Une seconde Lune (temporaire) pour la Terre
Publié par Michel le 19/06/2007 à 00:00
Source: Gilbert Javaux - PGJ Astronomie
Illustration: Sky & Telescope: Gregg Dinderman
L'objet répertorié sous le nom de 6R10DB9, découvert le 14 Juin 2006 par le Catalina Sky Survey à une distance de 2,2 fois la distance Terre-Lune (2,2 LD), est un petit astéroïde d'un diamètre estimé à quatre mètres, satellisant temporairement la Terre (La Terre est la troisième planète du Système solaire par ordre de distance croissante au Soleil, et la quatrième par taille et par masse croissantes. C'est la plus grande et la...), avec une période actuelle d'environ trois mois (Le mois (Du lat. mensis «mois», et anciennement au plur. «menstrues») est une période de temps arbitraire.).

Les calculs orbitaux préliminaires ont montré que l'objet (De manière générale, le mot objet (du latin objectum, 1361) désigne une entité définie dans un espace à trois dimensions, qui a une fonction précise, et qui peut être désigné par une étiquette verbale. Il...) a été capturé par l'attraction gravitationnelle de la Terre depuis une orbite (En mécanique céleste, une orbite est la trajectoire que dessine dans l'espace un corps autour d'un autre corps sous l'effet de la gravitation.) solaire d'environ 11 mois, comme l'ont été de nombreux restes de lanceurs datant du programme Apollo (Le programme Apollo est le programme spatial de la NASA mené durant la période 1961 – 1975 qui a permis aux États-Unis d'envoyer pour la première fois des hommes sur la Lune. Il fut lancé par John F. Kennedy le 25 mai...) des années 1960-1970. Cependant, l'analyse postérieure montre que le corps n'est pas affecté par la pression (La pression est une notion physique fondamentale. On peut la voir comme une force rapportée à la surface sur laquelle elle s'applique.) du rayonnement solaire (En plus des rayons cosmiques (particules animées d'une vitesse et d'une énergie extrêmement élevées), le Soleil rayonne des ondes...) et par conséquent doit être un corps rocheux dense ou du moins régulièrement formé.


Vue depuis la direction de la constellation (Une constellation est un ensemble d'étoiles dont les projections sur la voûte céleste sont suffisamment proches pour qu'une civilisation les relie par des lignes imaginaires,...) du Bélier (Le bélier est le mâle non châtré de l'espèce Ovis aries réservé pour la reproduction (production d'agneaux). On désigne le mâle et la...), la trajectoire (La trajectoire est la ligne décrite par n'importe quel point d'un objet en mouvement, et notamment par son centre de gravité.) de l'astéroïde (Un astéroïde est un objet céleste dont les dimensions varient de quelques dizaines de mètres à plusieurs kilomètres et qui, à la différence d’une comète, tourne autour du...)
6R10DB9 s'enroule trois fois autour (Autour est le nom que la nomenclature aviaire en langue française (mise à jour) donne à 31 espèces d'oiseaux qui, soit appartiennent...) de la Terre, puis s'en éloigne.
Les dates indiquées sont celles des périgées successives

Bien que son origine soit inconnue, une explication plausible est qu'il pourrait s'agir de matière (La matière est la substance qui compose tout corps ayant une réalité tangible. Ses trois états les plus communs sont l'état...) éjectée par la Lune (La Lune est l'unique satellite naturel de la Terre et le cinquième plus grand satellite du système solaire avec un diamètre de 3 474 km. La distance moyenne séparant la Terre de...) à la suite d'un impact. 6R10DB9 effectue son quatrième et dernier passage au périgée le 14 juin 2007, à une distance de 277 000 kilomètres (Le mètre (symbole m, du grec metron, mesure) est l'unité de base de longueur du Système international. Il est défini comme la distance parcourue par la lumière dans le vide en 1/299 792 458 seconde.) soit environ 0,7 fois la distance moyenne (La moyenne est une mesure statistique caractérisant les éléments d'un ensemble de quantités : elle exprime la grandeur qu'auraient chacun des membres de l'ensemble s'ils étaient tous identiques sans changer la...) Terre-Lune, avec une magnitude apparente (En astronomie, la magnitude apparente mesure la luminosité — depuis la Terre — d'une étoile, d'une planète ou d'un autre objet céleste. Cette grandeur a la particularité d'avoir une échelle logarithmique inverse.) de 18,5-19,0. Le petit astéroïde sera ensuite expulsé sur une orbite solaire dès l'automne (L'automne est l'une des quatre saisons des zones tempérées. Elle se place entre l'été et l'hiver.) prochain.

Les astronomes comptent sur l'astrométrie (L'astrométrie est la partie de l'astronomie qui s'occupe de la position des étoiles et des autres objets célestes, leur distances et leur mouvements.) radar (Le radar est un système qui utilise les ondes radio pour détecter et déterminer la distance et/ou la vitesse d'objets tels que les avions, bateaux, ou encore la...) pour obtenir des mesures précises. L'antenne (En radioélectricité, une antenne est un dispositif permettant de rayonner (émetteur) ou de capter (récepteur) les ondes électromagnétiques.) du JPL de Goldstone en Californie a été programmée pour faire des observations (L’observation est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude appropriés. Le...) les 12, 14 et 17 Juin 2007 pour une évaluation finale de l'objet. Le premier passage au périgée s'était produit quelques jours (Le jour ou la journée est l'intervalle qui sépare le lever du coucher du Soleil ; c'est la période entre deux nuits, pendant laquelle les rayons du Soleil éclairent le ciel. Son...) avant la découverte, à une distance de 2,18 LD, et le suivant avait lieu le 4 janvier 2007 à seulement 1,4 LD, avec une période favorable mi-décembre 2006 pour redécouvrir l'objet.

Les télescopes Spacewatch II de 1,8 m et du Mt Lemmon de 1,5 m en Arizona l'ont observé au cours de la période du 11 au 17 décembre 2006 quand l'objet était entre 2 et 3 LD et à des magnitudes comprises entre 19 et 20. Ces observations ont permis d'améliorer suffisamment l'orbite pour être raisonnablement sûr qu'il y a eu des approches au plus près de la Terre dès Octobre 1958. Pour le passage au périgée de janvier 2007, en s'approchant d'une conjonction avec le Soleil (Le Soleil (Sol en latin, Helios ou Ήλιος en grec) est l'étoile centrale du système solaire. Dans la classification...), l'objet a disparu rapidement et n'a pas été observé.

Pour le troisième passage au périgée, le 25 mars 2007, l'orbite de 6R10DB9 avait évolué de sorte qu'il s'approcha plus près de la Terre que lors de sa découverte et frôla notre planète (Une planète est un corps céleste orbitant autour du Soleil ou d'une autre étoile de l'Univers et possédant une masse suffisante...) en passant à l'intérieur de l'orbite lunaire (Pour les homonymes, voir Pierrot lunaire, une œuvre de musique vocale d'Arnold Schönberg.) à 0,91 LD de la Terre.

Les approches précédentes en 1958, 1969, 1979 et 1992 semblent toutes avoir été défavorables aux observations avec des passages de l'objet entre le Soleil et la Terre, et par conséquent, à de petites élongations solaires, grands angles de phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et principalement en physique :) et ce pour un objet extrêmement faible. Un prochain passage incertain auprès de la Terre aura lieu vers 2028.

Page générée en 0.212 seconde(s) - site hébergé chez Amen
Ce site fait l'objet d'une déclaration à la CNIL sous le numéro de dossier 1037632
Ce site est édité par Techno-Science.net - A propos - Informations légales
Partenaire: HD-Numérique