Le ronronnement des chats a-t-il réellement un effet apaisant ?

Publié par Adrien le 14/10/2020 à 09:00
Source: ASP
Le ronronnement des chats aurait des vertus thérapeutiques capables de réduire ponctuellement le stress, l'insomnie et l'anxiété.


Lorsqu'il ronronne, le chat émet des vibrations sonores "apaisantes" qui agiraient comme "un médicament (Un médicament est une substance ou une composition présentée comme possédant des propriétés curatives, préventives ou administrée en vue d'établir un diagnostic. Un médicament est...) sans effet secondaire", affirme par exemple Jean-Yves Gauchet, un vétérinaire de Toulouse, qui revendique la paternité en France de la "ronronthérapie". Il soutient qu'en ronronnant, le chat (Le chat domestique (Felis silvestris catus) est un mammifère carnivore de la famille des félidés. Il est l’un des principaux animaux de compagnie et compte aujourd’hui une cinquantaine de races différentes...) émet des sons de basse fréquence (En physique, la fréquence désigne en général la mesure du nombre de fois qu'un phénomène périodique se reproduit par unité de temps. Ainsi...), entre 20 et 50 hertz (Le hertz (symbole : Hz) est l’unité dérivée de fréquence du système international (SI). Elle est équivalente à une oscillation par seconde (s-1 ou 1⁄s).), qui seraient perçus par les corpuscules de Pacini, des terminaisons nerveuses situées sous notre peau (La peau est un organe composé de plusieurs couches de tissus. Elle joue, entre autres, le rôle d'enveloppe protectrice du corps.) et sensibles aux vibrations. Ces récepteurs transmettraient alors une sensation de plaisir au cerveau (Le cerveau est le principal organe du système nerveux central des animaux. Le cerveau traite les informations en provenance des sens, contrôle de nombreuses fonctions du corps, dont la motricité volontaire, et constitue le...), l'incitant à libérer les "hormones du bonheur" (endorphine, sérotonine, dopamine).

Mesure de protection

Il faut d'abord rappeler que le chat ronronne lorsqu'il ressent des émotions fortes, que ce soit la peur ou le contentement. Cette vibration lui permettrait de se calmer et de rassurer les chats qui l'entourent. Par exemple, la chatte ronronne pour signifier sa présence à ses petits.

Dans diverses entrevues accordéesau fil des années, Jean-Yves Gauchet affirme que l'effet rassurant serait le même pour nous, sur la base de témoignages qu'il dit avoir recueillis au cours de ses recherches. Dans un livre consacré à la "ronronthérapie", la journaliste (Un journaliste est une personne dont l'activité professionnelle est le journalisme. On parle également de reporter (de l'anglais : report, rapporter) car il...) française spécialisée en santé (La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.) Véronique Aïache soutient qu'une étude américaine réalisée dans les années 1960 aurait montré qu'à blessure (Une blessure est une lésion, physique ou psychique, faite involontairement ou dans l'intention de nuire.) égale, un chat récupère plus vite qu'un autre animal (Un animal (du latin animus, esprit, ou principe vital) est, selon la classification classique, un être vivant hétérotrophe, c’est-à-dire qu’il se nourrit de substances organiques. On réserve aujourd'hui le...) grâce au ronronnement (Le ronronnement est une vocalisation émise par certains félins et viverridés. Produit à l'expiration comme à l'inspiration, ce son de basse fréquence...). Elle affirme que les vibrations émises par le ronronnement ont été reproduites par des kinésithérapeutes pour accélérer la cicatrisation osseuse chez des humains.

Thérapie fantôme

Le problème est qu'aucune de ces prétentions ne trouve d'appui dans la littérature scientifique (Un scientifique est une personne qui se consacre à l'étude d'une science ou des sciences et qui se consacre à l'étude d'un domaine avec la rigueur et les méthodes...). La "ronronthérapie" n'existe pas officiellement et le Détecteur de rumeurs n'a trouvé aucune étude portant sur l'effet du ronronnement des chats sur la santé mentale (La santé mentale est un terme relativement récent et polysémique. Habituellement elle est vue comme l'« aptitude du psychisme à fonctionner de...) de leurs compagnons humains.

En revanche, le simple fait de posséder un chat a été associé depuis longtemps à une réduction de la pression artérielle (La pression artérielle correspond à la pression du sang dans les artères. On parle aussi de tension artérielle, car cette pression est...) et du risque de mourir d'une maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.) cardiovasculaire -par exemple, dans une étude publiée en 2009, portant sur 2400 propriétaires de chats. Plus largement, un avis (Anderlik-Varga-Iskola-Sport (Anderlik-Varga-Ecole-Sport) fut utilisé pour désigner un projet hongrois de monoplace de sport derrière lequel se cachait en fait un monoplace de chasse destiné au Legüyi Hivatal, le service...) de l'American Heart Association (L'American Heart Association (AHA) est un organisme américain à but non lucratif qui favorise les soins cardiaques appropriées en vue de réduire les invalidités et...) concluait en 2013 qu'avoir un animal de compagnie (Un animal de compagnie est un animal recevant la protection de l'homme en échange de sa présence, sa beauté, sa jovialité, ou pour...) (chat ou chien) réduit les risques de développer une maladie cardiovasculaire.

Sur le plan de la santé mentale, une petite étude publiée en 1981 suggère qu'un animal de compagnie aide les personnes âgées à se sentir mieux lorsqu'elles sont tristes. De fait, les chats sont souvent utilisés dans les programmes de zoothérapie qui consistent à mettre en contact des malades avec des animaux de compagnie. Au Japon, des "bar à chats" permettent aux clients de se détendre en buvant un thé tout (Le tout compris comme ensemble de ce qui existe est souvent interprété comme le monde ou l'univers.) en caressant les animaux.

Verdict

Aucune étude ne montre le caractère apaisant du ronronnement des chats. Mais par leur présence, les chats -comme les chiens- peuvent vraisemblablement avoir un effet sur la réduction du stress (Le stress (« contrainte » en anglais), ou syndrome général d'adaptation, est l'ensemble des réponses d'un organisme soumis à...) et sur la santé de leur propriétaire.
Cet article vous a plu ? Vous souhaitez nous soutenir ? Partagez-le sur les réseaux sociaux avec vos amis et/ou commentez-le, ceci nous encouragera à publier davantage de sujets similaires !
Page générée en 0.558 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique