Ne concevez pas d'enfant dans les 6 mois suivant une infection COVID-19: voici pourquoi

Publié par Adrien le 10/06/2024 à 08:00
Source: Andrology
EN, DE, ES, PT
Restez toujours informé: suivez-nous sur Google Actualités (icone ☆)

Découverte surprenante: des chercheurs ont détecté la présence de SARS-CoV-2 dans les cellules reproductrices masculines presque 4 mois après la fin de l'infection. Cette découverte pourrait avoir des répercussions importantes sur la conception naturelle et la reproduction assistée.


Des chercheurs de l'Université de São Paulo ont découvert que le virus de la COVID-19 peut rester présent dans les spermatozoïdes des individus infectés jusqu'à 110 jours après l'infection, impactant ainsi la qualité du sperme. Cette découverte met en lumière la capacité du virus à infiltrer et à endommager le système reproducteur masculin, suggérant une période de quarantaine pour ceux qui prévoient de concevoir après la guérison.

Des échantillons de sperme de 13 patients, âgés de 21 à 50 ans et ayant eu des formes légères à sévères de COVID-19, ont été analysés. Bien que les tests PCR soient négatifs pour le virus dans le sperme, la microscopie électronique a révélé la présence de SARS-CoV-2 dans les spermatozoïdes de 72,7 % des patients modérés à sévères.

Cette étude a également observé que les spermatozoïdes produisaient des "pièges extracellulaires" à base d'ADN nucléaire pour neutraliser le pathogène, un mécanisme connu sous le nom de réponse ETosis suicidaire. Ces pièges, similaires à ceux formés par les neutrophiles dans la réponse inflammatoire systémique à SARS-CoV-2, montrent une nouvelle fonction immunitaire pour les spermatozoïdes.

Les implications pour la médecine reproductive sont significatives. Le professeur Jorge Hallak recommande de reporter la conception naturelle et particulièrement la reproduction assistée pour au moins six mois après une infection par SARS-CoV-2, même en cas de COVID-19 légère. Cette recommandation est cruciale pour les techniques de micromanipulation des gamètes.

Les recherches continuent pour évaluer les effets à long terme de l'infection par SARS-CoV-2 sur la santé reproductive et sexuelle. L'équipe, dirigée par le professeur Carlos Carvalho, étudie actuellement les séquelles de l'infection sur plus de 700 patients dans le cadre d'un projet financé par la FAPESP.
Page générée en 0.081 seconde(s) - site hébergé chez Contabo
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
A propos - Informations légales | Partenaire: HD-Numérique
Version anglaise | Version allemande | Version espagnole | Version portugaise