Des scientifiques percent les secrets du virus de la maladie du baiser à l'échelle moléculaire
Publié par Isabelle le 13/04/2014 à 12:00
Source: Université de Montréal
Des scientifiques percent les secrets du virus de la maladie du baiser ou virus d'Epstein-Barr (VEB), à l'échelle moléculaire. Le virus Epstein-Barr ou virus de l'herpès 4 (HHV-4) est un virus de la famille des Herpesviridae. Il est à l'origine de plusieurs maladies dont le le lymphome de Hodgkin et le lymphome de Burkitt.


Image: Gonçalo Pereira
Des chercheurs de l'Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche), sa conservation et sa transmission (études supérieures). Aux États-Unis, au moment où les...) de Montréal (Montréal est à la fois région administrative et métropole du Québec[2]. Cette grande agglomération canadienne constitue un centre majeur du commerce, de l'industrie, de la culture, de la finance et des affaires internationales. Montréal a...) ont découvert le mécanisme par lequel un élément du virus (Un virus est une entité biologique qui nécessite une cellule hôte, dont il utilise les constituants pour se multiplier. Les virus existent sous une forme...) d'Epstein-Barr (VEB) s'approprie les fonctions de régulation (Le terme de régulation renvoie dans son sens concret à une discipline technique, qui se rattache au plan scientifique à l'automatique.) des gènes dans nos cellules pour permettre au virus de se répliquer.Le VEB cause plusieurs maladies, comme le lymphome de Hodgkin et le lymphome de Burkitt, et plus fréquemment la mononucléose infectieuse, nommée aussi la " maladie du baiser " en raison de son mode de transmission chez l'humain. Il apparaît qu'à l'échelle moléculaire aussi, la maladie (La maladie est une altération des fonctions ou de la santé d'un organisme vivant, animal ou végétal.) commence par un baiser; cette fois entre une protéine (Une protéine est une macromolécule biologique composée par une ou plusieurs chaîne(s) d'acides aminés liés entre eux par des liaisons peptidiques. En...) virale et les molécules qui régulent nos gènes.

Les virus comme le VEB possèdent des stratégies complexes pour tromper les cellules humaines pendant une infection. Les virus ne peuvent survivre à l'extérieur des cellules humaines. C'est pourquoi ils ont développé des stratégies pour imiter des éléments clés des fonctions cellulaires, comme l'ARN polymérase. " L'élucidation de ces interactions à l'échelle atomique par des techniques de biologie (La biologie, appelée couramment la « bio », est la science du vivant. Prise au sens large de science du vivant, elle recouvre une partie des sciences naturelles et de l'histoire...) structurale nous permet de comprendre comment le virus trompe les systèmes de défense humains. Ces connaissances sont le premier pas vers le développement de nouveaux traitements thérapeutiques contre les infections virales ", explique le professeur Omichinski.

Les scientifiques ont en effet dévoilé le mécanisme de liaison entre la protéine EBNA2 du virus et une protéine du complexe TFIIH responsable de la régulation d'une autre protéine, l'ARN polymérase II, qui régule (Les régules sont des alliages d'étain ou de plomb et d'antimoine.) l'expression de la plupart de nos gènes. Pour ce faire, ils ont utilisé des techniques de résonance (Lorsqu'on abandonne un système stable préalablement écarté de sa position d'équilibre, il y retourne, généralement à travers des oscillations propres. Celles-ci se produisent à la fréquence propre du...) nucléaire (Le terme d'énergie nucléaire recouvre deux sens selon le contexte :) magnétique de pointe dans les laboratoires de biologie structurale du Département de biochimie et de médecine (La médecine (du latin medicus, « qui guérit ») est la science et la pratique (l'art) étudiant l'organisation du corps humain (anatomie), son fonctionnement normal (physiologie), et cherchant à restaurer la...) moléculaire de l'Université de Montréal. " Nous avons réussi à élucider dans ses moindres détails la structure moléculaire de l'interaction (Une interaction est un échange d'information, d'affects ou d'énergie entre deux agents au sein d'un système. C'est une action réciproque qui suppose l'entrée en contact de sujets.) entre ces protéines ", explique le professeur James Omichinski, auteur principal de cette étude réalisée en collaboration avec le professeur Jacques Archambault, de l'Institut (Un institut est une organisation permanente créée dans un certain but. C'est habituellement une institution de recherche. Par exemple, le Perimeter Institute for Theoretical Physics est un tel institut.) de recherches cliniques de Montréal (IRCM).

Pour révéler les détails moléculaires de ces interactions, Philippe Chabot, premier auteur de l'étude, a lié des marqueurs isotopiques stables à la protéine EBNA2 et au complexe TFIIH pour ensuite étudier la structure moléculaire de leur interaction par spectroscopie RMN. " Ce type d'instrument coûte plusieurs millions de dollars, mais grâce aux généreux investissements de la Fondation canadienne pour l'innovation (FCI), nous avons pu réaliser nos travaux avec les équipements les plus modernes ", explique le professeur Omichinski. L'une des retombées directes de ces recherches est que le " baiser " entre la protéine EBNA2 et le complexe TFIIH pourrait devenir la cible de nouveaux médicaments qui amélioreraient le traitement de la mononucléose infectieuse et des cancers causés par le VEB.

Pour plus d'information voir (en anglais): "Structural and Functional Characterization of a Complex between the Acidic Transactivation Domain of EBNA2 and the Tfb1/p62 Subunit of TFIIH " http://www.plospathogens.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.ppat.1004042;jsessionid=2D1E9D4A51CEF27AB52AB8B51B5C88A7
Page générée en 2.280 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique