouvelle façon de personnaliser les conseils sur l'alimentation. Le désir de se prêter à des tests nutrigénétiques et d'adapter son alimentation en fonction des résultats est particulièrement élevé chez les gens souffrant d'hypertension, d'obésité (L'obésité est l'état d'une personne, ou d'un animal, souffrant d'une hypertrophie de la masse adipeuse, qui se traduit par un excès de poids, réparti de façon...) ou de diabète de type 2 (Cet article traite du « diabète de type 2 », une forme de diabète sucré. Mais il existe d'autres diabètes : voir la page d'homonymie Diabète .) ou chez ceux ayant des proches atteints de maladies chroniques liées à l'alimentation.

Les répondants montrent un intérêt prononcé pour les recommandations nutrigénétiques touchant les protéines, les glucides, les gras et les gras saturés. Par contre, ils sont plutôt tièdes par rapport à celles touchant la caféine, l'alcool, le gluten (Le gluten est un mélange de protéines qui, combiné avec l'amidon, forme l'endosperme de la plupart des céréales.) et le lactose (Le lactose est un glucide présent dans le lait (de 20 à 80g•L−1), dont il tire son nom (étymologiquement sucre de lait).). "Les gens veulent des conseils personnalisés sans être noyés dans une mer (Le terme de mer recouvre plusieurs réalités.) d'information. Leur grande crainte est d'être privés de certains plaisirs associés à la nourriture", constate la professeure Vohl.

Plusieurs entreprises américaines et deux entreprises canadiennes offrent déjà des tests nutrigénétiques. Il faut évidemment une certaine expertise pour convertir les résultats de ces tests en recommandations nutritionnelles. "Les nutritionnistes estiment qu'elles sont les professionnelles de la santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou...) les mieux placées pour assurer ce service, signale Marie-Claude Vohl. Par contre, elles sont encore peu nombreuses à utiliser ces tests dans leur pratique. L'Ordre professionnel des diététistes du Québec et Les diététistes du Canada offrent des formations pour les nutritionnistes qui veulent acquérir des connaissances dans ce domaine. À l'Université Laval, nous avons intégré du contenu sur les tests nutrigénétiques dans nos programmes de formation. Il s'agit d'un domaine en émergence et il faut préparer les nutritionnistes à relever ce nouveau défi."

Notre façon de métaboliser les aliments dépend de notre génétique. Les tests nutrigénétiques permettent de formuler des recommandations nutritionnelles individualisées qui tiennent compte de ce fait.
Page générée en 0.358 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique