"Hoo", quand les chimpanzés parlent à voix basse
Publié par Isabelle le 09/07/2018 à 12:00
Source: Université de Genève (UNIGE)
Des chercheurs ont observé une variation de la vocalisation "hoo" chez les chimpanzés en fonction du contexte, démontrant une intentionnalité qui reflète leur état d'esprit.


Chimpanzés dans la forêt de Budongo en train de voyager, un contexte (Le contexte d'un évènement inclut les circonstances et conditions qui l'entourent; le contexte d'un mot, d'une phrase ou d'un texte inclut les mots qui l'entourent. Le concept de contexte issu traditionnellement de l'analyse...) propice à la production de travel hoo. © UNIGE

Le chimpanzé (Le terme chimpanzé désigne aujourd'hui deux espèces de grands singes qui forment la tribu des Panines (genre Pan), membres de la famille des Hominidés et de l'ordre des primates . Ces anthropoïdes...) possède une quinzaine de cris différents, tous servant une cause particulière. Parmi ces cris, la vocalisation "hoo" se caractérise par un son faible et aigu, utilisé dans trois contextes principaux: le voyage (Un voyage est un déplacement effectué vers un point plus ou moins éloigné dans un but personnel (tourisme) ou professionnel (affaires). Le voyage s'est...), le repos et l'alerte. Des chercheurs de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa...) de Genève (UNIGE), de Neuchâtel (UniNE) et de l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics est un tel institut.) Max Planck d'Anthropologie Evolutionnaire de Leipzig se sont demandés si cette vocalisation variait selon le contexte dans laquelle elle était exprimée. Ils ont découvert qu'en effet, chaque "hoo" se prononce différemment en fonction du contexte dans lequel se trouve le chimpanzé, démontrant qu'il souhaite transmettre une information précise à ses congénères se trouvant à proximité. Ces résultats sont à lire dans la revue Royal Society Open Science (La science (latin scientia, « connaissance ») est, d'après le dictionnaire Le Robert, « Ce que l'on sait pour l'avoir appris, ce que l'on tient pour vrai au...).

Le chimpanzé dispose d'un système de communication (La communication concerne aussi bien l'homme (communication intra-psychique, interpersonnelle, groupale...) que l'animal (communication intra- ou inter- espèces) ou la machine...) puissant qu'on entend de très loin. Pourtant, parmi la quinzaine de vocalisations qu'il produit, une se détache: le "hoo". Aigu, de faible intensité, le "hoo" est un signal ( Termes généraux Un signal est un message simplifié et généralement codé. Il existe sous forme d'objets ayant des formes particulières....) de courte distance, réservé aux singes qui se trouvent à proximité. Des études précédentes ont démontré que ce son était employé par le chimpanzé dans trois contextes différents: le repos (rest hoo), l'alerte (alert hoo) et le voyage (travel hoo). Mais la vocalisation "hoo" varie-t-elle en fonction de chaque contexte ?

A chaque "hoo" sa durée et sa fréquence

Après avoir passé (Le passé est d'abord un concept lié au temps : il est constitué de l'ensemble des configurations successives du monde et s'oppose au futur sur une échelle des temps centrée...) deux ans dans la forêt (Une forêt ou un massif forestier est une étendue boisée, relativement dense, constituée d'un ou plusieurs peuplements d'arbres et d'espèces associées. Un boisement de faible étendue est dit...) Budongo en Ouganda, Thibaud Gruber, chercheur (Un chercheur (fem. chercheuse) désigne une personne dont le métier consiste à faire de la recherche. Il est difficile de bien cerner le métier de chercheur tant les domaines de...) au Centre interfacultaire des sciences affectives (CISA) de l'UNIGE, a récolté plusieurs centaines d'enregistrements de "hoo" qu'il a compilés avec ceux de ses collègues de l'UniNE et de l'Institut Max Planck. "L'idée était de cibler uniquement cette vocalisation afin d'observer d'éventuelles variations de durée ou de fréquence permettant de distinguer les trois contextes dans lesquels le "hoo" est employé", expose Thibaud Gruber.

Chaque "hoo" a été étudié en fonction des variations de la fréquence, de la durée, de l'amplitude (Dans cette simple équation d’onde :) et du laps de temps (Le temps est un concept développé par l'être humain pour appréhender le changement dans le monde.) entre deux unités de son. Ces variables ont ensuite été reliées dans des modèles d'analyses multivariées afin de caractériser les paramètres qui ont le plus d'influence sur le signal émis par le chimpanzé. "Nos résultats montrent clairement que chaque "hoo" peut être distingué en fonction du contexte qu'il exprime, s'enthousiasme Thibault Gruber. Le rest hoo est caractérisé par une vocalise plus longue et une seule entité de son. L'alert hoo est celui qui a la plus haute fréquence et le travel hoo se distingue par une faible distance entre deux sons." Les chercheurs ont ainsi démontré qu'au sein même d'un sous-type de vocalisation, une distinction fine s'opère également en fonction de ce que le singe (Un singe (du latin simius, pluriel Simia) est un animal faisant partie du groupe constitué par l'ordre des primates. Parmi les primates, il n'est pas simple de définir à partir...) veut exprimer.

A chaque "hoo" son intentionnalité

"Cette recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances...) nous montre que le chimpanzé souhaite réellement indiquer ce qu'il veut faire aux congénères qui se trouvent à proximité de lui, le "hoo" résume son état d'esprit", continue Thibaud Gruber. Le rest hoo signifie qu'il veut rester à l'endroit où il se trouve, le travel hoo signale que le singe souhaite s'en aller et invite qui veut à le suivre, enfin l'alert hoo prévient qu'on peut s'approcher mais qu'il faut faire attention, par exemple à un serpent. Le "hoo" influe ainsi directement sur le comportement des autres singes. "Si l'on passe des playback de ce cri à des chimpanzés, nous observons que leur attitude change en fonction du "hoo" qu'ils entendent, révélant l'importance des variations de cette vocalise", précise le chercheur genevois.

Un langage contrôlé et émotionnel

Cette étude montre qu'il y a une réelle intentionnalité derrière le langage du singe, liée à son état d'esprit du moment. Il ne s'agit donc pas de sons incontrôlés émis sous le coup de l'émotion. "En effet, si ce système de vocalisations n'était que pure émotion, l'alert hoo serait puissant et constitué de plusieurs unités très rapprochées, alors que c'est justement l'inverse (En mathématiques, l'inverse d'un élément x d'un ensemble muni d'une loi de composition interne · notée multiplicativement, est un élément y tel que x·y = y·x = 1, si 1 désigne...), un son discret dont les différents "hoo" sont espacés", illustre Thibaud Gruber. Ces résultats ouvrent la voie à une sémantique du langage du chimpanzé.


Référence publication:
Royal Society Open Science
DOI: 10.1098/rsos.172066

Contact chercheur:
- Thibaud Gruber - Collaborateur scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes scientifiques.) - Centre interfacultaire des sciences affectives (CISA) de l'UNIGE
Page générée en 0.167 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique