Magnetococcus marinus, la bactérie championne de natation
Publié par Adrien le 25/02/2020 à 08:00
Source: CNRS

© K. Bente / institut Max Planck de Potsdam
Une équipe scientifique de l'Institut biosciences et biotechnologie d'Aix-Marseille (BIAM, CEA/CNRS/Aix-Marseille université), à Saint-Paul lez Durance, en collaboration avec des chercheurs de l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics est un tel institut.) Max Planck de Potsdam et de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux...) de Göttingen ont déterminé la trajectoire (La trajectoire est la ligne décrite par n'importe quel point d'un objet en mouvement, et notamment par son centre de gravité.) et la vitesse (On distingue :) de nage de la bactérie magnétotactiqueMagnetococcus marinus, connue pour se déplacer rapidement.

La vitesse réelle est de 400 à 500 µm/s pour une bactérie mesurant 1 µm, ce qui en fait une championne de natation. Plus étonnant, la trajectoire est faite de spirales ((voir page de discussion)) complexes. Publiées dans la revue eLife le 28 janvier 2020, les propriétés exceptionnelles de cette bactérie permettent d'imaginer son utilisation comme micro-robot dans les domaines de la biotechnologie (L’OCDE définit les biotechnologies comme "l’application de la science et de la technologie aux organismes vivants à d’autres matériaux vivants ou non vivants, pour la production...) et de l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme environnement tend actuellement à prendre une...).

Bibliographie:
High-speed motility originates from cooperatively pushing and pulling flagella bundles in bilophotrichous bacteria
Klaas Bente, Sarah Mohammadinejad, Mohammad Avalin Charsooghi, Felix Bachmann, Agnese Codutti, Christopher T Lefèvre, Stefan Klumpp, Damien Faivre.
eLife, 28 janvier 2020 - Archive ouverte HAL, 12 février 2020.
Page générée en 0.572 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique