Protéger la biodiversité: un manque de décisions politiques et non de connaissances scientifiques
Publié par Adrien le 12/09/2018 à 00:00
Source: CNRS
En quinze ans, presque 13 000 articles de recherche ont été publiés dans les principales revues dédiées aux sciences de la conservation. Pourtant, la biodiversité reste menacée partout dans le monde. Deux chercheurs du CNRS se sont penchés sur ce paradoxe (Un paradoxe est une proposition qui contient ou semble contenir une contradiction logique, ou un raisonnement qui, bien que sans faille apparente, aboutit à une absurdité, ou encore, une situation qui contredit l'intuition commune. Le...) inquiétant en décortiquant cette riche littérature. Selon eux, l'un des obstacles majeurs serait la recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances...) constante d'arbitrages plus favorables aux activités humaines qu'à la protection de la nature. Cette étude est publiée le 10 septembre dans Trends in Ecology and Evolution.


Tortue verte Chelonia mydas, exemple de grand succès de mesure de conservation: après sa protection et l'arrêt de son commerce ayant décimé la population, le nombre (La notion de nombre en linguistique est traitée à l’article « Nombre grammatical ».) de pontes sur l'île (Une île est une étendue de terre entourée d'eau, que cette eau soit celle d'un cours d'eau, d'un lac ou d'une mer. Son étymologie latine, insula, a donné l'adjectif « insulaire » ; on dit aussi...) de l'Ascension (plus grand site de ponte de l'espèce (Dans les sciences du vivant, l’espèce (du latin species, « type » ou « apparence ») est le taxon de base de la systématique....) de l'Atlantique Sud) a été multiplié par six de 1977 à 2013. (Photo prise à Moorea)
© Thomas VIGNAUD/Te mana O Te Moana/Centre de recherche insulaire et observatoire de l'environnement (L'environnement est tout ce qui nous entoure. C'est l'ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme environnement tend actuellement à prendre une...) (Perpignan)/CNRS Photothèque

Mais que fait la recherche ? Alors que la sixième extinction (D'une manière générale, le mot extinction désigne une action consistant à éteindre quelque chose. Plus particulièrement on retrouve ce terme dans plusieurs domaines :) de masse (Le terme masse est utilisé pour désigner deux grandeurs attachées à un corps : l'une quantifie l'inertie du corps (la masse inerte) et l'autre la contribution du corps à la force de...) perdure et s'accélère, les sciences de la conservation n'auraient toujours pas trouvé de solution. Pire encore, pour certains, les chercheurs seraient même trop pessimistes, au point (Graphie) de rendre contre-productives les alertes qu'ils lancent. Vraiment ? C'est la question que se sont posés deux chercheurs du CNRS (Le Centre national de la recherche scientifique, plus connu sous son sigle CNRS, est le plus grand organisme de recherche scientifique public français (EPST).) (1), ce qui les a amenés à se plonger dans les 12 971 articles de recherche publiés ces 15 dernières années dans les principales revues scientifiques dédiées à la conservation.

Après avoir mis de côté les articles de discussions internes à la discipline, ils ont pu brosser le premier portrait empirique de la production scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes scientifiques.) en matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses trois états les plus communs sont l'état...) d'état des milieux naturels et des populations, d'identification de menaces, de propositions et d'évaluations des politiques de conservation.

Leur première conclusion est sans appel. Les principales menaces qui pèsent encore sur la biodiversité (La biodiversité est la diversité naturelle des organismes vivants. Elle s'apprécie en considérant la diversité des écosystèmes, des...) sont en réalité connues depuis 40 ans, surnommées "les quatre grands maux" depuis cette époque: (i) la trop forte exploitation des ressources (surchasse ou surpêche par exemple), (ii) la fragmentation de l'habitat des espèces, (iii) l'introduction d'espèces invasives et enfin (iv) les extinctions en chaîne (Le mot chaîne peut avoir plusieurs significations :) qui peuvent découler des trois premiers facteurs. S'y ajoutent aujourd'hui les changements climatiques qui déséquilibrent plus encore les milieux naturels. La biodiversité "exotique" n'est d'ailleurs pas la seule en danger: la majorité des recherches s'intéressent plutôt aux écosystèmes européens, et ont mis en évidence la chute de populations communes comme celles d'oiseaux dans les campagnes françaises (2).

Heureusement, la recherche en conservation porte aussi de bonnes nouvelles: le retour spontané d'espèces tel le loup (Canis lupus, est l'espèce de loups de la famille des Canidés la plus répandue. Elle a plusieurs noms vernaculaires : Loup gris, Loup commun, Loup vulgaire ou encore Loup, tout court. L'espèce a...) en Europe (L’Europe est une région terrestre qui peut être considérée comme un continent à part entière, mais aussi comme l’extrémité occidentale du...), ou la nette (Le terme Nette est un nom vernaculaire attribué en français à plusieurs espèces de canards reconnaissablent à leurs calottes. Le terme...) amélioration de situations de crise grâce à des mesures de protection. Les sciences de la conservation ne sont donc ni pessimistes, ni optimistes, mais réalistes. Selon les chercheurs, les propositions de solutions durables, compatibles avec les activités humaines, ne manquent pas. Le frein (Un frein est un système permettant de ralentir, voire d'immobiliser, les pièces en mouvement d'une machine ou un véhicule en cours de déplacement.) majeur réside plutôt dans la demande de compromis toujours plus favorables à l'exploitation plutôt qu'à la conservation, malgré des recommandations scientifiques déjà timorées.

Notes:

(1) Laurent Godet du laboratoire Littoral, environnement, géomatique, télédétection (La télédétection désigne, dans son acception la plus large, la mesure ou l'acquisition d'informations sur un objet ou un phénomène, par l'intermédiaire d'un instrument de mesure n'ayant pas de contact avec l'objet étudié.) (CNRS/EPHE/Université de Bretagne occidentale/Université Caen Normandie/Université d'Angers/Université de Nantes) et Vincent Devictor de l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics est un tel...) des sciences de l'évolution de Montpellier (CNRS/IRD/EPHE/Université de Montpellier)
(2) Les espèces spécialistes de ces milieux, comme l'alouette des champs, la fauvette grisette ou le bruant ortolan, ont perdu en moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de l'ensemble s'ils étaient tous identiques sans...) un individu (Le Wiktionnaire est un projet de dictionnaire libre et gratuit similaire à Wikipédia (tous deux sont soutenus par la fondation Wikimedia).) sur trois en quinze ans. Voir: Consulter le site web (Un site Web est un ensemble de pages Web hyperliées entre elles et mises en ligne à une adresse Web. On dit aussi site Internet par...)
Page générée en 0.408 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique